mardi 22 septembre 2020
Accueil Tests et aperçus Test de Maid of Sker : le silence est roi

Test de Maid of Sker : le silence est roi

Test réalisé à partir d’une version fournie par Cosmocover sur PC (Ryzen 5 3600X, 32 Go de RAM, RX 5700 XT)

Développé et édité par Wales Interactive
Sorti le 28 juillet 2020 et disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC (également prévu sur Switch)

InterfaceFrançais / Anglais / Italien / Allemand / Espagnol / Coréen / Portugais / Russe / Chinois / Arabe / Turc / Polonais / Hongrois
AudioAnglais
Sous-titresFrançais / Anglais / Italien / Allemand / Espagnol / Coréen / Portugais / Russe / Chinois / Arabe / Turc / Polonais / Hongrois

Maid of Sker est un survival horror en vue subjective développé par Wales Interactive. Ce n’est pas un coup d’essai puisque le studio gallois est également à l’origine de l’excellent Don’t Knock Twice, sorti en 2017 et lui aussi à la première personne. Comment Maid of Sker parvient-il à se différencier des nombreux autres titres d’un genre ultra-codifié, à savoir le jeu d’horreur ?

L’un des points les plus intéressants concernant Maid of Sker est qu’il s’appuie sur le folklore gallois. Son histoire se déroule en 1898 et s’inspire de faits réels autour d’Elizabeth Williams. Thomas Evan, le musicien qu’incarne le joueur, met tout en œuvre pour tenter de sauver la femme qu’il aime. Débute alors une aventure durant laquelle Thomas est pris au piège par les Quiet Ones, des individus aveugles à l’ouïe surdéveloppée.

Dans les grandes lignes, Maid of Sker ressemble à de nombreux jeux d’horreur sortis avant lui. On se trouve rapidement en terrain connu. Son système de jeu est tout à fait classique ; ce qui le rend très singulier est l’importance du son dans le game design. Comme dans le film Sans un bruit, les Quiet Ones, principaux ennemis du jeu, sont aveugles. Il se servent de leur ouïe fine pour repérer le joueur, si bien qu’ils sont alertés par le moindre bruit suspect. Ce choix de game design est radical mais extrêmement simple à comprendre : il faut jouer en silence.

Dans Maid of Sker, tout ou presque peu trahir la position du joueur comme les bruits de pas, par exemple, ou le fait de heurter un élément du décor. Plus encore, la poussière ou la fumée des feux de cheminées peuvent faire tousser Thomas Evan. Dans ce cas, une pression continue sur la gâchette gauche permet de retenir son souffle, mais l’oxygène est limité ! Plus Thomas retient son souffle, plus est bruyant lorsqu’il remplit ses poumons d’airs. Ce cercle vicieux pousse le joueur à jongler entre les différentes possibilités et à prendre beaucoup de risques. L’infiltration est d’autant plus importante en début de partie puisque l’on ne possède aucune possibilité de se défendre face à l’ennemi.

Certains passages obligent à se mettre volontairement en danger, ce qui crée une réelle tension dans différentes situations. Maid of Sker met sincèrement les nerfs à rude épreuve durant son déroulement. Par ailleurs, y jouer au casque n’est pas un luxe pour mieux profiter du travail sur le son, composante au cœur de l’expérience. Certains jump scares sont efficaces et l’ambiance est réussie. L’utilisation du silence pour progresser fait de Maid of Sker une proposition plutôt originale.

Tout n’est pas parfait car on dénote au cours de l’aventure quelques passages en retrait et un rythme non-maîtrisé. Les premiers pas dans l’aventure notamment semblent un peu longs et peuvent lasser les plus impatients. Mais pour quiconque prend la peine de passer la première heure, Maid of Sker se montre séduisant avec une aventure qui émeut profondément. Il est même difficile de poser la manette jusqu’au dénouement de l’histoire.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Ozorah
Passionné de jeux vidéo et de réalité virtuelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Rétrospective de Shenmue / Partie 3 : Shenmue Online (annulé)

Dans l’expectative d’une suite aux aventures de Ryo Hazuki, laissées en suspens par la fin du légendaire Shenmue II, les fans de Shenmue ont dû se pincer plusieurs fois pour bien s’assurer qu’ils ne rêvaient pas. Contre toute attente, et surtout celles de la communauté Shenmue, Sega annonce en août 2004 développer un MMORPG depuis février 2003 dans l’univers de l’emblématique saga de Yū Suzuki : Shenmue Online. À cette époque, personne n’imaginait le fiasco que deviendrait le projet, ni qu’il anéantirait peut-être toutes les chances de jouer un jour à un éventuel Shenmue III.

Test de art of rally : le dérapage, une technique ou un art ?

Après Absolue Drift sorti en 2015, Funselektor Labs propose une nouvelle expérience minimaliste entièrement consacrée aux dérapages : art of rally. Celui-ci s’appuie sur la riche histoire de la discipline mais il n’y a pas besoin d’être un expert en la matière pour le pratiquer. Au contraire d’une simulation comme Dirt Rally 2.0, art of rally mise avant tout sur l’accessibilité, ce qui ne l’empêche pas d’être exigeant dans sa conduite.

Microsoft acquiert ZeniMax Media : Bethesda Softworks rejoint les Xbox Game Studios

Par l'intermédiaire du blog officiel Xbox Wire, Phil Spencer annonce l'acquisition de ZeniMax Media par Microsoft, la société-mère de l'éditeur Bethesda Softworks. Ses studios rejoignent les Xbox Game Studios.

NIS America annonce Disgaea 6: Defiance of Destiny sur Switch pour l’été 2021

Au cours du Nintendo Direct mini dédié aux partenaires du 17 septembre 2020, NIS America a annoncé la sortie d’un nouvel épisode de sa série de jeux de rôle : Disgaea 6: Defiance of Destiny. Le tactics-RPG de Nippon Ichi Software est prévu pour l’été 2021 sur Nintendo Switch partout dans le monde et PlayStation 4 au Japon uniquement.