samedi 29 janvier 2022
AccueilTests et aperçusTests SwitchTest de Mario Party Superstars : pourquoi y jouer si l’on possède...

Test de Mario Party Superstars : pourquoi y jouer si l’on possède déjà Super Mario Party ?

Mario Party Superstars retrouve le goût des choses simples. Avec son « nouvel » épisode, Nintendo propose de replonger dans les prémices de Mario Party, sans motion gaming et avec des règles de jeu très sommaires. Cet épisode est aussi plus adapté à tous les membres de la dorénavant grande famille Switch, puisqu’il est tout aussi compatible avec le modèle Lite. Et comme Nintendo a sélectionné la crème de la crème de vingt-trois ans de mini-jeux, on ne peut que se réjouir de ce retour aux sources.

VersionSortieDéveloppeurÉditeurPrix
Switch29/10/2021NintendoNintendo59,99 €

Sommaire

Qu’est-ce que Mario Party ?

Mario Party est une série de party games mettant en scène les personnages et l’univers de Mario. Quatre participants, humains ou numériques, s’affrontent sur un plateau de jeu où l’on progresse à l’aide de dés et où l’on peut acheter des étoiles. Celui qui en obtient le plus après le nombre de tours prévu est désigné « superstar » : il remporte la partie. Pour obtenir des pièces et acquérir des étoiles, les joueurs doivent tomber sur les bonnes cases ou remporter des mini-jeux. À la fin de chaque tour, les joueurs s’affrontent effectivement dans l’une des dizaines d’épreuves. Chacune possède son gameplay spécifique et ne dure que quelques secondes ou minutes parfois.

La série connaît aujourd’hui dix épisodes canoniques, mais aussi quelques hors-séries dont le récent Super Mario Party aussi disponible sur Switch. En 2017, une première compilation regroupait les meilleurs mini-jeux : Mario Party: The Top 100 sur 3DS. Aujourd’hui, Mario Party Superstars réunit aussi quelques plateaux emblématiques de la désormais longue histoire du party game.

S’agit-il d’un épisode réservé aux joueurs nostalgiques ?

Mario Party Superstars comprend cinq plateaux de jeu issus des épisodes Nintendo 64. L’Île tropicale de Yoshi et le Gâteau d’anniversaire de Peach représentent Mario Party tout d’abord. La Station spatiale et le Pays de l’horreur sont issus de Mario Party 2 ensuite. Les Bois de Woody enfin proviennent de Mario Party 3. Le total paraît faible mais la sélection est idéale car ces plateaux sont parmi les préférés des fans. Les règles différentes pour chacun assurent la variété. Dans l’un, les étoiles ne peuvent être qu’à deux emplacements régulièrement intervertis. Dans un autre, les tuyaux dorés n’existent pas. La façon de jouer diffère en conséquence.

Cet épisode n’est donc pas exactement un remake puisqu’il prend plutôt la forme d’un best of. Dans ces conditions, on n’éprouve pas spécialement de nostalgie pour un épisode en particulier. Certes, le menu principal est inspiré de celui du premier épisode, mais ça ne va pas plus loin. On ne retrouve pas l’ambiance si distinctive des premiers Mario Party développés par Hudson Soft, aux modélisations différentes et aux compositions de Yasunori Mitsuda pour le premier.

Quant aux cent mini-jeux disponibles, ils sont piochés parmi les dix épisodes canoniques de Mario Party. Leur présence est cependant soumise à une condition : l’usage de contrôles traditionnels. On retrouve les grands classiques de la série dans différents genres : Dingo-piqueurs, Carapace castagne, Patinoire panique, Serre-livre extrême… Les choix sont tels que l’on ne regrette guère l’absence d’un mini-jeu ou d’un autre : les meilleurs sont tous là.

Qu’apporte Mario Party Superstars à la formule ?

Peut-être serait-il plus judicieux de se demander : que soustrait Mario Party Superstars à la formule ? Avec cette collection, le gameplay traditionnel signe son grand retour. Nintendo n’a pas intégré de boss de fin de partie, de mini-jeux au microphone, de déplacements sur un même véhicule ou de contrôles gyroscopiques. On est en présence d’un Mario Party tout ce qu’il y a de plus classique, auquel on peut jouer avec n’importe quel type de commandes de la famille Switch : Controller Pro, Joy-Con, Switch Lite, manettes non-officielles…

Ce nouvel épisode se distingue tout de même par ses options de qualité de vie. Par exemple, une sauvegarde automatique entre chaque tour permet de quitter à tout moment et de reprendre plus tard. De cette manière, les petits malins peuvent même rejouer un jet de dés infructueux. On peut aussi ajouter des tours à la volée pour prolonger le plaisir, supprimer les étoiles bonus que l’on trouve parfois injustes, ajouter un handicap… On peut aussi configurer les tours de l’intelligence artificielle pour qu’ils se déroulent à toute vitesse.

Mario Party Superstars s’accompagne enfin de la montagne aux mini-jeux, qui comporte la ribambelle de modes bonus. Jeu libre, matchs à deux équipes, mode survie et combats de pièces permettent de varier les plaisirs. Un défi quotidien à la WarioWare: Get It Together!, avec des packs de mini-jeux, relance l’intérêt. Mais cet épisode est surtout le premier à intégrer un mode en ligne d’emblée, bien que Super Mario Party l’ait obtenu dans une mise à jour du 28 avril 2021.

Peut-on jouer seul à Mario Party Superstars ?

Pourquoi jouer seul à Mario Party ? Bien que la série soit essentiellement pensée pour le multi, la question se pose sur Switch Lite, davantage destinée aux parties solitaires. À une époque où les rassemblements se sont raréfiés, il n’est pas non plus impensable de joueur en solo. Nintendo a d’ailleurs œuvré dans ce sens avec, par exemple, le défi quotidien que l’on peut relancer régulièrement. La vitesse d’exécution des tours des adversaires et la sauvegarde automatique amoindrissent en tout cas le risque de se lasser.

Classique de la série, le joueur peut déverrouiller de multiples éléments : pages d’encyclopédie pour approfondir le lore si l’on puit dire, autocollants à utiliser en ligne, arrière-plans pour personnaliser sa carte de joueur et musiques. Le titre est assez généreux en pièces pour acquérir ce que l’on souhaite relativement rapidement. Des exploits enfin, sorte de succès intra-jeu, donnent l’occasion de tenter de nouvelles façons de jouer.

On regrette toutefois que Nintendo n’ait pas intégré de mode campagne, comme on en trouve une dans Mario Golf: Super Rush. Cela aurait peut-être moins de sens que pour ce dernier, mais on pourrait imaginer une alternance entre plateaux, défis de mini-jeux spécifiques etc. On apprécie toutefois l’implémentation du jeu en ligne, bien que celui-ci manque de fonctionnalités et de stabilité globalement.

Le mode en ligne est-il performant ?

On devrait célébrer la possibilité de pratiquer Mario Party en ligne. On a souvent espéré cette option, mais celle-ci ne donne pas entière satisfaction. Dans le cadre d’une partie entre amis, on peut toujours se retrouver sur Discord pour communiquer. Contre des inconnus toutefois, il est difficile de créer une relation et on a finalement le sentiment de jouer contre l’ordinateur. Un astucieux système d’autocollants à utiliser permet d’échanger par onomatopées : « bravo ! », « heu… », « haha ! » mais impossible de converser davantage.

Il n’est d’ailleurs par rare que les adversaires quittent le plateau en cours de route. Dans la mesure où les parties ne sont pas classées, un joueur qui rage quit n’est aucunement sanctionné. Au pire, il n’obtiendra pas ses pièces en fin de partie à dépenser en collectables. Dans ce cas, il est remplacé par l’ordinateur et on finit très souvent contre trois personnages contrôlés par l’intelligence artificielle. Cela tend à gâcher la fête.

Surtout, le netcode n’est hélas pas suffisamment performant. Comme pour Super Smash Bros. Ultimate, des microcoupures gangrènent les mini-jeux. Cela ne pose pas de problème pour ceux qui s’appuient sur la réflexion. Mais quand on doit respecter une fenêtre de temps très stricte, le mini-jeu devient tout simplement injouable. Il faut donc s’assurer que les quatre joueurs aient une connexion Internet suffisamment robuste et éviter de jouer avec des utilisateurs géographiquement trop éloignés.

Pourquoi jouer à cet épisode si l’on possède déjà Super Mario Party ?

En fin de compte, un joueur possédant Super Mario Party peut très bien s’en contenter puisqu’il dispose lui-même de quatre plateaux, quatre-vingts mini-jeux inédits et de multiples modes dont le jeu en ligne depuis ce début d’année. Mario Party Superstars est néanmoins plus inclusif puisque l’on peut y jouer dans toutes les conditions. C’est-à-dire que quand Super Mario Party est sorti en 2018, la Switch Lite n’existait pas. Nintendo n’avait sans doute pas prévu le cas de figure où l’on ne pourrait pas détacher de Joy-Con.

Mario Party Superstars trouvera également un écho chez les joueurs qui préfèrent la simplicité des premiers épisodes. En réalité, les contrôles traditionnels sont majoritairement plus simples et plus précis, y compris pour les joueurs occasionnels. Les périphériques ou interfaces supplémentaires ont tendance à alourdir l’expérience. Les parties s’enchaînent ici rapidement et le plus simplement du monde. Et comme Nintendo a concocté un véritable best of, en ne sélectionnant que le gratin de la série, on attend aussi avec envie les mini-jeux qui ponctuent chaque tour. On considère donc sans peine Mario Party Superstars comme l’un des plus plaisants à pratiquer en communauté, ou seul pour une fois.

Test réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur sur Switch

Mario Party Superstars

Toute l’actualité de Mario Party Superstars

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture ! Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, on serait heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos donateurs Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Julien Capronhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents