dimanche 25 octobre 2020
Accueil Tests et aperçus Test de Phantasy Star Online 2 : le cadeau venu des étoiles

Test de Phantasy Star Online 2 : le cadeau venu des étoiles

Test réalisé à partir d’une version commerciale sur PC (Ryzen 7 3700X, 32 Go de RAM, GeForce RTX 2070 8 Go)

Développé et édité par Sega
Sorti le 5 août 2020 et disponible sur Xbox One et PC

InterfaceAnglais / Japonais
AudioAnglais / Japonais
Sous-titresAnglais / Japonais

Huit ans – huit longues années ! – après sa sortie japonaise, Phantasy Star Online 2 est officiellement disponible en Europe. Censé célébrer les dix ans de PSO, il est au moins arrivé à temps pour ses vingt ans ! N’est-ce pas trop tard pour prendre le train en marche ? Quand on sait la longévité des MMORPG, il y a fort à parier que l’aventure ne fait que commencer.

Dans PSO2, le joueur incarne un ARKS, après avoir créé son personnage avec de très nombreuses options cosmétiques. Les ARKS font partie de la flotte interstellaire Oracle qui recherche des planètes où humains, newmans, CAST et dewmans peuvent poser leurs valises. Leur rôle ? Explorer les terres potentiellement habitables, souvent infestées de Falspawn de plus en plus nombreux.

Améliorant des éléments de PSO et Phantasy Star Universe, PSO2 est extrêmement plaisant à jouer. Au total, le joueur peut choisir parmi neuf classes (certaines mixtes) aux gameplay très différents, selon que l’on préfère le corps-à-corps ou la distance. Quand on est habitué au premier PSO, la souplesse de Phantasy Star Online 2 saute aux yeux avec une interface mieux pensée, la possibilité de sauter et même d’esquiver ou encore une option de verrouillage des ennemis. On peut même passer en vue TPS pour viser avec les armes à feu et les sorts.

Le contenu est évidemment massif avec de nombreux lieux à explorer et des tonnes de missions à accepter. Entre les quêtes secondaires et les commandes de clients aux demandes spécifiques (tuer tel ennemi, obtenir tel objet), il y a aussi des quêtes dynamiques : des missions spéciales peuvent survenir au cours de l’exploration et des missions urgentes mobilisent également tout le serveur, mettant jusqu’à douze joueurs en coopération sur un ennemi commun.

L’ensemble des missions peut être parcouru en équipe jusqu’à quatre, mais les missions « histoire » se jouent en solo. C’est au cours de celles-ci que se déclenchent les courtes scènes cinématiques. Aujourd’hui, les quatre premiers épisodes sont disponibles mais les Japonais bénéficient d’ores et déjà d’épisodes 5 et 6. Sega propose régulièrement des événements particuliers (quêtes, lots à gagner, concerts) avec Hatsune Mike et Persona récemment, par exemple.

Pour progresser, le joueur peut personnaliser son personnage avec une multitude de possibilités. On dispose notamment d’un arbre de compétences par classe, mais il est aussi possible de modifier ses équipements à sa guise et de gérer ses palettes d’attaque selon ses préférences. Les invocateurs peuvent également faire évoluer leurs créatures et on peut toujours nourrir un MAG mais, sans mettre la main à la poche, on ne peut en élever qu’un. Attention d’ailleurs à bien le faire évoluer et à ne pas se tromper dans ses choix de compétences : une réinitialisation est possible en cas d’erreur en moyennant finance.

À propos, la dimension free-to-play n’est absolument pas contraignante. Il est parfaitement possible de jouer à l’intégralité de PSO2 sans débourser un seul centime. Seule la gestion du stockage peut se montrer pénible pour les joueurs assidus et des extensions d’inventaire sont plus que bienvenues. Mais, encore une fois, ce n’est qu’un bonus de confort parfaitement facultatif et il n’y a aucune anguille sous roche. Entièrement gratuit et d’une richesse prodigieuse, Phantasy Star Online 2 ressemble davantage à un cadeau venu des étoiles.

Lire aussi Découverte de Phantasy Star Online : nous pouvons toujours voir la lumière / Suivi de : Comment jouer à PSO aujourd’hui ? >

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Joueur Citoyenhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Test de Undead Darlings: No Cure for Love

Le JRPG mâtiné de roman visuel n’est certainement pas le genre le plus original, mais il n’est jamais inintéressant de voir des « gaijin » s’essayer à cet exercice très codifié. Mr. Tired Media, avec Undead Darlings: No Cure for Love, propose une expérience presque typiquement nippone, dont certains choix de conception occidentaux lui permettent de se distinguer.

Undead Darlings: No Cure for Love disponible sur PlayStation 4, Switch et PC

Mr. Tired Media et son éditeur Sekai Games annoncent la disponibilité d'Undead Darlings: No Cure for Love sur PlayStation 4, Switch et PC. Le titre est disponible sur le PlayStation Store et l'eShop de Nintendo au tarif de 29,99 €, ainsi que sur Steam au prix de 24,99 €.

R-Type Final 2 sera édité par NIS America et sortira en 2021

NIS America annonce qu'il sera l'éditeur de R-Type Final 2. Sans date de sortie fixe, le shoot'em up de Granzella est attendu pour 2021 sur PlayStation 4, Xbox One, Xbox Series S|X, Switch et PC.

Star Wars: Tales from the Galaxy’s Edge sortira le 19 novembre 2020 sur Oculus Quest

À l'occasion d'une nouvelle bande-annonce disponible sur la chaîne YouTube de ILMxLAB, on apprend la date de sortie de Star Wars: Tales from the Galaxy's Edge. Le titre sera disponible le 19 novembre 2020 sur les casques Oculus Quest au prix de 24,99 $ (environ 21,05 €).