dimanche 13 juin 2021
AccueilTests et aperçusTests SwitchTest de Rise Eterna : la rébellion sans éclat

Test de Rise Eterna : la rébellion sans éclat

Test réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur sur Switch

Codéveloppé par Makee et Forever Entertainment et édité par Forever Entertainment
Sorti le 13 mai 2021 et disponible sur Switch (également prévu sur PC)

InterfaceFrançais / Anglais / Espagnol / Allemand / Japonais / Polonais / Portugais
Audio
Sous-titresFrançais / Anglais / Espagnol / Allemand / Japonais / Polonais / Portugais

Jeune studio franco-japonais, Makee a pour objectif de faire revivre les formules du jeu vidéo d’antan. Le studio travaille notamment sur Tiara the Deceiving Crown annoncé sur Switch et PC et qui s’inspire de The Legend of Zelda. Avec Rise Eterna, c’est le tactical-RPG qui passe à la moulinette et plus particulièrement Fire Emblem. Quand on s’inspire de sagas aussi mythiques, ne risque-t-on pas de faire pâle figure à côté ?

Le royaume d’Ars Rare est à feu et à sang. L’invasion des troupes de l’Empire Athracien a semé le chaos, balayant toute résistance sur son passage. Après trente-cinq ans de terreur, les espoirs de liberté se ravivent. Nathanael et Lua, réunis par des circonstances troubles, décident ensemble de se diriger vers la capitale. Ce voyage constitue le point de départ d’évènements mettant en branle le destin du Royaume.

Rise Eterna se déroule dans un univers de fantasy classique. La narration s’insère mal entre les combats et manque de rythme en l’absence de voix ou d’onomatopées. L’enjeu des batailles est rarement présenté, amenant le joueur à décimer des villages entiers sans que cela ne pose de problème moral à l’équipe. Les boucles musicales sont répétitives, mais les morceaux participent à faire varier les ambiances. Une combinaison surprenante de jolis portraits, de cartes aquarellées et de sprites de combat réussis contribue toutefois à sublimer le jeu.

Rise Eterna inclut différents systèmes qui lui permettent de se démarquer de Fire Emblem. Au cours des combats, on récolte différents types de ressources dans l’eau, les arbres, les gisements ou les coffres. Elles permettent d’alimenter un système d’artisanat très utile pour produire des soins et outils d’exploration. Collectionner des gemmes et les associer à des personnages permet de modifier leurs statistiques et combler leurs faiblesses. Enfin, la prise de niveau donne accès à des points à dépenser dans un arbre de compétences. En ajoutant à cela des objets de lancer, du poison à placer sur les armes et autres outils, Rise Eterna surprend par ses emprunts à d’autres genres du jeu de rôle.

Paradoxalement, les escarmouches ne sont pas nécessairement rendues plus stratégiques. Quelques éléments contribuent à augmenter significativement la difficulté, comme le nombre impressionnant d’ennemis, ou l’omniprésence de pièges invisibles pouvant infliger des blessures bien trop durables. Mais les combats restent mécaniques, face à l’absence de toute influence de terrain et aux limites de l’intelligence artificielle des ennemis. Ces derniers ne se déplacent que lorsque leurs champs de vision sont traversés, et il suffit de réaliser des boucles pour éloigner un par un les soldats adverses et reprendre le dessus. Les objectifs de mission sont souvent similaires et ne contribuent pas à diversifier les batailles.

Rise Eterna est un jeu singulier, qui présente des vraies réussites sur le plan artistique. Plusieurs sous-systèmes de personnalisation d’équipe et d’artisanat constituent des partis pris intéressants, trop souvent survolés chez ses homologues. Malheureusement, le manque d’équilibrage des combats, la faible diversité des situations et son univers en demi-teinte empêchent la magie de pleinement prendre. Ces faiblesses prises en compte, le public chérissant les champs de bataille quadrillés peut donner sa chance à une proposition originale, qui ne se contente pas d’imiter les gloires passées.

Rise Eterna

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Tomtruc
Possède sur la même étagère Billy Hatcher and the Giant Egg et Baten Kaitos : Les Ailes éternelles et l'Océan perdu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents