samedi 28 novembre 2020
Accueil Découvertes Dossiers thématiques Vacances ludiques : Indiana Jones and the Fate of Atlantis

Vacances ludiques : Indiana Jones and the Fate of Atlantis

Vacances ludiques : le jeu vidéo pour se reposer, se ressourcer, voyager et rêver

Cette année plus que jamais, peut-être avez-vous besoin d’un beau ciel bleu, d’une brise marine ou de sable blanc et fin glissant entre les orteils. On sait aussi que tout le monde n’aura pas la chance de s’évader pendant l’été. Pour ceux qui resteront à la maison, la rédaction d’Actua a réalisé une sélection de jeux vidéo pour se reposer, se ressourcer, voyager et rêver. Tout au long du mois d’août, on vous proposera de partir en vacances ludiques.

← Vers The Touryst

Indiana Jones and the Fate of Atlantis

Développé et édité par LucasArt
Sorti le 1er juin 1992 et disponible sur PC

Sorti sur PC en 1992, Indiana Jones and the Fate of Atlantis fait partie de la cargaison industrielle de point and click de qualité développés par LucasArts durant l’âge d’or des jeux d’aventure. Développé sous le moteur SCUMM, le titre reprend l’univers de la trilogie de films du célèbre archéologue au fouet.

Pourtant, LucasArts n’a pas ici l’ambition d’adapter une histoire déjà établie mais plutôt de donner suite à la trilogie, grâce à un positionnement chronologique postérieur, à l’incorporation de nouveaux personnages et une histoire totalement originale. Un pari payant qui a permis à Indiana Jones and the Fate of Atlantis de récolter des critiques élogieuses et d’accéder au statut de classique du genre.

Nous sommes en 1939, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Le Docteur Henry « Indiana » Walton Jones Junior découvre une perle constituée d’un métal doré inconnu dans la statuette qu’un certain Mr. Smith vient de lui demander d’aller extirper des archives de l’université où il enseigne. Ce dernier s’empare alors des deux artefacts, non sans résistance de notre aventurier qui ne parvient qu’à lui arracher son manteau.

Dans celui-ci, Indy découvre des papiers d’identité attestant que « Smith » est en réalité un nazi du nom de Klaus Kerner, ainsi qu’un vieux magazine semblant désigner Sophia Hapgood, ancienne collègue de notre archéologue, comme prochaine cible du troisième Reich. Craignant pour la sécurité de la jeune femme, notre héros part pour New York, sans savoir que son périple le lance également sur les traces de l’Atlantide.

Dans la plus pure tradition des jeux tirant parti du moteur SCUMM, Indiana Jones and the Fate of Atlantis consiste en une succession de scènes en vue latérale où il convient de proprement mettre à sac l’environnement pour dénicher les objets et mécanismes nécessaires à la résolution des puzzles.

Jeu d’aventure narratif oblige, de nombreux dialogues à choix multiples et aux traits d’humour vifs émaillent l’aventure. Mais Indy, s’il est particulièrement bavard ici, n’oublie pas de laisser la parole à ses poings, le titre nous laissant fréquemment nous adonner au pugilat, fait plutôt rare pour un genre faisant généralement la part belle à la matière grise. 

Difficile d’imaginer un cadre plus efficace que les aventures du célèbre archéologue quand il s’agit d’inviter au voyage et au dépaysement. De New York à l’Atlantide, en passant par Alger ou la Crête, Indy a l’habitude de voir du pays et ce n’est pas Fate of Atlantis qui change la donne. Doté d’une durée de vie correcte pour le genre (une grosse dizaine d’heures environ), le titre se paye en outre le luxe de proposer une bonne rejouabilité au travers de ses trois cheminements alternatifs aux philosophies différentes (énigmes, action ou équipe).

Son écriture n’est pas en reste, avec des personnages attachants, des antagonistes à qui l’on souhaite bien des mauvaises choses et, surtout, un grand respect pour l’univers créé par Spielberg. Certains disent qu’il existerait un quatrième film, mais les personnes de bon goût connaissent la vérité : le fichier exécutable du jeu paru en 1992 s’appelait « Indy4.exe ».

← Vers The Touryst

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Firelithhttps://www.fwiw.fr/
Vieux râleur aigri devant l'éternel, Firelith sait également s'émerveiller des heures durant d'un game design intelligent, une direction artistique audacieuse ou évidemment un bébé chat qui éternue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Is it Wrong to Try to Shoot’em Girls in a Dungeon? disponible gratuitement sur PlayStation 4, Switch et PC

PQube et MAGES annoncent que le DLC Is it Wrong to Try to Shoot'em Girls in a Dungeon? est disponible gratuitement sur PlayStation 4, Switch et PC.

Test de Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau : un prologue à The Legend of Zelda: Breath of the Wild sous forme de musō

En attendant le nouveau Zelda, Omega Force propose Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau, nouvelle adaptation de la sérieen musō. Daté cent ans avant The Legend of Zelda: Breath of the Wild, s’agit-il d’un hors-série subsidiaire ou s’inscrit-il dans la chronologie du célèbre monde ouvert ? Dans tous les cas, Omega Force signe l’un des meilleurs musō jamais réalisés.

Sony dévoile les jeux du PS Plus de décembre 2020

Sony vient de dévoiler les trois jeux offerts sur PlayStation 4 et PlayStation 5 aux abonnés PS Plus du mois de décembre 2020. Les deux titres seront disponibles au téléchargement du 1er décembre 2020 au 4 janvier 2021.

Selon Marvelous!, Sakuna: Of Rice and Ruin comptabilise plus de 500 000 ventes

Marvelous! annonce que Sakuna: Of Rice and Ruin, disponible depuis le 10 novembre sur PlayStation 4, Switch et PC, a trouvé plus de 500 000 acquéreurs. Marvelous! précise qu'il s'agit de l'une des toutes meilleures ventes de l'éditeur.