jeudi 28 octobre 2021
AccueilTests et aperçusTest d'Eastward : les merveilles de l'Est

Test d’Eastward : les merveilles de l’Est

Détails d’Eastward

VersionsSortieDéveloppeur ÉditeurPrix
Switch16/09/2021PixpilChucklefish24,99 €
PC
MacOS
16/09/2021PixpilChucklefish24,99 €

Test d’Eastward sur PC

Test réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur sur PC

InterfaceFrançais / Anglais / Japonais / Chinois simplifié / Chinois traditionnel
Sous-titresFrançais / Anglais / Japonais / Chinois simplifié / Chinois traditionnel

Œuvre du seul Pixpil rejoint par deux autres développeurs en cours de route, annoncé il y a de nombreuses années déjà, Eastward a fait forte impression à chacune de ses apparitions, principalement par la beauté de ses graphismes en pixel art. Maintenant qu’Eastward est disponible sur Switch et PC, il est temps de savoir si ce jeu d’aventure n’est pas qu’une coquille vide. En cinq mots comme en cinq-cents : il ne l’est pas.

Eastward est effectivement magnifique. Son pixel art fourmille de détails incroyables et les animations sont aussi riches que mignonnes, au point qu’aucune capture d’écran ne saurait rendre justice à sa beauté. On incarne John, barbu, bourru et baraqué, ainsi que Sam, une petite fille joviale qui possède de mystérieux pouvoirs. Les deux protagonistes sont rapidement exilés de leur village et entament un voyage vers l’Est, à la fois initiatique et permettant de mieux cerner le monde postapocalyptique dans lequel ils évoluent. À ce propos, on ne cache pas notre plaisir à jouer avec la localisation en français, qui transmet tout un panel d’émotions en quelques mots et retranscrit de nombreux jeux de mots.

Concernant le gameplay, Eastward reste dans l’ensemble assez classique. Très inspiré des épisodes 2D de The Legend of Zelda, on peut toutefois passer d’un personnage à l’autre à tout moment, d’une simple pression. John peut se battre avec des armes à feu ou sa poêle fétiche dont il se sert également pour la cuisine, tandis que Sam utilise ses pouvoirs pour immobiliser ses adversaires. De manière assez récurrente, le joueur doit séparer ses deux protagonistes, que ce soit pour avancer sur des chemins séparés, ou pour résoudre quelques puzzles élémentaires.

L’exploration est récompensée grâce à la découverte d’équivalents aux quarts de cœurs, permettant d’augmenter les points de vie des personnages. On peut enfin acquérir de nombreux ingrédients, achetés ou glanés au fil des aventures, pour mijoter de bons petits plats. Comme dans The Legend of Zelda: Breath of the Wild, ils permettent de regagner sa santé, d’obtenir des cœurs de vie bonus ou d’augmenter temporairement l’attaque ou la défense.

Néanmoins, l’aventure d’Eastward reste très linéaire. Le voyage vers l’Est que suivent nos protagonistes les empêche de revenir en arrière au fur et à mesure de la progression. Il n’est donc pas question de laisser un coffre en chemin pour y revenir plus tard : ce qu’on oublie est à jamais oublié. Pour autant, les moyens d’exploration ne manquent pas de variété. John sait notamment se servir de bombes dès le début du jeu puis obtient un lance-flamme pour se frayer un chemin à travers les mauvaises herbes, par exemple.

Dans tous les cas, Eastward est une petite merveille. On aurait pu craindre qu’il soit vide derrière ses atouts visuels, mais il n’en est absolument rien. Varié, plaisant, magnifiquement écrit aussi, il propose une aventure inoubliable mené par un duo ultra-performant. Et que dire d’Earthborn, mini-JRPG rétro faisant de nombreuses références à Dragon Quest et Earthbound ? Eastward n’est pas spécialement une surprise car il était attendu ; mais Pixpil n’a pas déçu et on attendra ses prochaines créations avec un enthousiasme non-dissimulé.

Captures d’écran d’Eastward

Eastward

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture ! Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, on serait heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos donateurs Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Askab
FFXV GOTY 2016

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents