mardi 4 octobre 2022
Tests et aperçusTests NintendoTest de Monster Hunter Rise : chasser ensemble / Mise à jour : la version PC fait-elle honneur à ce « monstre » de Capcom ?

Test de Monster Hunter Rise : chasser ensemble / Mise à jour : la version PC fait-elle honneur à ce « monstre » de Capcom ?

Test de Monster Hunter Rise sur Switch initialement sorti le 30 mars 2021. Dernière mise à jour de l’article le 29 janvier 2022 avec le test de Monster Hunter Rise sur PC.

Détails de Monster Hunter Rise

VersionsSortieDéveloppeurÉditeurPrix
Switch26/03/2021CapcomCapcom59,99 €
PC12/01/2022CapcomCapcom59,99 €

Site officiel de Monster Hunter Rise


Sommaire du test de Monster Hunter Rise

29/01/2022Test de Monster Hunter Rise sur PC
30/03/2021Test de Monster Hunter Rise sur Switch
30/03/2021Post-scriptum : techniquement monstrueux

Test de Monster Hunter Rise sur PC

Test réalisé le 29 janvier 2022 par Askab

Initialement sorti le 26 mars 2021 sur Switch, Monster Hunter Rise est désormais disponible sur PC, au défi des ordinateurs les mieux équipés. Environ dix mois après, cette nouvelle version présente de nombreux arguments techniques, mais également quelques petits inconvénients. Retour au petit village perdu de Kamura.

Cette version PC de Monster Hunter Rise se distingue surtout par son volet technique

Cette version PC de Monster Hunter Rise se distingue surtout par son volet technique. Le jeu tourne bien sûr de manière plus fluide et dans de bien meilleures résolutions que sur Switch. Sur la console de Nintendo, celles-ci s’étendaient de 960 × 540 à 1344 × 756 pixels maximum. Sur ordinateur, tout dépend de l’écran du joueur mais le titre peut monter jusqu’à 4K. Bien sûr, le jeu est légèrement moins impressionnant que Monster Hunter: World, mais il est tout de même très agréable. L’autre avantage est qu’il est simple de faire tourner le jeu à 60 ou 144 FPS.

Installé sur SSD, les temps de chargements sont en plus invisibles. On peut dès lors profiter de Monster Hunter Rise dans les meilleures conditions possibles, et cette fois sans ralentissement lorsque quatre chasseurs coopèrent en ligne. Malgré tout, les quelques scènes cinématiques sont bloquées à 30 FPS, ce qui n’est pas très esthétique mais qui ne change finalement pas grand-chose à l’expérience.

Le jeu ne propose actuellement aucun moyen de jouer en cross-play

Un autre avantage est la disponibilité immédiate de tous les contenus additionnels sortis sur Switch. Tous les packs de cosmétiques restent cependant payants. Mais Capcom propose dès le lancement l’ensemble des contenus additionnels gratuits, arrivés sur l’eShop peu après la sortie. Cela inclut les missions dans lesquelles obtenir les bonus Sonic ou Mega Man. On peut surtout bénéficier de la fin de l’histoire, et de ce qu’on peut appeler le « véritable » boss de fin. Ces contenus étaient arrivés avec la mise à jour 3.0 de mai 2021. Les joueurs PC n’ont donc pas besoin de les attendre.

Hélas, le jeu ne propose actuellement aucun moyen de récupérer sa sauvegarde Switch ou de jouer en cross-play. Les joueurs qui souhaitent basculer d’une version l’autre sont alors obligés de tout recommencer depuis le début. Certes, les DLC fournissent d’emblée une armure plus résistante que les premières, permettant de se lancer corps et âme dans le multi dès les premières minutes. Mais il faut quand même repasser par le contenu novice pour obtenir l’accès au contenu haut niveau.

Tout le monde ne peut être prêt à reprendre sa progression de zéro

Monster Hunter Rise reste un excellent jeu. Il est toujours aussi agréable à prendre en main grâce à toutes ses nouveautés. On regrette quand même les limitations de ce portage. L’absence de cross-play ou de transfert de sauvegarde est incompréhensible en 2022, tant il bloque une partie des joueurs. Tout le monde ne peut être prêt à reprendre sa progression de zéro pour quelques FPS de plus.

Celles et ceux qui n’ont toujours pas pratiqué la version Switch néanmoins, ou pour qui le confort technique est réellement important, il s’agit de la version la plus aboutie aujourd’hui. Avec l’arrivée imminente du Steam Deck, il sera d’ailleurs possible d’y jouer aussi en nomade. En un mot comme en cent : le grind a encore de beaux jours devant lui.

Monster Hunter Rise (PC)

À propos du test de Monster Hunter Rise sur PC

Test de Monster Hunter Rise réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur sur Steam. La configuration du PC est la suivante : Core i7-9700K, 16 Go de RAM, GeForce RTX 3080 Founder’s Edition 10 Go.


Test de Monster Hunter Rise sur Switch

Test réalisé le 30 mars 2021

Monster Hunter: World, disponible depuis 2018 sur PlayStation 4, Xbox One et PC, chassait de nouveaux publics avec un Monster Hunter accessible aux débutants et conçu pour les marchés occidentaux. La traque continue avec Monster Hunter Rise sur Switch et prochainement sur PC. Signant un retour au « Japon féodal », ce nouvel opus se présente comme le plus vertical et le plus facile d’accès aujourd’hui.

Monster Hunter Rise est un jeu plus facile que ses prédécesseurs

Le petit village perdu de Kamura, la Calamité qui s’accompagne de ses hordes de monstres, et de multiples chasseurs : les joueurs. Tous les ingrédients sont réunis pour de nouvelles heures à combattre Grand Izuchi, Tétrandon et autres Arzuros. Monster Hunter Rise se découpe toujours en deux campagnes distinctes : les quêtes du village pour jouer en solo et celles du Grand-Camp pour la chasse en multi. La formule est rigoureusement la même que d’habitude. En accomplissant des quêtes, le joueur en déverrouille d’autres, de plus en plus difficiles, mais il obtient aussi de précieuses ressources pour améliorer ses équipements.

Ce qui change avec ce nouvel épisode est qu’il est infiniment plus simple d’y entrer. Monster Hunter Rise est un jeu plus facile, tout d’abord, que ses prédécesseurs. Les phases de traque et de préparation d’un combat ont été réduites, avec des ennemis qui s’affichent en permanence sur la carte. Pour autant, l’exploration est toujours très recommandée puisque les interactions avec la faune permettent de prendre l’avantage. Ici des papillons qui augmentent l’attaque, là des insectes qui étourdissent un ennemi… Le monde de Monster Hunter n’a que rarement semblé plus organique et le souvenir d’un colosse au milieu d’une plaine vide paraît si loin désormais.

Le joueur peut pleinement profiter de la verticalité des niveaux

Pour faciliter la vie des chasseurs, le joueur est accompagné d’un Chumsky en plus de son Palico. Ces grands chiens font office de monture. Ils permettent de traverser les grandes cartes de Monster Hunter Rise en un clin d’œil et sans dépenser d’endurance. Ils sont en plus capables de sauter et d’escalader les parois en toute décontraction. Ces excellents pépères sont aussi de vigoureux combattants. Et si la proie tente de s’échapper en claudiquant et en bavant, il suffit de monter son Chumsky pour la suivre très simplement. Comment faisait-on avant ?

Dans tous les cas, Monster Hunter Rise est d’une souplesse singulière grâce aux compétences associées aux Filoptères et qui changent profondément l’expérience Monster Hunter. Le joueur peut pleinement profiter de la verticalité des niveaux grâce à une propulsion, limitée en utilisations toutefois. Un monstre renverse l’avatar ? Une combinaison de touches et le revoilà sur pied. Des attaques spécifiques à chaque arme en tirent aussi profit. Enfin, elles permettent le « chevauchement de wyvernes », où l’on monte à dos de monstres pour infliger de lourds dégâts, très temporairement cependant.

Connoisseurs et nouveaux chasseurs ont toutes les bonnes raisons de chasser ensemble

Malgré tout, Monster Hunter Rise n’est pas foncièrement facile d’accès. Oui, aujourd’hui, il se présente comme la meilleure porte d’entrée mais Monster Hunter reste Monster Hunter : l’interface n’est pas un modèle d’ergonomie, de longs tutoriels balisent les premières heures et les combats sont toujours longs et difficiles pour certains. Mais il n’a jamais été plus simple de partager une quête entre amis ou avec de parfaits inconnus parmi les millions de joueurs, sur une console à emporter partout. Connoisseurs et nouveaux chasseurs ont toutes les bonnes raisons de chasser ensemble et le succès de Monster Hunter Rise semble déjà acquis.

Monster Hunter Rise (Switch)

À propos du test de Monster Hunter Rise sur Switch

Test de Monster Hunter Rise réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur sur Switch. On l’a testé en sur la station d’accueil ainsi qu’en nomade.


Post-scriptum : techniquement monstrueux

Article réalisé le 30 mars 2021

Les lecteurs d’Actua l’ont sans doute remarqué et les rédacteurs peuvent en attester. On aborde rarement les considérations techniques dans nos colonnes, à moins qu’elles soient hors norme. Et techniquement, Monster Hunter Rise est à ce point exceptionnel « pour de la Switch », monstrueux même, que l’on y consacre un article entier.

Jamais le framerate ne vacille

Comme révélé par nos confrères de Digital Foundry dans le Tech Review consacré, Monster Hunter Rise est verrouillé à trente images par seconde et ses résolutions varient de 960 × 540 en mode nomade jusqu’à 1344 × 756 en étant connecté au dock. Les chiffres semblent modestes à l’heure de la 4K et des moniteurs 144 Hz, mais le titre ne souffre d’aucune chute de frames. Malgré des modélisations imposantes, une flore souvent très dense, de nombreux effets visuels, d’immenses terrains de chasse : jamais le framerate ne vacille.

L’optimisation paraît quasi-maniaque grâce à un moteur, le RE Engine (Resident Evil 7, Devil May Cry 5, Ghosts ‘n Goblins Resurrection), qui fait régulièrement ses preuves. Les visages des personnages sont étonnamment détaillés, les fourrures sont superbes et le village de Kamura est richement décoré avec un grand nombre de tapisseries, de voilages et de cerisiers en fleurs. Car Monster Hunter Rise fait aussi montre de générosité dans sa conception artistique.

Ce qui surprend encore plus est la vitesse des chargements

Mais ce qui surprend encore plus est la vitesse des chargements lors des déplacements rapides. Capcom a si bien conçu ses zones qu’ils sont généralement instantanés. On peut se téléporter à n’importe quel endroit du village sans qu’un écran intermédiaire ne se présente, tout comme on peut se téléporter du point le plus éloigné d’une carte jusqu’au camp de base en un clignement d’œil. On est d’autant plus estomaqué que la Switch n’intègre pas de SSD, faut-il le rappeler. Les chargements d’un titre comme Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau ne manquent pas de le faire savoir.

Les serveurs, enfin, ont parfaitement encaissé le lancement de Monster Hunter Rise. Malgré la connexion de plusieurs millions de joueurs, on n’a pas subi de déconnexion intempestive, par exemple. Tout au plus, quelques avatars se téléportent de manière irrégulière pendant leurs courses mais, fort de son expérience avec les précédents Monster Hunter, Capcom a aussi réalisé un sans-faute de ce côté. Mieux : il ne faut que quelques secondes pour trouver une partie et se retrouver en pleine chasse.

Monster Hunter Rise est un monstre d’optimisation

Ce que Monster Hunter Rise rappelle, comme d’autres jeux parfaitement adaptés à la Switch avant lui, est que le matériel de Nintendo est loin d’être aussi pénalisant que l’on veut bien le faire croire. Avec soin et savoir-faire, Capcom coche toutes les cases et propose une expérience propre, fluide et performante à la fois. Pour reprendre les termes de notre confrère et rédacteur-en-chef de Gamekult, on n’hésitera pas à décréter que, dans Monster Hunter Rise, tous les voyants sont au vert.

Les esthètes peuvent bien sûr attendre la version PC, qui ne devrait pas sortir avant 2022 toutefois. Mais en l’état, Monster Hunter Rise sur Switch est un monstre d’optimisation où rien n’entache le plaisir de la chasse entre amis, si ce ne sont quelques ratés dans les inputs et une UI très perfectible. Monster Hunter 3 Ultimate sur 3DS paraît désormais tellement loin…


À lire également

Articles similaires

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici