dimanche 9 mai 2021
AccueilTests et aperçusTest de Judgment : à la fois avocat, jury et bourreau

Test de Judgment : à la fois avocat, jury et bourreau

Test réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur sur PlayStation 5

Développé par Ryu Ga Gotoku Studio, édité par SEGA et distribué par Koch Media
Sorti le 23 avril 2021 et disponible sur PlayStation 5, Xbox Series X et Stadia (également disponible sur PlayStation 4)

InterfaceFrançais / Anglais / Allemand / Espagnol / Italien
AudioAnglais / Japonais
Sous-titresFrançais / Anglais / Allemand / Espagnol / Italien
Photo de ps5

PS5

Ces prix ont été actualisés le 09/05/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de xbox

Xbox

Ces prix ont été actualisés le 09/05/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Test de Judgment

Auparavant confidentielle sous nos latitudes, la saga Yakuza s’est imposée au fil du temps comme une incontournable du catalogue SEGA. Bénéficiant cette année d’un dépoussiérage et d’une nouvelle édition sur un grand nombre de supports, Judgment est toutefois un épisode à part. Les nouveaux venus peuvent enfin constater le lien singulier qui unit ce jeu à la série emblématique de Ryu Ga Gotoku Studio.

Takayuki « Tak » Yagami est un avocat qui se fait une petite réputation à Kamurocho, le quartier chaud et emblématique de Yakuza. Son principal fait d’armes est d’avoir innocenté Shinpei Okubo, accusé d’une série de meurtres. Mais son univers vacille lorsque son client assassine sa petite amie avant de brûler son appartement. Tak se se convertit au métier de détective privé et se retrouve pris dans une spirale de meurtres visant un clan de yakuza.

Incarner un détective apporte quelques nouveautés dans le déroulement des missions. Judgment intègre notamment des phases d’enquête et de recherche à la première personne, qui alternent avec des filatures et des courses-poursuites, permettant de varier plus que jamais auparavant les situations. La photographie est à ce titre centrale, que ce soit à la volée ou via un drone. Ce dernier fait l’objet d’un soin particulier, avec des options de personnalisation et des courses urbaines pour le mettre en valeur. Plusieurs affaires secondaires comblent les trous dans l’agenda du détective et donnent l’opportunité d’enquêter sur des adultères ou des disparitions inexpliquées contre quelques milliers de yens. Elles prouvent aussi que le studio n’a pas perdu son humour depuis Yakuza.

La carte de Kamurocho est extrêmement dense avec une grande quantité de commerces et de lieux uniques. Les bornes d’arcade balayent un large éventail de titres, avec des classiques de SEGA en libre accès ou des parodies telles que Kamuro of the Dead. Il est également possible de jouer au shogi ou au baseball, ainsi qu’au mystérieux (mais lucratif) jeu en réalité virtuelle. Cinquante quêtes sociales donnent enfin du corps au quartier des plaisirs tokyoïte, en plus de fournir une aide au combat. On peut regretter l’absence des bars à hôtesse ou du karaoké, mais il est difficile de bouder son plaisir devant tant de diversité.

Cette version next-gen embarque avec elle l’ensemble des contenus additionnels proposés dans l’original, majoritairement des consommables et des éléments cosmétiques. Les principales modifications concernent le volet technique, avec un frame rate capé à 60 FPS et des chargements réduits. Les visuels ont été retravaillés avec un filtre qui met l’accent sur les ombres et le réalisme. Ce choix est celui qui interroge le plus, mais il s’explique peut-être par une volonté d’harmoniser Yakuza. Quelques autres défauts mineurs (certains choix de traduction, synchronisation labiale…) n’empêchent aucunement de profiter de la direction artistique sublime et de la mise en scène de Judgment.

Appliquant rigoureusement une recette miracle, ce hors-série a tout d’un jeu Yakuza sans l’être véritablement. La tonalité plus sombre, l’approche nouvelle de l’histoire et l’absence de lien scénaristique avec les autres Yakuza lui permettent de se distinguer. Après tout, qu’importe : Judgement est à la fois une porte d’entrée idéale pour découvrir la saga sans s’y perdre, mais aussi l’occasion d’insérer une nouvelle pièce dans la machine Ryu Ga Gotoku Studio. Attention toutefois : difficile d’en sortir une fois qu’on a mis les pieds à Kamurocho.

Judgment

Récompense Actua du monde le plus organique de 2019

Tous les ans, Actua récompense les meilleurs jeux de l’année dans différentes catégories (aventure solo, jeu familial, bande originale etc.). L’une d’entre elles célèbre les mondes les plus organiques. En 2019, c’est Judgment qui l’a remportée. Judgment aurait pu rafler plusieurs récompenses mais c’est la cohérence de son monde ouvert que l’on a décidé de plébisciter. Peu de cartes semblent aussi riches, vivantes et propices à la flânerie que celle de Kamurocho. Non seulement les à-côtés sont généreux, avec des activités et des quêtes annexes en pagaille, mais Judgment intègre également un système d’amitiés à lier qui lui donne un côté plus social que les épisodes canoniques de Yakuza. Louer un bien en centre-ville, qui sert de quartier général à Yagami et son assistant, renforce également le sentiment d’appartenance à ce quartier ultra-crédible et pourtant imaginaire. On ne se lassera jamais de le découvrir et redécouvrir au fil des épisodes.

Découvrir toutes les récompenses Actua des meilleurs jeux de l’année 2019

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Tomtruc
Possède sur la même étagère Billy Hatcher and the Giant Egg et Baten Kaitos : Les Ailes éternelles et l'Océan perdu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents