lundi 6 juillet 2020
Accueil Tests et aperçus Test de Nioh 2 : un yōkai averti en vaut deux

Test de Nioh 2 : un yōkai averti en vaut deux

Test réalisé à partir d’une version fournie par Sony sur une PlayStation 4 de première génération

Développé par Team Ninja et édité par Sony Interactive Entertainment
Sorti le 13 mars 2020 et disponible sur PlayStation 4

Après de longues années de développement, le premier Nioh fut un succès lors de sa sortie en 2017. Trois extensions supplémentaires plus tard, Nioh 2 prend le relais. Cet antépisode parvient-il à se montrer à la hauteur de son aîné ?

Hybride mi-humain, mi-yōkai, le protagoniste de Nioh 2 est entraîné dans une quête à travers le Japon pour trouver des pierres d’esprits. Contrairement au jeu précédent, le personnage principal est personnalisable à l’aide d’un éditeur complet. Une fois cette étape passée, le joueur commence l’aventure, structurée autour de missions principales et secondaires.

Les affrontements sont au cœur de cet action-RPG. Une dizaine d’armes sont disponibles, du katana aux hachettes en passant par les tonfas, chacune se maniant différemment. Utiliser une arme de manière répétée permet d’obtenir des points à dépenser dans l’arbre de compétence de cette catégorie d’arme, ce qui débloque de nouvelles techniques et enchaînements.

Les combats reposent sur l’endurance, appelée « ki ». Si le joueur doit faire attention à ne pas se retrouver à cours de ki, et être brièvement sans défense face aux attaques, il doit aussi surveiller la jauge de ki des ennemis : une fois vide, il peut porter un coup dévastateur infligeant beaucoup de dégâts. Une impulsion de ki peut aussi être effectuée afin de dissiper les zones réduisant la récupération d’endurance.

Le joueur doit également surveiller la posture de son personnage. La posture haute privilégie l’attaque, la posture basse repose sur les esquives tandis que la posture moyenne est un compromis entre les deux. Chaque posture change radicalement les attaques des armes et il est donc nécessaire de s’adapter en permanence selon la situation.

Nioh 2 offre cependant une nouvelle subtilité par rapport à son prédécesseur : l’anima, représentée par une troisième jauge sous la vie et le ki, correspondant aux pouvoirs yōkai du protagoniste. Le joueur peut ainsi assimiler les techniques des ennemis pour les utiliser ou encore se transformer en yōkai afin d’attaquer à pleine puissance.

Mais l’élément central liée à l’anima est le contre explosif. Ce contre, à utiliser lorsqu’un signal rouge apparaît, permet d’entamer fortement la barre de ki des ennemis. Cette variété de techniques offre des combats rythmés, où la moindre erreur ne pardonne pas.

La difficulté est en effet bien présente. Les ennemis sont sans pitié et les boss représentent de véritables défis. La défaite fait perdre les points d’expérience accumulés et renvoie au dernier sanctuaire visité. Le multijoueur est cependant présent pour aider les joueurs : les missions peuvent être effectuées à plusieurs et il est possible d’activer des tombes bienveillantes invoquant un allié. D’autres tombes, maléfiques, lancent un affrontement contre de puissants opposants. Les battre permet d’obtenir leur équipement.

Pour la partie technique, le jeu propose un mode action, favorisant le nombre d’images par seconde, et deux modes vidéo favorisant la résolution (avec images par seconde variables ou verrouillées à 30) afin de satisfaire les goûts de tout le monde.

Nioh 2 repose ainsi grandement sur les bases du premier opus, rajoutant divers éléments pour perfectionner la recette établie. Les amateurs de défis peuvent ainsi repartir traverser le Japon en tranchant des yōkai dans la joie et la difficulté.

StaffCoco
J’ai joué à beaucoup trop de JRPG et de visual novels pour être honnête.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

Test de Little Town Hero : la bonne idée se trouve dans les combats

Chaque projet de Game Freak sans les célèbres Pokémon attire la curiosité : on se demande toujours si le vénérable studio de Satoshi Tajiri est à la hauteur de sa réputation. Little Town Hero, d’abord sorti sur Switch le 16 octobre 2019, n’a pas fait l’unanimité mais on aimerait expliquer pourquoi le titre mérite amplement sa chance. Mieux que ça : quiconque adhère au système de combat pourrait être étonné par la richesse de ce dernier.

Test de Death Come True : un mystère sur pellicule

Nouveau projet de Kazutaka Kodaka, créateur et scénariste de la série Danganronpa, Death Come True prend une forme bien différente de ses œuvres précédentes : il s’agit d’un jeu d’aventure en FMV, un genre qui connaît une renaissance depuis quelques années (Her Story, Late Shift, The Complex). Le format « film interactif » convient-t-il au style très particulier du créateur de Death Come True ?

Test de Mr. Driller: DrillLand : le puzzle game qui perce

Mr. Driller est de retour avec une version améliorée de l’excellent Mr. Driller: DrillLand. Sorti sur GameCube en 2002, ce cinquième épisode n’avait jamais quitté le Japon. Bandai Namco nous donne aujourd’hui l’opportunité de découvrir son classique du puzzle game sur Switch et PC. Mr. Driller: DrillLand peut-il encore faire son trou 18 ans après sa sortie initiale ?

NBA 2K20, Rise of the Tomb Raider et Erica dans le PS Plus de juillet 2020

Sony vient de dévoiler les trois jeux offerts sur PlayStation 4 aux abonnés PS Plus du mois de juillet 2020, disponibles au téléchargement du 7 juillet au 3 août 2020.