dimanche 17 janvier 2021
Accueil Tests et aperçus Test d'Override 2: Super Mech League : le mech le plus Ultraman

Test d’Override 2: Super Mech League : le mech le plus Ultraman

Test réalisé à partir d’une version fournie par Warning Up sur PlayStation 5

Développé par Modus Studios Brazil et édité par Modus Games
Sorti le 22 décembre 2020 et disponible sur PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One, Xbox Series X, Switch et PC

InterfaceFrançais / Anglais / Italien / Allemand / Espagnol / Japonais / Portugais / Coréen / Chinois
Audio
Sous-titresFrançais / Anglais / Italien / Allemand / Espagnol / Japonais / Portugais / Coréen / Chinois

Le jeu de combat 3D en arène, un peu foutraque et rempli d’objets pour s’affronter dans la joie et l’allégresse, est un genre qui se fait rare. Override 2: Super Mech League sort dans ce contexte paisible, deux ans après Override: Mech City Brawl. Peut-il satisfaire les amateurs de brawler ?

Override 2: Super Mech League est un jeu de combat en vue de dessus à quatre boutons positionnés sur les tranches de la manette. Comme dans Power Stone à l’époque, des objets sont disponibles tout du long des combats pour épauler notre mecha. Les coups spéciaux sortent facilement : on ne les saisit pas avec des quarts de cercle, ou d’autres manipulations plus ou moins compliquée pour les nouveaux joueurs. Il suffit d’appuyer sur deux boutons d’attaque en même temps et de les utiliser à bon escient puisque la fin d’une animation peut nous mettre dans l’embarras le plus total face à un adversaire.

Pour finaliser la palette offensive des combattants, on peut aussi compter sur une attaque ultime. Celle-ci se charge lentement en restant le plus longtemps possible dans les zones lumineuses. Plus on perd de vie, plus la jauge se remplit rapidement pour laisser au joueur la possibilité de réaliser un retournement de situation spectaculaire.

Override 2: Super Mech League a l’intelligence de mélanger les modes multi et solo de façon simple et amusante : les leagues. On y est épaulé par notre agent Zoé qui nous en explique un peu plus sur le monde du jeu et son lore. Chaque combat propose de jouer face à des inconnus via Internet, ou face à des bots si personne n’a été trouvé en ligne. Perdre un combat n’inflige pas de pénalité, tandis qu’en gagner rapporte de l’argent qui sert à acheter de nouveaux personnages pour ce mode league.

Override 2: Super Mech League propose ponctuellement des contrats avec divers objectifs à accomplir dans un temps limité, pour obtenir un bonus de pécule. Il faut noter que la personnalisation d’un mecha est uniquement cosmétique et qu’il n’est donc pas possible de personnaliser ses différentes attaques.

On remarque aussi la disponibilité en DLC de personnages sous licence officielle Ultraman, grand classique des films japonais dits tokusatsu. Néanmoins, le DLC ne déverrouille que des combattants supplémentaires : il n’y a pas de point d’histoire lié à la présence des personnages dans le jeu. Par ailleurs, dans le mode solo du premier épisode, chaque mecha était accompagné par son propre pilote ; ici le personnage que l’on incarne ne parle jamais. Il s’agit d’un pilote générique qui n’a que pour objectif de devenir le meilleur combattant dans la ligue des mecha.

Bien qu’il soit très plaisant, Override 2: Super Mech League souffre pour l’heure de quelques soucis d’équilibrage qui peuvent enfermer le joueur dans un infini et lui infliger une défaite inéluctable. On espère qu’un patch d’équilibrage corrige le souci. On regrette également que le mode multi en local oblige à jouer en écran partagé : on aurait préféré une vue plus générale pour mieux lire les actions, comme dans d’autres références du brawler.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Askab
FFXV GOTY 2016

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents