lundi 28 septembre 2020
Accueil Tests et aperçus Tests Switch Test de The Turing Test : savoir séparer l’homme du robot

Test de The Turing Test : savoir séparer l’homme du robot

Test réalisé à partir d’une version fournie par Square Enix sur une Switch de première génération

Développé par Bulkhead Interactive et édité par Square Enix Collective
Sorti le 7 février 2020 sur Switch et également disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC

Si l’on devait déterminer, à l’aveugle, qui d’une intelligence artificielle ou de vous est humain, en se basant sur le choix d’un seul mot, lequel choisiriez-vous ? Tel est l’énoncé du test de Turing, donnant son nom au puzzle game à la première personne de Bulkhead Interactive. C’est également la promesse d’un jeu qui souhaite mettre en avant sa portée narrative et son écriture.

Le jeu commence en 2250, sur une station spatiale en orbite autour d’Europe, un satellite de Jupiter hébergeant une mission scientifique. Ava Turing, mandatée par un robot pour une tâche urgente, se réveille d’une cryostase. Constatant l’absence de ses collègues, elle est envoyée sur la base au sol pour leur venir en aide. Mais elle se rend compte en atterrissant que la configuration des lieux a été modifiée pour la freiner. Ava devra alors coopérer avec T.O.M, l’intelligence artificielle qui supervise l’opération, pour progresser dans la base et lever le voile sur les mystères qui se sont déroulés en son absence.

À ces fins, le joueur progresse de salle en salle et résout des énigmes tournant principalement autour de l’alimentation en énergie. Ava dispose d’un pistolet capable d’aspirer et de rejeter des sphères lumineuses pour activer des circuits électriques. Elle peut également déplacer des générateurs cubiques au rôle similaire. Chaque problème tourne autour de ce principe de base, en ajoutant des leviers de redirection du courant, des aimants, des ponts lumineux, des robots que l’on peut contrôler à distance, etc. Le jeu prend une autre ampleur sur la fin, avec l’usage de caméras de surveillance qui renforcent cette diversité de situation appréciable.

Chaque puzzle est espacé par un couloir de chargement et l’entrée dans une nouvelle pièce initie un dialogue avec T.O.M, à propos des motivations de l’équipage. C’est l’opportunité de disserter sur le rapport de l’homme au robot, de la relation d’une intelligence artificielle à la créativité, et d’autres questionnements philosophiques fortement liés au titre du jeu. Hors énigmes, les interactions avec le décor consistent principalement à la manipulation d’objets personnels et à la lecture de messages et de logs audio sur des moniteurs, permettant d’en apprendre plus sur le sort de l’équipage pendant ce long sommeil. 

Le jeu ne présente pas de problème technique particulier, hormis quelques ralentissements et des textures floues. Les environnements sont assez classiques, mais donnent un sentiment de malaise lié à l’enfermement. L’immersion n’est pour autant pas parfaite : le prétexte scénaristique à la succession d’énigmes ne convainc pas et le découpage par salle d’une conversation censée être continue la rend peu naturelle. Cependant, découvrir par soi-même les secrets de la base en fouillant partout constitue l’un des plaisirs du jeu. Il est possible parfois de sortir des sentiers battus avec des énigmes facultatives, donnant lieu à des expériences hors du temps qu’il convient de découvrir par soi-même.

Le jeu se boucle en sept heures environ, condensant sa recette et évitant toute redondance. Le dénouement constitue une pirouette agréable et confirme bien que le choix du titre et les thématiques abordées au cours du jeu ne sont pas qu’un effet de style. Et c’est peut-être sur ce point que se trouve la vraie plus-value du titre.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Tomtruc
Possède sur la même étagère Billy Hatcher and the Giant Egg et Baten Kaitos : Les Ailes éternelles et l'Océan perdu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Test de Untitled Goose Game : un cottage bien sauvage

Certains jeux indés connaissent une mise en avant salutaire, grâce aux diffusions en direct ou au bouche-à-oreille. Son esthétique singulière et son humour communicatif ont justement permis à Untitled Goose Game de faire partie de ces chanceux. Un an après sa sortie, le jeu d’énigmes de House House est à nouveau sur le devant de la scène grâce à la sortie d’une édition physique sur PlayStation 4 et Switch. Celle-ci nous donne l’occasion de vérifier les qualités que cache le titre, au-delà de la simplicité de son concept.

Nexomon: Extinction désormais disponible sur Xbox One et compatible Xbox Series X|S grâce au Smart Delivery

VEWO Interactive et son éditeur PQube annoncent la disponibilité dès aujourd'hui de Nexomon: Extinction sur Xbox One en édition numérique, sorti le 28 août sur PlayStation 4, Switch et PC.

Panzer Dragoon: Remake disponible sur PC dès aujourd’hui

Forever Entertainment annonce que Panzer Dragoon: Remake sera disponible sur PC dès aujourd'hui par l'intermédiaire de Steam et GOG au tarif de 24,99 €.

Granzella diffuse une nouvelle bande-annonce pour R-Type Final 2

Dans le cadre du Tokyo Game Show 2020, Ganzella diffuse une nouvelle bande-annonce de R-Type Final 2. Le titre est attendu pour le printemps 2021 sur PlayStation 4, Xbox One, Switch et PC.