mardi 4 octobre 2022
Tests et aperçusTest de Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge. S'agit-il vraiment d'une production venue des années 90 ?

Test de Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge. S’agit-il vraiment d’une production venue des années 90 ?

Test de Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge réalisé le 21 juin 2022 sur PC à partir d’une version fournie par l’éditeur.

  • Développé par Tribute Games et édité par Dotemu
  • Initialement sorti le 16 juin 2022
  • PlayStation 4, Xbox One, Switch et PC
  • Sous-titré en français
  • Inclus dans le Game Pass (Xbox, PC et cloud)
  • Compatible Steam Deck

Après Streets of Rage 4, Dotemu ressuscite un autre classique du beat ‘em all. Cette fois-ci, ce sont les Tortues Ninja qui sont de retour par le prisme de Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge. En s’inspirant de Teenage Mutant Hero Turtles: Turtles in Time, Tribute Games réalise un jeu d’action qui suscite la nostalgie des enfants des années 80 et 90. Mais le studio ne s’est pas contenté d’une expérience « à l’ancienne ». Il a largement modernisé la formule au point d’en faire un titre étonnamment familial.

Test de Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge

Une fois de plus, les Tortues Ninja doivent déjouer les plans de Bebop, Rocksteady, Krang et Shredder. Leonardo, Michelangelo, Raphaël et Donatello, accompagnés d’April O’Neil et Splinter, traversent les rues et les égouts de New York pour combattre leurs ennemis de toujours. On retrouve les lieux iconiques de la série au travers de seize épisodes, qui sont autant de niveaux, façonnés avec amour. L’histoire n’est bien sûr qu’un prétexte à la castagne, mais donne l’occasion d’admirer de superbes illustrations entièrement réalisées en pixel art.

Graphiquement, le titre est-il destiné aux seuls amateurs de rétrogaming ?

Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge est effectivement dessiné point par point, dans la grande tradition des beat ‘em all de l’ère 16-bits. Mais il bénéficie de plus de trente ans d’évolution du pixel art et des technologies. Sur un écran 4K, le rendu graphique est une véritable merveille. Les sprites sont immenses et colorés dans des décors richement détaillés. À ce propos, le studio s’est inspiré de la série diffusée entre 1987 et 1996, plutôt que celles qui ont suivi. On reconnaît immédiatement son style, ses personnages et d’innombrables références à l’univers de Tortues Ninja.

Mais ce sont surtout les animations qui ébahissent. Chaque personnage dispose de ses propres postures et de ses mouvements. On ressent nettement l’impact des coups grâce à de multiples effets de lumière. Quand on y regarde de plus près, on reconnaît même quelques frames iconiques du monde des jeux de combat, de Street Fighter à Fatal Fury en passant par Samurai Shodown.

Tribute Games a aussi rendu hommage au dessin animé avec une ambiance sonore extrêmement soignée. Les combattants balancent des punchlines au milieu des affrontements. Les musiques, qui citent souvent le thème de Tortues Ninja, sont signées Tee Lopes, aussi connu pour Sonic Mania. L’auteur compose une nouvelle bande-son évocatrice de nombreux souvenirs et qui dégage une énergie folle. Tous ces éléments réunis font de Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge une boite à bijoux.

Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge est-il aussi difficile que les jeux d’arcade des années 90 ?

On est donc d’abord attiré par la réalisation, avant d’être retenu par le gameplay. Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge est un concentré de fun auquel tout le monde peut participer. Les commandes sont d’une simplicité enfantine et les combos sortent facilement. Les possibilités ne sont peut-être pas aussi nombreuses que dans Streets of Rage 4, mais on peut vite affoler les compteurs. On dispose pour cela d’une attaque simple, d’une spéciale à déclencher quand la jauge est pleine, d’une esquive et d’un saut. On peut aussi encourager ses amis pour qu’ils récupèrent de la vie ou leur donner de la pizza quand ils sont K.-O. Une touche est enfin attribuée aux provocations pour recharger la jauge de spéciale.

Mais le titre est surtout facile d’accès parce qu’il possède plusieurs niveaux de difficulté. Le mode histoire permet en plus d’évoluer au fil du temps pour augmenter son nombre de vies, obtenir de nouvelles compétences ou agrandir sa jauge de spéciale. Les niveaux regorgent enfin d’à-côtés, sous forme de défis et de collectables, pour augmenter plus vite le niveau de son personnage.

Pour quiconque préfère une expérience authentique, rien n’empêche d’opter pour le mode arcade aux crédits limités. Un run s’étale tout de même sur deux ou trois heures et on peut être découragé de le faire d’une traite. Dans tous les cas, et si l’on accorde plus d’importance au fun qu’au challenge, il est parfaitement possible de jouer à plusieurs et même d’intégrer une équipe à la volée. Dans ces conditions, la campagne ne nous a pas semblé plus relevée, bien au contraire.

Est-il aussi fun à plusieurs ?

Comme tous les beat ‘em all de l’âge d’or, Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge est praticable en coop. On peut même y jouer jusqu’à six en local ou en ligne (quatre maximum sur PlayStation 4). Plus on est de fous, plus l’action se révèle confuse sans jamais entacher la fluidité cependant. Les combos fusent, les ennemis rebondissent sur tous les bords de l’écran et les mécaniques sont astucieusement conçues pour le multi. De plus, les joueurs les moins expérimentés ne sont jamais les boulets d’une partie. Si un personnage n’avance pas, il est replacé au milieu de l’écran.

Dans ces conditions, le plus compliqué est de relever certains défis, comme ceux où l’on ne doit pas être touché. On peut aussi se chamailler pour déguster les pizzas, qui servent à récupérer sa vie ou des power-ups. Le titre présente enfin un côté compétitif, avec le l’indication du nombre d’ennemis vaincus par chacun. Des récompenses sont alors décernées pour faire plaisir aux plus jeunes. Par exemple, on peut obtenir celle du joueur pacifiste ou de celui qui a le plus sprinté.

Malgré tout, on reconnaît un léger manque de contenu. Hormis Casey que l’on peut déverrouiller, le jeu ne comporte pas de bonus. On n’aurait pas été contre davantage de modes, ne serait-ce qu’un versus. On peut le comprendre néanmoins car les niveaux sont bien construits et tout le jeu bénéficie d’une minutie complètement maniaque. En l’état, on n’a pas besoin de se forcer pour relancer une partie pour le fun, au contraire de certains jeux d’arcade des années 90 qui peuvent rebuter à cause de leur difficulté. Quelles que soient les modalités, en ligne, à l’apéritif, en famille ou pour le challenge, Teenage Mutant Ninja Turtles: Shredder’s Revenge procure un plaisir de jeu véritablement instantané.

Articles similaires

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici