dimanche 25 octobre 2020
Accueil Tests et aperçus Test de Giraffe and Annika : l'île aux chats

Test de Giraffe and Annika : l’île aux chats

Test réalisé à partir d’une version fournie par Koch Media sur PlayStation 4

Développé par atelier minima et édité par NIS America
Sorti le 28 août 2020 et disponible sur PlayStation 4, Xbox One et Switch (également disponible sur PC)

InterfaceAnglais / Chinois / Japonais
Audio
Sous-titresAnglais / Chinois / Japonais

Avec Giraffe and Annika, le studio atelier minima propose une aventure poétique qui se déroule dans un monde féérique à explorer à loisir. Ce filon rencontre un large succès dans le jeu vidéo indépendant, à l’image de Journey, Rime ou A Short Hike. Le jeu tente de se démarquer via des combats basés sur le rythme. La sortie du jeu sur Playstation 4, Xbox One et Switch permet de vérifier si cette proposition suffit à Giraffe and Annika pour sortir du lot.

Annika, une fille aux oreilles de chat, se réveille déboussolée sur la mystérieuse île de Spica. Amnésique, elle rencontre le jeune Giraffe qui semble la connaitre, et avec qui elle doit coopérer. Ensemble, ils tentent de lever le voile sur le mystère de l’île en aidant les autochtones et en récoltant des morceaux d’étoiles colorées.

Le cœur de l’aventure consiste à explorer pas-à-pas l’île de Spica en débloquant les portes, ponts cassés et autres obstacles qui cloisonnent la progression. Annika possède des capacités limitées au départ : elle peut se déplacer, récupérer des objets, parler à un personnage et interagir avec le décor. Heureusement d’autres s’ajoutent par la suite, même si la maniabilité s’avère souvent laborieuse, notamment sur les phases de plateforme et de nage.

La réalisation est sommaire avec des textures qui dissonent avec les modèles de personnage. Elle suffit toutefois à fournir une ambiance féérique au titre qui rappelle les productions Guts, plus que celles du studio Ghibli pourtant fréquemment cité.

Les phases de narration se déroulent comme des cases de bande dessinée animées. Les dialogues alternent entre émotion et humour avec une rare justesse. Cette légèreté se ressent aussi dans la musique, principalement composée de jolis motifs au piano. Le fonctionnement par nappes espacées rappelle par moment la bande son tout en simplicité de The Legend of Zelda: Breath of the Wild. La musique est d’ailleurs cœur de Giraffe and Annika. En premier lieu parce qu’elle est responsable de toute l’atmosphère sonore, mais aussi parce qu’elle est la base du système de combat du jeu.

On doit visiter cinq donjons pour avancer dans l’histoire, phases durant lesquelles les affrontements musicaux ont lieu. L’exploration du niveau consiste simplement à éviter les ennemis et suivre le chemin indiqué. Au cœur du donjon, un boss met à l’épreuve le sens rythmique du joueur : Annika se dote d’un bâton magique et doit se déplacer selon un seul axe pour frapper les balles dans un timing précis, tout en évitant les attaques. Le viseur doit coïncider avec les coups ponctuels ou longs, contrés d’une pression simple ou prolongée d’un bouton. La difficulté peut être ajustée au début des affrontements, qui finissent par se ressembler à cause du manque de diversité des attaques.

Giraffe and Annika n’est pas un titre qui brille au premier abord, à cause de ses limitations techniques et de ses phases de jeu pas toujours parfaitement calibrées. En particulier, ses phases de combat rythmique et d’exploration ne respectent pas toutes leurs promesses. L’ensemble finit pourtant par bien fonctionner, avec une île attachante qui laisse découvrir ses mystères durant 5 à 6 heures. Ce n’est donc pas sur ses originalités que Giraffe and Annika marque des points, mais le voyage reste pour autant agréable et reposant.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Tomtruc
Possède sur la même étagère Billy Hatcher and the Giant Egg et Baten Kaitos : Les Ailes éternelles et l'Océan perdu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Test de Undead Darlings: No Cure for Love

Le JRPG mâtiné de roman visuel n’est certainement pas le genre le plus original, mais il n’est jamais inintéressant de voir des « gaijin » s’essayer à cet exercice très codifié. Mr. Tired Media, avec Undead Darlings: No Cure for Love, propose une expérience presque typiquement nippone, dont certains choix de conception occidentaux lui permettent de se distinguer.

Undead Darlings: No Cure for Love disponible sur PlayStation 4, Switch et PC

Mr. Tired Media et son éditeur Sekai Games annoncent la disponibilité d'Undead Darlings: No Cure for Love sur PlayStation 4, Switch et PC. Le titre est disponible sur le PlayStation Store et l'eShop de Nintendo au tarif de 29,99 €, ainsi que sur Steam au prix de 24,99 €.

R-Type Final 2 sera édité par NIS America et sortira en 2021

NIS America annonce qu'il sera l'éditeur de R-Type Final 2. Sans date de sortie fixe, le shoot'em up de Granzella est attendu pour 2021 sur PlayStation 4, Xbox One, Xbox Series S|X, Switch et PC.

Star Wars: Tales from the Galaxy’s Edge sortira le 19 novembre 2020 sur Oculus Quest

À l'occasion d'une nouvelle bande-annonce disponible sur la chaîne YouTube de ILMxLAB, on apprend la date de sortie de Star Wars: Tales from the Galaxy's Edge. Le titre sera disponible le 19 novembre 2020 sur les casques Oculus Quest au prix de 24,99 $ (environ 21,05 €).