jeudi 22 octobre 2020
Accueil Tests et aperçus Test de Untitled Goose Game : un cottage bien sauvage

Test de Untitled Goose Game : un cottage bien sauvage

Test réalisé à partir d’une version fournie par Just For Games sur Switch

Développé par House House, édité par Panic et distribué par Just For Games
Sorti le 20 septembre 2019 et disponible sur PlayStation 4, Xbox One, Switch et PC

InterfaceFrançais / Anglais / Italien / Allemand / Espagnol / Japonais / Chinois / Coréen / Polonais / Portugais / Russ
Audio
Sous-titres

Disponible en version numérique depuis le 20 septembre 2019, Untitled Goose Game sera distribué en édition physique par Just For Games à partir du 29 septembre 2020 sur Switch et PlayStation 4. L’édition comprend le jeu, un catalogue Plaza, une carte du village et un autocollant « interdit aux oies ».

Certains jeux indés connaissent une mise en avant salutaire, grâce aux diffusions en direct ou au bouche-à-oreille. Son esthétique singulière et son humour communicatif ont justement permis à Untitled Goose Game de faire partie de ces chanceux. Un an après sa sortie, le jeu d’énigmes de House House est à nouveau sur le devant de la scène grâce à la sortie d’une édition physique sur PlayStation 4 et Switch. Celle-ci nous donne l’occasion de vérifier les qualités que cache le titre, au-delà de la simplicité de son concept.

Untitled Goose Game place le joueur dans la peau d’une oie en quête de liberté. Ses contrôles sont limités : l’oiseau peut marcher, courir, saisir et manipuler des objets en hauteur ou près du sol. Mais tout ce panel ne serait rien sans la capacité de cacarder pour faire sursauter les passants ou attirer l’attention. Derrière cette mécanique extrêmement simple se cache tout l’art de saisir les opportunités. En effet, le jeu propose d’effectuer des missions pour avancer d’une section à l’autre du village. Toutes ont en commun un objectif principal qui donne sa saveur à Untitled Goose Game : casser les pieds du premier venu.

Faire s’étrangler un Britannique avec son thé, provoquer la chute d’un vieil homme en lui retirant son tabouret… La liste est longue. La bonne lecture des comportements, le sens de la diversion et la discrétion sont autant de qualités nécessaires à la réussite du volatile. De nouveaux objectifs plus complexes ou chronométrés s’intègrent une fois l’aventure principale est finie, décloisonnant la progression. La mise à jour du 23 septembre 2020 permet l’ajout d’une deuxième oie dans une partie en coopération, au grand désarroi des villageois qui peuplent le jeu.

Untitled Goose Game démarre dans un sous-bois. Rapidement, les décors du petit village se succèdent pour révéler une campagne anglaise haute en couleur. Chaque tableau constitue un niveau, allant du pub au potager en passant par la petite artère commerçante. Pour autant, le village reste explorable à loisir, via des raccourcis et des obstacles qui disparaissent une fois tous les objectifs accomplis. L’esthétique et la mise en scène se révèlent simples, participant au charme du titre.

À l’image de la direction artistique, l’environnement sonore est aussi réfléchi que minimaliste. En l’absence de mouvement de l’oie, le jeu ne diffuse que des sons épars, comme des tintements de cloche d’église ou les « honk » du joueur. Puis des nappes de piano apparaissent avant qu’elles ne s’emballent au rythme de l’action menée dans une cacophonie humoristique. Cette musique constitue l’un des principaux fils de narration, en l’absence de dialogue, d’onomatopée ou autre forme de mise en contexte.

À l’occasion de son premier anniversaire, et fort de plus d’un million de joueuses et joueurs conquis, Untitled Goose Game conserve un charme unique. Les deux à trois heures nécessaires pour le terminer suffisent à passer un moment divertissant. House House ne se contente jamais de proposer un « jeu-concept » et laisse émerger de très bonnes idées d’énigmes avec une difficulté parfois relevée. Les résoudre donne une grande satisfaction aux joueurs, probablement moins aux villageois.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Tomtruc
Possède sur la même étagère Billy Hatcher and the Giant Egg et Baten Kaitos : Les Ailes éternelles et l'Océan perdu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Star Wars: Tales from the Galaxy’s Edge sortira le 19 novembre 2020 sur Oculus Quest

À l'occasion d'une nouvelle bande-annonce disponible sur la chaîne YouTube de ILMxLAB, on apprend la date de sortie de Star Wars: Tales from the Galaxy's Edge. Le titre sera disponible le 19 novembre 2020 sur les casques Oculus Quest au prix de 24,99 $ (environ 21,05 €).

Test de RIDE 4 : tonnerre mécanique

Spécialiste des jeux de moto, Milestone propose RIDE 4 deux années à peine après le troisième épisode de sa série. Faisant la promesse d’un jeu plus riche et d’une intelligence artificielle retravaillée, le studio italien propose-t-il suffisamment de nouveautés pour que l’on reprenne déjà le guidon ?

Les notes du magazine Famitsu #1664 (octobre 2020)

Quelles sont les notes du magazine Famitsu #1664 d'octobre 2020 ? À chaque nouvelle édition, on vous partage la liste des tests disponibles dans le célèbre magazine japonais.

Test de Age of Empires III: Definitive Edition : la guerre de « trois » / Suivi de : Définitivement multi

Disponible depuis 2005 sur PC, Age of Empires III n’a jamais détrôné The Age of Kings. Age of Empires III: Definitive Edition est une nouvelle chance offerte à cet épisode très singulier de conquérir à nouveau les stratèges. Bénéficiant du même soin que les deux autres Definitive Edition avant lui, peut-il se faire une place aux côtés du légendaire Age of Empires II ?