jeudi 16 juillet 2020
Accueil Tests et aperçus Test de Death Come True : un mystère sur pellicule

Test de Death Come True : un mystère sur pellicule

Test réalisé à partir d’une version fournie par Koch Media sur Switch

Développé par Too Kyo Games et publié par Izanagi Games
Sorti le 25 juin 2020 et disponible sur Switch, iOS et Android (une sortie sur PlayStation 4 et PC est également prévue)

InterfaceFrançais / Anglais / Allemand / Espagnol / Italien / Japonais / Coréen / Chinois
AudioJaponais
Sous-titresFrançais / Anglais / Allemand / Espagnol / Italien / Japonais / Coréen / Chinois

Nouveau projet de Kazutaka Kodaka, créateur et scénariste de la série Danganronpa, Death Come True prend une forme bien différente de ses œuvres précédentes : il s’agit d’un jeu d’aventure en FMV, un genre qui connaît une renaissance depuis quelques années (Her Story, Late Shift, The Complex). Le format « film interactif » convient-t-il au style très particulier du créateur de Death Come True ?

Death Come True met le joueur dans la peau de Makoto Karaki, un jeune homme amnésique qui se réveille dans une étrange chambre d’hôtel. La situation se complique quand il découvre une femme inconsciente dans la salle de bain de sa chambre. Et ce n’est que le point de départ d’une intrigue pleine de mystères, de rebondissements et de révélations typiques de Kodaka. L’ensemble est bien rythmé, de sorte que l’on ne s’ennuie pas pendant les deux à trois heures nécessaires pour en voir le bout.

Les acteurs sont convaincants et offrent une excellente performance. Au casting, on retrouve Kanata Hongō (qui jouait le rôle de Makoto Naegi dans l’adaptation live de Danganronpa), Chiaki Kuriyama (aperçue dans Battle Royale et Kill Bill) ou encore Yūki Kaji (la voix d’Eren dans L’Attaque des Titans). La réalisation est aussi soignée, avec de bonnes idées de mise en scène. Les décors donnent cependant l’impression de se répéter, conséquence de l’aspect huis-clos du scénario qui n’aide pas à créer des environnements variés. De son côté, la bande-son contribue à l’ambiance : on reconnaît facilement le style de Masafumi Takada, compositeur de Danganronpa ou Killer7.

Death Come True n’est bien sûr pas qu’un film, c’est également un jeu. Le joueur fait des choix à plusieurs reprises afin de faire progresser l’histoire. L’interface de ces décisions est stylisée : certaines d’entre elles sont effectuées en vue à la première personne tandis qu’un petit aperçu montre la façon dont va se dérouler l’action sélectionnée.

Le jeu est confortable à suivre grâce à ses nombreuses options de prise en main. Il est possible de le mettre pause à n’importe quel moment. Une avance rapide et un retour en arrière d’une dizaine de secondes permettent de naviguer rapidement si le joueur a besoin de revoir un passage. Les sous-titres en français sont gros et lisibles, même si la non-traduction de certains éléments (dont les SMS) est dommageable.

Si la durée de vie de ce film interactif n’est pas très longue, il propose des éléments à débloquer afin de pousser le joueur à explorer entièrement le jeu. À chaque mort du protagoniste, une Death Medal est débloquée. Ces dernières servent à marquer la progression du joueur et fonctionnent à la manière des succès et trophées. Des vidéos bonus sont aussi présentes : elles couvrent notamment le tournage des scènes, les coulisses ou encore les répétitions. C’est un bonus très appréciable mais qui n’est malheureusement pas sous-titré.

Death Come True est un film interactif prenant dont le scénario et ses rebondissements sont plaisants à découvrir, notamment grâce à la bonne prestation de ses acteurs. Le système de choix, les options de jeu et les bonus à débloquer contribuent aussi à rendre cette courte expérience plaisante. Et que les fans de Kazutaka Kodaka se rassurent : malgré un format inhabituel, la patte du créateur est bien visible.

StaffCoco
J’ai joué à beaucoup trop de JRPG et de visual novels pour être honnête.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

PES 2021 sera une mise à jour de saison en attendant les versions « next-gen » avec PES 2022

Dans un bref communiqué, Konami dévoile ses plans pour les prochains millésimes de Pro Evolution Soccer : PES 2021 sera une mise à jour de PES 2020 tandis que les versions « next-gen » seront réalisées avec l'Unreal Engine.

Microsoft dévoile les jeux qui entrent et qui sortent des catalogues Xbox Game Pass en juillet 2020

Comme tous les mois, Microsoft dévoile les titres ajoutés et supprimés des catalogues Xbox Game Pass en juillet 2020, son service de jeu à la demande pour console Xbox One et PC.

Test de Catherine: Full Body sur Switch : quadrilatère amoureux

Avec son intrigue autour de l’adultère et ses étranges plateformes cubiques, Catherine constituait à sa sortie une bizarrerie dans le catalogue d’Atlus. Catherine: Full Body s’inscrit dans la même lignée que Persona 4 Golden et Persona 5 Royal : il sublime un jeu déjà culte par l’ajout de contenus et une correction de ses principaux défauts. Talonnant la version PlayStation 4, cette édition Switch donne l’opportunité de vérifier si cette nouvelle tournée est toujours enivrante.

Test de The Wonderful 101: Remastered : le plus petit des grands héros

D’abord sorti sur Wii U en 2013, The Wonderful 101, le beat’em all façon Super Sentai, est de retour sur PlayStation 4, Switch et PC. Sobrement intitulée The Wonderful 101: Remastered, cette version a la particularité d’être éditée par PlatinumGames lui-même, sans le concours de Nintendo. Qu’apporte ce portage du (désormais) classique de Hideki Kamiya ? Principalement, et ce n’est pas rien, une visibilité plus importante que sur sa console d’origine.