jeudi 28 octobre 2021
AccueilTests et aperçusTest d'Akiba's Trip: Hellbound & Debriefed : mise en lumière

Test d’Akiba’s Trip: Hellbound & Debriefed : mise en lumière

Détails d’Akiba’s Trip: Hellbound & Debriefed

VersionsSortieDéveloppeurÉditeurDistributeur
PC🌐 20/07/2021ACQUIREMarvelous Europe
PlayStation 4🇫🇷 23/07/2021ACQUIREMarvelous EuropeJust For Games
Switch🇫🇷 23/07/2021ACQUIREMarvelous EuropeJust For Games

Test vidéo d’Akiba’s Trip: Hellbound & Debriefed sur PlayStation 4

Test d’Akiba’s Trip: Hellbound & Debriefed sur PlayStation 4

Test réalisé à partir d’une version fournie par le distributeur sur PlayStation 4

TextesAnglais / Japonais / Coréen / Chinois simplifié / Chinois traditionnel
VoixAnglais / Japonais

Célèbre pour sa mécanique de déshabillement, Akiba’s Trip est pour la première fois disponible en Europe à l’occasion d’Akiba’s Trip: Hellbound & Debriefed. Davantage un remaster qu’un véritable remake, cette nouvelle version donne l’occasion de sonder la profondeur de l’action-RPG d’ACQUIRE, souvent résumé à son postulat loufoque et à l’effeuillage de ses antagonistes.

Le protagoniste est victime de l’attaque d’un vampire, et il devient malgré lui l’un d’entre eux. Il s’engage alors à protéger les rues d’Akihabara avec les Akiba Freedom Fighters : pour ce faire, il arrache les vêtements de ses semblables pour que le rayonnement ultraviolet atteigne leur peau. Lui-même sensible à la lumière du jour, il doit toutefois se prémunir contre les adversaires qui tentent de le déshabiller.

Le joueur dispose de trois coups : au visage pour entamer l’usure des couvre-chefs, au buste pour dégrader les hauts et sous la ceinture pour se défaire des bas. Quand le vêtement est suffisamment abîmé, le joueur peut l’arracher et exposer le corps nu de son adversaire. Les vampires sont alors éradiqués par le soleil tandis que les humains s’enfuient dans leur plus simple appareil.

Le joueur connaît les mêmes risques : s’il perd ses trois pièces d’équipement, la partie prend fin. On apprend progressivement à subtiliser les vêtements plutôt qu’à les déchirer et l’on peut dès lors les porter soi-même et les améliorer. Les tenues ne manquent jamais d’humour et certaines pièces (déguisement d’ours, cosplay, tête de cheval en latex) sont hilarantes quand elles apparaissent au cours des scènes cinématiques.

Mais les combats restent extrêmement redondants et manquent terriblement de précision, malgré les nouveaux combos que l’on intègre au fil d’Akiba’s Trip: Hellbound & Debriefed. Le joueur peut au moins enchaîner les déshabillements à l’aide de QTE qui dynamisent légèrement les affrontements. Différents niveaux de difficulté permettent à qui le souhaite de profiter de l’histoire uniquement.

L’exploration se déroule exclusivement à Akihabara dont on reconnaît les rues et les commerces. Il est plaisant de retrouver le quartier intra-jeu à condition d’accepter un portage brut depuis la PSP, modélisations et textures y compris. On regrette que les temps de chargement n’aient pas été optimisés car les aires de jeu sont minuscules et l’on doit régulièrement se déplacer de l’une à l’autre.

Malgré ce, le monde d’Akiba’s Trip: Hellbound & Debriefed paraît très vivant avec de nombreux personnages non-jouables qui interagissent entre eux, comme lorsqu’un travailleur caritatif aborde un passant ou qu’un voyou rackette un autre citoyen. Selon ses actions, le joueur feutre d’ailleurs l’appréciation du quartier à son égard.

En sus de la campagne principale, le titre regorge de quêtes annexes qui ont majoritairement pour objectif la livraison d’un bien ou une cible à abattre. Un premier run d’Akiba’s Trip: Hellbound & Debriefed dure une douzaine d’heures environ et plusieurs fins sont à découvrir en fonction des choix du joueur, permettant de mieux comprendre les tenants et les aboutissants du scénario.

Car malgré son volet technique d’une grande modestie et l’autodérision dont fait preuve ACQUIRE, l’intrigue bénéficie d’une écriture étonnamment riche. Son lore est densifié par les discussions sur le réseau Pitter ou grâce à l’anime de fiction IT Witch Maria, qui donnent l’impression d’être immergé dans un univers otaku, Akihabara oblige. S’il ne permet pas de redécouvrir le premier épisode de la série dans les meilleures conditions, Akiba’s Trip: Hellbound & Debriefed met au moins en lumière son récit tel qu’il était dans sa version d’origine.

Captures d’écran d’Akiba’s Trip: Hellbound & Debriefed

Akiba

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture ! Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, on serait heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos donateurs Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Julien Capronhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents