dimanche 17 janvier 2021

Tests PC

Test de Super Meat Boy Forever : Meat Boy court toujours

À en juger par la stupéfaction générale qui accompagne sa sortie, Team Meat n’a semble-t-il pas suffisamment communiqué sur la nature de Super Meat Boy Forever. Il ne s’agit plus d’un jeu de plateforme mais d’un runner, réalisé sans le concours d’Edmund McMillen. Ces informations étant désormais digérées et évacuées, on peut s’intéresser sereinement à cet épisode d’abord pensé comme un jeu mobile. Conserve-t-il au moins la précision légendaire de Super Meat Boy ?

Test de Abyss of the Sacrifice : un roman visuel préservé des abysses

La DS a eu droit au célèbre 9 Hours · 9 Persons · 9 Doors en 2009, mais la PSP n’est pas en reste avec un mélange de roman visuel et d’escape room également, développé par Intense en 2010 : Abyss of the Sacrifice. Si 999 est sorti en Occident grâce au concours d’Aksys Games, Abyss of the Sacrifice n’a pas eu la chance d’être localisé jusqu’à cette version améliorée pour Switch et PC, entièrement traduite en anglais. Abyss of the Sacrifice est-il comparable à Zero Escape ?

Test de Medal of Honor: Above and Beyond : la Septième Compagnie

Après huit ans d’absence, Medal of Honor est de retour avec Medal of Honor: Above and Beyond. Développé par Respawn Entertainment (Apex Legends, Star Wars Jedi: Fallen Order, Titanfall), ce nouvel épisode prend la forme d’une expérience en réalité virtuelle, une première pour la série. Le ton, étonnamment léger pour un jeu vidéo sur la Seconde Guerre mondiale, est également inédit. Permet-il une immersion dans l’enfer de la guerre ?

Test de Cyberpunk 2077 : la nuit sera longue / Suivi de : CD Projekt RED, plus punk que jamais

En développement depuis 2012, annoncé pour « when it’s ready », plusieurs fois reporté et empêtré dans un enfer de développement : CD Projekt RED n’a pas accouché de Cyberpunk 2077 dans les meilleures conditions. Il est pourtant là, offrant l’immensité de Night City à ses joueurs, ceux qui possèdent le matériel adéquat. La métropole est-elle aussi immersive qu’on l’a rêvé ? Trop partiellement hélas, ce qui ne l’empêche pas d’être le terrain de jeu d’un titre curieusement addictif.

Aperçu de Tinkertown en accès anticipé : le village des bricoleurs

Tinkertown est le premier jeu « maison » développé par les allemands de Headup Games, sorti en accès anticipé le 3 décembre 2020. Avec son visuel 2D atypique réhaussé par de jolis éclairages, ce bac à sable propose une boucle de gameplay traditionnelle pour le genre : le joueur explore son environnement pour récolter des ressources et apprendre à fabriquer de plus en plus d'éléments aussi divers que des outils, des vêtements ou des décorations. Pour cette phase d'accès anticipé, Tinkertown propose un contenu relativement restreint formant un socle sur lequel le jeu peut se développer. Cette base est-elle toutefois suffisamment solide pour susciter l'intérêt du joueur sur le long terme ?

Test de Call of the Sea : l’île Myst-érieuse

Dévoilé en mai dernier, la bande-annonce de Call of the Sea, première production d’Out of the Blue Games, promettait la recherche d’un être perdu sur une île paradisiaque. Cette prémisse n’est pas sans rappeler le très célèbre Myst de Cyan, tout en s'inspirant de Firewatch. Call of the Sea partage également une ambiance « lovecraftienne » avec Alone in the Dark ou The Vanishing of Ethan Carter, sans pour autant emprunter leur ambiance sombre voire horrifique. Avec toutes ces œuvres comme modèles, Call of the Sea trouve-t-il sa propre identité ?

Test de Two Parsecs from Earth : le dilemme de l’androïde

Two Parsecs from Earth est le second titre du studio indépendant alsacien ABX Games Studio. Constitué d’une seule personne, Eric Tomkowski, ce dernier a pour leitmotiv de proposer des jeux aux mécaniques inédites ou inhabituelles. Mais entre l’ambition et la réalité, il y a souvent des années-lumière. Two Parsecs From Earth parvient-il à maintenir son cap et à tenir ses promesses de fraîcheur ?

Test de PHOGS! : un puzzle game qui a du chien

Ne dit-on pas que deux têtes valent mieux qu'une ? Les joyeux lurons de chez Bit Loom Games le démontrent avec PHOGS!, un puzzle game perché et haut en couleur. Malgré ses airs enfantins, cette production a-t-elle suffissament de mordant pour plaire à tous les publics ?

Articles récents