lundi 2 août 2021
AccueilTests et aperçusTest d'Unavowed : faute avouée à moitié pardonnée

Test d’Unavowed : faute avouée à moitié pardonnée

Détails d’Unavowed

VersionsSortieDéveloppeurÉditeur
PC🌐 08/08/2018Wadjet Eye GamesWadjet Eye Games
Switch🌐 21/07/2021Wadjet Eye GamesWadjet Eye Games

Test d’Unavowed sur Switch

Test réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur sur Switch

TextesAnglais
VoixAnglais

Débutée en 2006 par Dave Gilbert, Blackwell est l’une des premières séries de Wadget Eyes Games, studio indé et éditeur spécialisé dans un genre parfois considéré comme rétro : le point and click. La saga aurait dû prendre fin avec Blackwell Epiphany en 2014 mais c’était sans compter sur Unavowed, initialement sorti en 2018 sur PC et désormais disponible sur Switch. Unavowed peut-il être pratiqué indépendamment de Blackwell, si l’on n’a jamais touché à l’un de ses épisodes ?

Dans Unavowed, le joueur incarne une femme ou un homme avec différentes possibilités de backgrounds : barmaid ou barman, policière ou policier, comédienne ou comédien. Le choix semble anodin de prime abord mais son impact se vérifie sur le début de l’histoire et sur les choix de dialogues tout au long de l’aventure. Cette dernière nous fait traverser toute la ville de New York afin de retrouver un démon qui nous a possédé pendant un an, semant mort et dévastation sur son passage.

C’est dans ce cadre que l’on est amené à rejoindre les Unavowed, membres d’un groupe secret censé maintenir l’ordre face à l’occulte. Pour ce faire, on est d’abord accompagné par Eli, un mage de feu qui peut lire les documents brûlés, puis Mandana, une jinn possédant une force surhumaine et qui fait office de détecteur de mensonges sur pattes. Viennent plus tard Logan, un médium capable de communiquer avec les défunts, et Vicky, une policière qui met ses talents d’enquêtrice à la disposition du joueur.

Rejoindre les Unavowed donne accès à diverses missions au cours desquelles le joueur doit réparer les erreurs commises par son alter-ego démoniaque pendant l’année passée. Entre les missions, on peut se détendre au quartier général, discuter avec les autres membres du groupe pour en apprendre davantage sur leur passé, puis un passage par le métro permet de choisir son équipe. De cette sélection découlent les énigmes, puisqu’il est impossible de parler à un fantôme sans la présence du médium au sein de l’équipe, par exemple. Cela offre une bonne rejouabilité à Unavowed car rien n’empêche de tenter une nouvelle équipe à chaque run. Les puzzles ne sont toutefois jamais complexes et peuvent décevoir les aficionados du genre.

Les relations entre Blackwell et Unavowed se manifestent régulièrement. On retrouve couramment des personnages issus de la saga, sans qu’il ne soit jamais fait écho des événements qui s’y déroulent. De ce fait, un néophyte n’est jamais gêné par ces présences parfaitement incrustées intra-jeu, tandis que les connoisseurs de la pentalogie ne cesseront de pointer l’écran du doigt comme Leonardo DiCaprio devant son téléviseur.

Outre le fait que le jeu ne soit disponible qu’en anglais, notre seul regret provient de la durée de vie d’Unavowed. Parfaitement jouable à la manette ou à l’écran tactile, le point and click de Wadget Eyes Games se dévore et se finit en quelques heures, l’histoire nous tenant en haleine du début à la fin. Pouvoir choisir son groupe offre néanmoins une grande rejouabilité. Les parties suivantes peuvent même être parcourues avec les commentaires des développeurs, pour en savoir plus sur la genèse du projet. 

Captures d’écran d’Unavowed

Unavowed

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Askab
FFXV GOTY 2016

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents