Test de « Tactics Ogre: Reborn » sur Steam Deck et PC. Cette troisième interprétation rend-elle hommage au chef-d’œuvre de Yasumi Matsuno ?

Test de Tactics Ogre: Reborn réalisé sur Steam Deck et PC à partir d’une version fournie par l’éditeur.

Avec Tactics Ogre: Reborn, Square Enix offre une troisième version à Tactics Ogre: Let Us Cling Together. Les jeux bénéficiant d’un tel suivi sont rares, mais il s’agit du minimum pour cette légende du tactical-RPG. En 2006, les lecteurs de Famitsu l’avaient positionné septième dans le classement de leurs jeux préférés. Et son influence dans le genre est tout simplement gigantesque. Aujourd’hui, Tactics Ogre: Reborn s’appuie très largement sur la version PSP de 2010. Mais il serait malvenu d’y voir un portage opportuniste tant les changements de game design sont profonds. Plus accessible que jamais, cette troisième interprétation rend-elle hommage au chef-d’œuvre de Yasumi Matsuno ?

Test de Tactics Ogre: Reborn

Tactics Ogre: Reborn se déroule sur l’archipel de la Valeria, unifié par Dorgalua Oberyth, le Roi conquérant, après d’innombrables batailles. Mais après un demi-siècle de paix, à la mort du roi, trois factions luttent pour lui succéder au trône. La noblesse Bakram et les Gagastans, issus du peuple, se partagent alors l’île. Mais quand un semblant de calme regagne l’archipel, la révolution grandit dans le clan minoritaire des Walisters.

Pourquoi Tactics Ogre: Reborn est-il aussi culte ?

Tactics Ogre: Reborn brille tout d’abord grâce à son scénario. De nombreux titres s’en sont inspiré depuis, de Final Fantasy Tactics à Triangle Strategy. Mais dans son contexte de 1995, Tactics Ogre: Let Us Cling Together a surpris par sa richesse. On y incarne Denam, jeune Wallister érigé en héros après la libération du duc Ronwey. Accompagné de sa sœur Catiua et de son ami d’enfance Vyce, ce jeune résistant doit prendre des décisions qui influencent son alignement moral. Le destin de l’archipel de la Valeria, les unités que l’on peut recruter et la fin de l’histoire en dépendent.

Fort heureusement, depuis le remake PSP, le Tarot du Monde permet de revenir dans le passé pour faire d’autres choix. L’option est toujours bienvenue car un run s’étale sur une quarantaine d’heures environ. Il n’existe en réalité que deux fins mais comprenant une multitude de variations.

Ce joyau du tactical-RPG brille aussi par la finesse et la richesse de ses combats. On doit prendre en compte de très nombreux paramètres, du terrain à la météo en passant par le placement des unités. Un guerrier mal positionné peut gêner la trajectoire d’un archer, par exemple. À l’époque représenté en 3D isométrique, le relief compte aussi dans la stratégie. On peut désormais changer l’angle de vue.

Enfin, la direction artistique est aussi l’une des raisons du culte pour Tactics Ogre: Let Us Cling Together. Yasumi Matsuno à l’écriture, Akihiko Yoshida au chara-design, Hitoshi Sakimoto et Masaharu Iwata à la composition musicale… Cette équipe de rêve apparaît aujourd’hui comme une évidence. Mais Tactics Ogre: Reborn fait toujours autorité car son souffle épique ne s’estompe jamais, et la beauté froide de ses personnages fascine encore et encore.

Quelles sont les nouveautés de Tactics Ogre: Reborn ?

Tactics Ogre: Reborn, quant à lui, s’appuie majoritairement sur le remake PSP de 2010. On retrouve ses portraits, ses nouvelles orchestrations et ses assets… mais jusqu’en 4K cette fois-ci. L’upscale est d’une propreté qui étonne puisque les sprites sont affichés sans pixellisation outrancière et sans floutage excessif. Mais surtout, les dialogues sont désormais doublés, renforçant la profondeur des échanges et des drames qui ponctuent l’intrigue.

Mais Square Enix a essentiellement amélioré la qualité de vie, en dehors et au cours des batailles. La gestion des unités est notamment simplifiée. Par exemple, les prérequis pour un équipement ont disparu. Il est possible d’utiliser une arme, qu’importe le niveau et les compétences équipées, à condition d’évoluer sous la bonne classe. La jauge de points de technique n’existe plus non plus, au profit des seuls et uniques points de magie. Même les combats aléatoires ont laissé leur place à des manœuvres, que l’on déclenche quand on le souhaite pour obtenir de l’expérience. D’ailleurs, ce sont désormais les unités qui évoluent et non plus leurs classes, permettant davantage de liberté. On ne peut toutefois pas forcer le grind car l’équipe est soumise à un cap de niveau.

D’autres nouveautés de Tactics Ogre: Reborn changent l’approche, comme les objectifs secondaires en cours de combat. On doit parfois utiliser telle compétence, ou effectuer telle action, pour obtenir des bonus supplémentaires. De plus, le placement est désormais chamboulé par les cartes qui apparaissent au sol. En se positionnant dessus, on subit des buffs et debuffs et on augmente parfois ses statistiques de façon permanente. Vaut-il mieux attaquer de plus loin pour éviter les représailles, ou prendre le risque d’augmenter ses attaques magiques ? Enfin, Square Enix a ajouté de nouveaux contenus dont le Palais des Morts, un donjon de cent étages pour mettre ses stratégies à rude épreuve.

Ce tactical-RPG est-il rendu plus accessible au détour de Tactics Ogre: Reborn ?

De toute façon, la campagne principale ne cesse de mettre le joueur au défi. Tactics Ogre: Reborn ne faillit pas à sa réputation car des murs de difficulté se présentent très régulièrement. Mais les options pour les fissurer sont nombreuses et la patience est souvent récompensée. On peut surtout utiliser le Tarot du Chariot qui donne la possibilité de revenir en arrière lors des batailles. Il n’est donc pas nécessaire de sauvegarder entre chaque tour. Mieux : on peut tester différentes actions et comparer leur efficacité grâce à un organigramme, à la manière des tests A/B.

D’autres changements facilitent la progression. On pense à la prédiction des trajectoires, la possibilité d’utiliser immédiatement les unités resuscitées (elles avaient jadis tendance à mourir en boucle), le taux de réussite de 100% dans le cadre de l’artisanat… Et l’interface est tout de même plus pratique, même si toujours assez complexe. Dans Tactics Ogre: Reborn, « l’équipement automatique » n’est pas favorisé, et le joueur doit souvent naviguer d’écran en écran pour peaufiner ses troupes.

Mais aujourd’hui, Tactics Ogre: Reborn est surtout accessible à un plus grand panel de joueurs grâce à sa disponibilité sur PlayStation 4, PlayStation 5, Switch et PC. N’importe qui peut en profiter dans les meilleures conditions possibles, que l’on préfère jouer en nomade ou sur grand écran. Et pour couronner le tout, ce grand classique est désormais localisé dans plusieurs langues, dont le français. Cette traduction, loin d’être un luxe car le titre est très bavard, est aussi soignée que dans les autres jeux de la maison Square Enix. Et c’est exactement ainsi que l’éditeur doit traiter ses jeux de légende et permettre à de nouveaux publics de découvrir les plus grands trésors du patrimoine du JRPG.

Plus loin | Lire aussi le test de Tactics Ogre: Reborn sur JapanPop

Captures d’écran © Square Enix

Notre avis | 9

Note : 9 sur 10.

Ne dit-on pas que les légendes ne meurent jamais ? Tactics Ogre: Reborn en est la preuve, puisqu’il s’agit de la troisième interprétation du plus influent des tactical-RPG. Culte parmi les plus cultes, le chef-d’œuvre de feu Quest fascine toujours grâce à la richesse de ses systèmes de jeu, son intrigue qui évolue selon nos choix et sa direction artistique absolument intemporelle. Le chara-design et la bande-son font aujourd’hui le même effet qu’en 1995. Mais cette nouvelle vision s’accompagne de nombreuses nouveautés. S’appuyant sur le Tactics Ogre: Let Us Cling Together sorti en 2010 sur PSP, Tactics Ogre: Reborn bénéficie d’améliorations de qualité de vie. Les combats aléatoires disparaissent, la gestion des unités change profondément, tout comme l’approche tactique grâce aux buffs qui apparaissent en pleine bataille.

En plus de cela, le titre n’a jamais été aussi accessible. Square Enix le propose désormais sur de nombreuses plateformes, nomades ou stationnaires, avec la possibilité de jouer en français. On peut considérer cela comme un minimum pour ce monument du jeu vidéo, mais l’histoire a souvent prouvé que les chefs-d’œuvre se transformaient en reliques. Mais grâce à son statut de légende, Tactics Ogre: Let Us Cling Together ne mourra sans doute jamais.

1 commentaire

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

À lire aussi

Test de « Dragon Quest Builders » sur Steam Deck et PC. Square Enix nous livre la version ultime de son bac à sable

Mieux vaut tard que jamais. Depuis ce 13 février 2024, le premier Dragon Quest Builders est disponible sur PC au prix de 27,99 €. Initialement sorti le 28 janvier 2016 au Japon, le bac à sable de Square Enix a connu de nombreuses adaptations depuis. Mais compte tenu des performances et des améliorations de qualité de vie de cette dernière, on peut très probablement la considérer comme la version ultime.

Qu’est ce que la HD-2D, représentation graphique revendiquée par Square Enix ?

Depuis 2018, l'usage de l'appellation HD-2D s'est multiplié dans les outils de communication de Square Enix et dans le vocable des amateurs de JRPG. Derrière cet acronyme se cache en réalité un style graphique très en vogue à la fin des années 90, et plus récemment popularisé par Octopath Traveler. Quelles sont les caractéristiques du HD-2D et pourquoi l'éditeur de Shinjuku est-il le seul à employer ce terme ?

« Final Fantasy VII Rebirth ». En attendant la sortie du 29 février 2024, une démo est disponible au téléchargement sur PlayStation 5

Dans le cadre du State of Play du 7 février 2024 consacrée à Final Fantasy VII Rebirth, Square Enix a diffusé une nouvelle bande-annonce de son JRPG. À cette occasion, l'éditeur a détaillé de nombreux aspects de l'histoire et des mécaniques de gameplay. L'événement s'est conclu sur le lancement de la démo, disponible dès aujourd'hui sur PlayStation Store. Elle permet de découvrir l'incident de Nibelheim, épisode au cours duquel Cloud Strife se remémore son passé de SOLDAT auprès de Séphiroth. Le 21 février 2024, Square Enix diffusera un autre aperçu permettant d'explorer la ville portuaire de Junon. Pour rappel, Final Fantasy VII Rebirth sortira le 29 février 2024 au prix de 79,99 €, sur PlayStation 5 uniquement.

« Dragon Quest Builders ». Le premier épisode sortira sur PC le 13 février 2024

Square Enix vient d'annoncer la sortie de Dragon Quest Builders sur PC. Jadis développé par Creative Business Unit III, il sera disponible au téléchargement le 13 février 2024 contre 27,99 €. L'éditeur précise qu'il fournira d'emblée le DLC « Terra Incognita ». Rencontre entre l'action-RPG et le bac à sable, ce premier épisode est initialement sortie le 28 janvier 2016 sur PlayStation 3 (au Japon uniquement), PlayStation 4 et PlayStation Vita. Square Enix l'a depuis adapté sur Switch, Android et iOS.

« Visions of Mana » sortira sur PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox Series X et PC dans le courant de l’été 2024

Au cours du Developer_Direct ’24 du 18 janvier 2024, Square Enix a précisé la fenêtre de lancement de Visions of Mana. Son action-RPG sera disponible sur PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox Series X et PC. À cette occasion, l'éditeur a diffusé différents extraits pour présenter divers aspects du jeu, dont les Pikuls. Ces montures imaginées par Koichi Ishii, créateur de la série, permettront de se déplacer plus rapidement dans les environnements du jeu.
Test de Tactics Ogre: Reborn réalisé sur Steam Deck et PC à partir d'une version fournie par l'éditeur. https://www.youtube.com/watch?v=RLqSiPx_ht0 Avec Tactics Ogre: Reborn, Square Enix offre une troisième version à Tactics Ogre: Let Us Cling Together. Les jeux bénéficiant d'un tel suivi sont rares, mais il...Test de « Tactics Ogre: Reborn » sur Steam Deck et PC. Cette troisième interprétation rend-elle hommage au chef-d’œuvre de Yasumi Matsuno ?