mercredi 5 août 2020
Accueil Tests et aperçus Test de void tRrLM(); //Void Terrarium : le monde d'après

Test de void tRrLM(); //Void Terrarium : le monde d’après

Test réalisé à partir d’une version fournie par Koch Media sur PlayStation 4

Développé par Nippon Ichi Software, édité par NIS America et distribué par Koch Media
Sorti le 10 juillet 2020 et disponible sur PlayStation 4 et Switch

InterfaceAnglais
Audio
Sous-titresAnglais
Photo de playstation-4

PlayStation 4

Ces prix ont été actualisés le 05/08/2020 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de switch

Switch

Ces prix ont été actualisés le 05/08/2020 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Derrière son titre énigmatique, void tRrLM(); //Void Terrarium, le nouveau projet de Nippon Ichi Software, abrite en réalité un donjon mystère dans la plus grande tradition du genre. Celui-ci envoie ses joueurs en quête de ressources dans ses labyrinthes, encore et encore, ad vitam æternam. Si les amateurs du genre seront aux anges, les joueurs non-initiés ne risquent-ils pas de trouver la boucle trop répétitive ?

Dans Void Terrarium, le joueur incarne un petit robot dans un monde où l’humanité a succombé à une épidémie fongique. Toute l’humanité ? Non, en déambulant dans une ferraillerie, notre petit automate rencontre une jeune humaine en mauvaise santé ainsi qu’une intelligence artificielle immobile mais vive d’esprit. Avec cette dernière, il est décidé de tout mettre en œuvre pour soigner la petite fille et lui offrir un avenir radieux.

Pour ce faire, il revient au joueur de collecter des ressources pour lui fabriquer des médicaments ou améliorer le terrarium où elle habite. Donjon mystère oblige, on explore des donjons avec tous les poncifs du genre : les étages sont aléatoires, chaque pas compte pour un tour et les statistiques du robot sont remises à zéro à chaque fin d’expédition. Attention, Void Terrarium n’est pas aussi tendre que Pokémon Donjon Mystère ou Chocobo’s Mystery Dungeon : on y meurt très souvent et il faut un minimum de planification pour ne pas tomber en panne de batterie ou sous les coups de puissants adversaires.

Il est toutefois possible d’augmenter les statistiques du robot de façon permanente grâce à l’artisanat. Tout Void Terrarium se développe autour de la construction. Grâce aux ressources et aux objets récoltés dans les donjons et à l’aide de plans, le joueur peut fabriquer de nouveaux objets, pour meubler, décorer et aménager le terrarium ou pour la petite Toriko : jouets, peluches etc. Et à chaque fois que le joueur fabrique un objet pour la première fois, il obtient un bonus associé comme cinq points de vue supplémentaires, une amélioration de sa défense ou l’agrandissement de l’inventaire.

Comme Omega Labyrinth Life permettait de s’occuper de jardins fleuris entre les donjons, Void Terrarium requiert que l’on s’occupe de Toriko et de son habitat. Il n’y a cependant pas d’activités annexes. On ne prend jamais congé de la petite fille puisque l’on déverrouille très rapidement un accessoire similaire au célèbre Tamagotchi : une fenêtre en bas à gauche permet de surveiller sa santé, son hygiène (représentée par de petites crottes) et même son ennui. Toriko apparaît en pixel art dans un tout petit écran et elle peut demander l’attention du joueur à tout moment, parce qu’elle a faim ou parce qu’elle veut jouer, par exemple. En échange de points de batterie, il est alors possible d’interagir avec elle à distance.

Mais il ne faut pas s’y tromper : on passe la majorité de Void Terrarium dans les donjons à tenter d’atteindre l’étage le plus profond. Il faut parfois des heures pour arriver au quinzième sous-sol d’une zone après de très, très nombreux échecs. Comme avec Yomawari avant lui, il ne faut pas se laisser berner par l’aspect « mignon » de ses graphismes. Void Terrarium est intransigeant, impitoyable et itératif. Pour les amateurs de donjon mystère, il se révèle aussi profond, touchant et incroyablement hypnotique.

Joueur Citoyenhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

Vacances ludiques : London 2012 : Le jeu vidéo officiel des Jeux Olympiques

L’été 2020 devait être celui des Jeux Olympiques de Tokyo, reportés d’un an en raison de la crise sanitaire. En leur absence, pourquoi ne pas se plonger dans l’ambiance sportive de London 2012 : Le jeu vidéo officiel des Jeux Olympiques ? 31 épreuves emblématiques (majoritairement individuelles) permettent aux joueurs d’allumer la flamme olympique dans leurs salons, le temps d’une soirée.

Les notes du magazine Famitsu #1653 (août 2020)

Quelles sont les notes du magazine Famitsu #1653 d'août 2020 ? Toutes les semaines, on vous partage la liste des tests disponibles dans le célèbre magazine japonais.

Test de Relicta : des puzzles et des cubes

Relicta est un jeu d’énigmes à la première personne, un genre très populaire depuis l’avènement de titres comme Portal, The Witness, The Talos Principle ou The Turing Test. Reposant sur un système de jeu simple, il requiert que l’on utilise la physique et la gravité pour progresser. Le titre de Mighty Polygon parvient-il à se différencier des classiques du jeu de réflexion ?

Le cloud gaming pour Android intègre le Xbox Game Pass dès le 15 septembre 2020

Microsoft vient d'annoncer que son service de cloud gaming (anciennement xCloud) intégrerait le Xbox Game Pass Ultimate sans frais supplémentaire à partir du 15 septembre. Le service sera uniquement disponible sur Android, pour l'instant.