samedi 27 février 2021
Accueil Tests et aperçus Test d'Azur Lane: Crosswave : maman les p'tits bateaux

Test d’Azur Lane: Crosswave : maman les p’tits bateaux

Test réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur sur Switch

Codéveloppé par Compile Heart et Felistella et édité par Idea Factory
Sorti le 19 février 2021 et disponible sur Switch (également disponible sur PlayStation 4 et PC)

InterfaceAnglais
AudioJaponais
Sous-titresAnglais

Disponible depuis 2017 au Japon et en Chine, puis dans le reste du monde depuis 2019, Azur Lane est un shoot’em up horizontal sur mobile qui met en scène des versions anthropomorphiques (exclusivement féminines) de navires de guerre. Son succès lui a permis de se développer dans d’autres domaines avec : un anime, des mangas, des light novels et, aujourd’hui, un jeu vidéo sur consoles et PC. Le défi auquel font face Compile Heart et Felistella est de taille : parvenir à adapter l’expérience originale hors mobile, purgé des microtransactions et sur du matériel plus ambitieux.

Azur Lane: Crosswave prend la forme d’un TPS où le joueur dirige une flotte de trois shipgirls au choix. Chaque personnage jouable possède deux types d’attaque ainsi qu’un coup spécial et une technique offrant un buff temporaire. L’escouade est complétée par trois personnages de soutien : bien qu’elles n’apparaissent pas pendant les affrontements, elles permettent d’obtenir des effets supplémentaires comme un bouclier après avoir subi un certain nombre de dégâts.

Les combats prennent place au cours de courtes missions malheureusement très répétitives. Les objectifs sont toujours les mêmes (battre un boss, détruire un certain nombre d’ennemis…) dans des cartes limitées à une seule étendue d’eau vide, seul le décor de fond changeant. La variété vient plutôt du côté des shipgirls elles-mêmes. Les combattantes sont divisées en plusieurs catégories, ce qui a un impact sur la manière de les contrôler et d’attaquer. Par exemple, les destroyers sont rapides, avec une cadence de tir plus élevée que la moyenne et la possibilité d’effectuer un dash, tandis que les porte-avions font davantage de dégâts et possèdent un bouclier. Les combats demandent donc de jongler entre les héroïnes selon la situation, tout en restant constamment en mouvement.

Azur Lane: Crosswave intègre également une dimension RPG avec de l’expérience et des niveaux qui augmentent au fur et à mesure des parties. L’équipement des combattantes peut aussi être modifié afin de modifier certaines statistiques, comme la cadence de tir. Un système d’artisanat, d’amélioration des différents composants ainsi qu’une boutique permettent à chaque joueur d’affiner sa flotte pour que chaque membre corresponde à son style de jeu.

Azur Lane: Crosswave tourne principalement autour de son mode « histoire », où les différentes factions du jeu original se retrouvent lors d’un grand événement militaire, tandis qu’une étrange menace semble rôder dans les parages. Le joueur déplace son personnage sur une carte en 2D pour sélectionner la prochaine mission ou la scène de dialogue suivante : s’il y en a plusieurs, il est alors libre de les faire dans l’ordre de son choix. Cette carte contient aussi quelques caches d’objet qui permettent de mettre la main sur plus d’équipement.

Les amateurs à la recherche de fan service seront en tout cas ravis de retrouver l’univers d’Azur Lane et son casting haut en couleur. Les menus eux-mêmes s’inspirent de ceux du jeu mobile. À côté de cette aventure, le mode « combat extrême » propose des affrontements de plus en plus difficiles pour les joueurs en manque de défi, tandis qu’un mode « photo » est présent pour réaliser ses propres mises en scène. On peut cependant regretter l’absence de modes multi qui auraient pu apporter un peu de piment à une adaptation, certes, fidèle mais qui finit par tourner en rond sur l’eau.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

StaffCoco
J’ai joué à beaucoup trop de JRPG et de visual novels pour être honnête.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents