jeudi 16 juillet 2020
Accueil Tests et aperçus Tests PlayStation 4 Test de Concrete Genie : lumière sur l'art urbain

Test de Concrete Genie : lumière sur l’art urbain

Test réalisé à partir d’une version fournie par Sony sur une PlayStation 4 de première génération

Développé par Pixelopus et édité par Sony Interactive Entertainment
Sorti le 9 octobre 2020 et disponible sur PlayStation 4

Réaliser des œuvres pour sauver sa ville des ténèbres : telle est la promesse du nouveau jeu de Pixelopus. Concrete Genie permet-il de manier le pinceau et de laisser libre court à sa créativité ? Pas exactement, non. On n’y dessine pas librement au gré de son inspiration : il s’agit plutôt d’un jeu d’aventure avec les arts plastiques comme thématique, ce qui ne l’empêche pas d’être une aventure touchante et très plaisante.

Dans Concrete Genie, on incarne Ash, un jeune artiste victime de harcèlement par un groupe d’ados de son âge. Alors qu’il griffonne son carnet de dessins, ses intimidateurs le lui arrachent des mains avant d’en déchirer les pages. Le joueur doit alors les retrouver tandis qu’il tombe sur un pinceau magique, capable de redonner des couleurs à Denska, la ville portuaire polluée et abandonnée où se déroule l’aventure, un peu à la manière d’Ōkami.

Avec son pinceau, Ash doit rallumer des ampoules de zone en zone en peignant autour. Grâce aux fonctions gyroscopiques de la DualShock 4, on peut pointer précisément où on veut et « dessiner » sur les murs. Dans les faits, on choisit parmi différents motifs que l’on ramasse au cours du jeu (arbres, étoiles, papillons, totems) que l’on tamponne, en quelque sorte, à la manière de Jet Set Radio.

Le pinceau permet également de donner vies à des génies élémentaires (feu, électricité, vent) qui ne se déplacent que sur les murs. On les dessine avec les attributs de notre choix parmi une petite sélection. Ponctuellement, un génie peut réclamer un motif : en lui dessinant une herbe, un feu de camp ou ce qu’il désire, il peut réaliser une action qui permet de progresser comme déplacer une caisse. Les génies fournissent également de la super peinture avec laquelle Ash peut « nettoyer » les murs les plus pollués, permettant aux génies de progresser.

Les jeunes gens au cœur noir qui s’en prennent à Ash l’empêchent cependant de progresser, obligeant à se cacher ou à progresser en dehors de leur champ de vision, sur les toits par exemple. Le joueur peut également tenter de récupérer toutes les pages de son carnet, ce qui représente un beau défi, pour découvrir tous les motifs. Certaines sont si virevoltantes qu’elles sont difficiles à obtenir.

L’histoire est plutôt intéressante à suivre car on souhaite savoir ce qui se cache derrière les ténèbres de Denska et les agissements de ses jeunes habitants. Visuellement, le titre a beaucoup de caractère et il se dégage une ambiance très particulière de la ville. Mais ce sont surtout les motifs de peinture qui impressionnent. Très lumineux, ils se rapprochent d’ailleurs davantage du néon que de la gouache, alors que les personnages et les décors semblent avoir été dessinés à la main. Mélangés, les motifs ont un charme fou et les compositions sont très satisfaisantes.

De Concrete Genie se dégage une forme de poésie que l’on retrouve dans beaucoup de jeux PlayStation, de Little Big Planet à Dreams, par exemple. À la différence près qu’ici, et bien que le jeu soit une invitation à l’expression, on ne crée malheureusement pas.

Que contient le mode PlayStation VR de Concrete Genie ?

Concrete Genie propose un mode PlayStation VR en bonus de la campagne principale. Celui-ci est facultatif et il n’est pas obligatoire de le terminer pour obtenir le Platine, les trophées se trouvant dans une liste séparée. À l’aide des PlayStation Move, le joueur doit reproduire depuis son carnet des dessins dans un décor en extérieur.

Joueur Citoyenhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

PES 2021 sera une mise à jour de saison en attendant les versions « next-gen » avec PES 2022

Dans un bref communiqué, Konami dévoile ses plans pour les prochains millésimes de Pro Evolution Soccer : PES 2021 sera une mise à jour de PES 2020 tandis que les versions « next-gen » seront réalisées avec l'Unreal Engine.

Microsoft dévoile les jeux qui entrent et qui sortent des catalogues Xbox Game Pass en juillet 2020

Comme tous les mois, Microsoft dévoile les titres ajoutés et supprimés des catalogues Xbox Game Pass en juillet 2020, son service de jeu à la demande pour console Xbox One et PC.

Test de Catherine: Full Body sur Switch : quadrilatère amoureux

Avec son intrigue autour de l’adultère et ses étranges plateformes cubiques, Catherine constituait à sa sortie une bizarrerie dans le catalogue d’Atlus. Catherine: Full Body s’inscrit dans la même lignée que Persona 4 Golden et Persona 5 Royal : il sublime un jeu déjà culte par l’ajout de contenus et une correction de ses principaux défauts. Talonnant la version PlayStation 4, cette édition Switch donne l’opportunité de vérifier si cette nouvelle tournée est toujours enivrante.

Test de The Wonderful 101: Remastered : le plus petit des grands héros

D’abord sorti sur Wii U en 2013, The Wonderful 101, le beat’em all façon Super Sentai, est de retour sur PlayStation 4, Switch et PC. Sobrement intitulée The Wonderful 101: Remastered, cette version a la particularité d’être éditée par PlatinumGames lui-même, sans le concours de Nintendo. Qu’apporte ce portage du (désormais) classique de Hideki Kamiya ? Principalement, et ce n’est pas rien, une visibilité plus importante que sur sa console d’origine.