dimanche 17 janvier 2021
Accueil Tests et aperçus Test de Trials of Mana : l'arbre qui cache la forêt

Test de Trials of Mana : l’arbre qui cache la forêt

Test réalisé à partir d’une version fournie par Square Enix sur une PlayStation 4 de première génération

Développé et édité par Square Enix
Sorti le 24 avril 2020 et disponible sur PlayStation 4, Switch et PC

InterfaceFrançais / Anglais / Allemand / Espagnol / Japonais / Coréen / Chinois
AudioAnglais / Japonais
Sous-titresFrançais / Anglais / Allemand / Espagnol / Japonais / Coréen / Chinois

Bien que n’ayant jamais trouvé le chemin de l’Europe avant 2019 et la Collection of Mana sur Switch, Trials of Mana (Seiken Densetsu 3 au Japon) a toujours occupé une place particulière dans le cœur des fans de la saga Seiken Densetsu. Cet action-RPG n’était jusqu’alors sorti que sur une Super Famicom en fin de cycle. Il revient aujourd’hui sur PC, PlayStation 4 et Switch sous la forme d’un remake complet. Entre l’ajout de contenu et l’abandon de sa vue fixe du dessus, les changements sont nombreux ! Voici venue l’occasion de vérifier, manette en main, si la magie de l’Arbre Mana opère toujours malgré les 25 ans qui nous séparent de l’opus original.

Lire notre test de Collection of Mana >

Trials of Mana raconte l’histoire de la déesse Mana qui a enfermé huit bénévodons dans des pierres magiques avant de prendre son repos sous la forme d’un arbre. La fragilité de la paix est cependant rompue lorsqu’un groupe de héros, réunis par une étrange fée, doit partir en quête de l’épée de Mana pour rétablir l’équilibre du monde. Et pour cause : le principal antagoniste se prépare à libérer ces huit esprits maléfiques.

La nature de cet opposant est déterminée par la composition d’équipe en début de jeu. Le choix de trois personnages parmi les six jouables a un profond impact sur leurs interactions et sur le déroulement de l’histoire. Chaque personnage principal dispose ainsi d’un prologue qui lui est propre. Il est d’ailleurs possible pour la première fois de regarder ceux des coéquipiers, ce qui est un bonus extrêmement intéressant tant leurs parcours diffèrent. Pour toutes ces raisons, la rejouabilité de Trials of Mana reste une de ses qualités principales.

Le passage en trois dimensions tranche complètement avec la direction artistique en pixel art originelle. C’est probablement sur ce point, ainsi que sur l’abandon du mode coopératif local, que certains joueurs se sentiront le plus frustrés. Cet habillage, certes simple, ne trahit pourtant pas le matériau d’origine. Il apporte même une nouvelle dimension aux combats. L’ajout du saut et des combos transforme les joutes en un ballet hypnotique. L’enchaînement des combats et le système de double classe s’avèrent toujours aussi addictifs. Il faut cependant composer avec une gestion de la caméra souvent capricieuse…

Au rang des autres nouveautés, ce remake permet l’accès à une nouvelle classe, préalable à l’obtention d’une nouvelle aventure en fin de partie. La menace en question sera gardée secrète, mais il faudra ajouter 2 h 30 aux 25 h déjà nécessaires pour terminer le jeu. Les joueurs exhaustifs seront heureux de trouver un mode New Game+ et une chasse aux trésors avec P’tit Cactus. La dernière nouveauté concerne la direction sonore : un doublage intégral en anglais ou japonais accompagne parfaitement les compositions du jeu, disponibles en versions standard ou réorchestrée.

Avec ce remake de Trials of Mana, c’est tout un pan de l’histoire de l’action-RPG 16-bits qui prouve qu’il en a encore dans le ventre. Les changements sont nombreux et ajoutent du volume à une aventure déjà riche de ses multiples voies à explorer. Le changement d’échelle ne trahit pas l’architecture originelle des niveaux et donne plus de relief aux affrontements. Trials of Mana a encore des choses à exprimer du haut de ses 25 ans. Pourquoi ne pas lui (re)donner sa chance ?

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Tomtruc
Possède sur la même étagère Billy Hatcher and the Giant Egg et Baten Kaitos : Les Ailes éternelles et l'Océan perdu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents