lundi 2 août 2021
AccueilDécouvertesRétrospectivesRétrospective de Space Harrier / Partie 7 : SEGA AGES 2500 Series...

Rétrospective de Space Harrier / Partie 7 : SEGA AGES 2500 Series Vol. 4: Space Harrier

SEGA AGES 2500 Series Vol. 4: Space Harrier

Développé par Tamsoft et édité par SEGA
Sorti en 2003 et disponible sur PlayStation 2

Inspiré par la collection Simple Series de D3 Publisher, SEGA imagine, à partir de 2003, la gamme SEGA AGES 2500 Series. Celle-ci comprend des remakes et des compilations des plus grands succès de la maison, vendus au petit prix de 2500 ¥ chacun (18,99 € environ). Classique parmi les classiques, Space Harrier a droit à son remake en 3D à tout petit budget et réalisé par Tamsoft : SEGA AGES 2500 Series Vol. 4: Space Harrier.

Le premier changement, que l’on peut difficilement qualifier d’amélioration dans ce cas, est d’ordre visuel. Ce Space Harrier est entièrement réalisé en 3D et mélange des modélisations, dont le Harrier, les boss ou le décor, avec des sprites en 2D comme les tirs et certains obstacles. Par défaut, le mode dit « Fractal » est activé : celui-ci remplace les sols en damiers, pourtant la signature graphique de Space Harrier, par de véritables textures et du relief parfois. On peut malgré tout remplacer les décors par les damiers d’origine, désespérément plats ici.

Dans tous les cas, les modélisations sont d’une grande pauvreté et SEGA AGES 2500 Series Vol. 4: Space Harrier perd l’éclat de Space Harrier. Les décors sont en effet beaucoup trop sombres pour reproduire l’aspect visuel du jeu d’origine. On perd aussi une partie de la magie des graphismes de 1985. Les dragons prenaient l’apparence de longues créatures composées de nombreux sprites et faisant penser à de gigantesques reptiles. Ils ressemblent ici à des dragons tout ce qu’il y a de plus classique. Que dire d’Uriah qui prend désormais la forme d’une longue saucisse à tête de chien qui se déplace en faisant des vagues ?

Question gameplay, les développeurs enrichissent Space Harrier avec de nouvelles capacités sans revoir cependant l’équilibrage de la difficulté. On bénéficie par exemple d’une Flash Bomb en quantité limitée, qui nettoie tout l’écran et qui permet de vaincre les boss en deux coups de cuiller à pot. Certains ennemis drop des power-ups pour en regagner, ou pour obtenir un bouclier notamment qui absorbe deux coups à la place du Harrier.

Le Harrier dispose en plus d’un auto-fire et d’un tir à verrouillage à la manière de Panzer Dragoon. L’auto-fire est extrêmement pratique mais il s’essouffle : après quelques secondes à canarder à tout va, le joueur est obligé de le recharger. Pourquoi ? Sans doute pour éviter que ce tir continu ne simplifie trop l’expérience mais dans les faits, il n’y a rien de plus frustrant que de devoir repasser au tir classique. Quant au tir à verrouillage, son efficacité est en réalité très limitée, au point que l’on abandonne son usage. En effet, les dégâts qu’il occasionne sont trop faibles pour en faire une arme viable, compte tenu de la vitesse à laquelle les ennemis quittent l’écran. Contre les boss, l’auto-fire est largement plus intéressant.

Hélas, cette version reste excessivement difficile en l’absence de crédits pour continuer sa partie : un game over est synonyme de retour à la case départ. Une fois que l’on atteint les niveaux six et treize néanmoins, il est possible de commencer un run à partir de ces points de contrôle. À ce propos, les scores sont bel et bien enregistrés dans un classement mais il est impossible d’entrer son nom. On ne peut donc pas savoir à qui appartiennent les résultats si l’on est plusieurs à concourir sur un même fichier de sauvegarde.

Le point le plus positif du passage à la 3D est qu’il est plus facile d’apprécier la distance qui sépare le joueur d’un ennemi, d’un obstacle ou d’un projectile. La lisibilité est d’autant meilleure que la vitesse est bien adaptée également. Par ailleurs, les développeurs proposent de nouveaux niveaux puisque SEGA AGES 2500 Series Vol. 4: Space Harrier en compte vingt-et-un au total. Les nouveaux prennent la forme de tunnels, davantage des tubes d’ailleurs, avec une texture très primaire qui se répète tout au long.

Dans une tentative de moderniser Space Harrier, les développeurs ont aussi choisi de remixer la bande-son, pour lui donner des sonorités plus dance, qui vingt ans plus tard paraît ironiquement plus ancrée dans une époque révolue que les musiques d’origine. On regrette seulement qu’il ne soit pas possible d’opter pour la bande originale de 1985. Le Harrier lui-même a droit à un nouveau look avec des lunettes d’aviation et des pics dans les cheveux.

En Europe, cette version de Space Harrier est sortie à l’occasion de la compilation SEGA Classics Collection disponible sur PlayStation 2. Celle-ci regroupe différents volumes des SEGA AGES 2500 Series dont Monaco GP, Fantasy Zone, Space Harrier donc, Golden Axe, Ichini no Tant-R to Bonanza Bros., Columns, Virtual Racing FlatOut et Out Run. Aux États-Unis, Alien Syndrome fait également partie de la compilation mais il a été supprimé de la version européenne pour limiter le PEGI à douze ans.

Fort heureusement, SEGA proposera en 2005 la version d’origine de Space Harrier à l’occasion d’un autre volume : SEGA AGES 2500 Series Vol. 20: Space Harrier II — Space Harrier Complete Collection. On y trouve le premier Space Harrier (arcade, Master System, Game Gear), Space Harrier 3-D de la Master System ainsi que Space Harrier II sur Mega Drive. Le grand absent est hélas Planet Harriers.

Loin d’être apprécié des fans de SEGA et particulièrement de Space Harrier, l’histoire retiendra de SEGA AGES 2500 Series Vol. 4: Space Harrier qu’il est le dernier « épisode » original de la saga. Nombreux sont les joueurs qui auraient préféré une lettre d’adieu de Yū Suzuki, plutôt qu’un remake finalement extrêmement pauvre. SEGA continue toutefois de faire vivre la légende grâce à de nombreux portages de l’épisode originel.

SEGA AGES 2500 Series Vol. 4: Space Harrier

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Julien Capronhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents