vendredi 3 décembre 2021
AccueilDécouvertesTests rétroTest de Yakuza: Dead Souls : enterré mais pas mort

Test de Yakuza: Dead Souls : enterré mais pas mort

Détails de Yakuza: Dead Souls

VersionSortieDéveloppeurÉditeur
PlayStation 3🇫🇷 16/03/2012CS1 TeamSEGA

Toutes nos actualités sur Yakuza: Dead Souls

Test de Yakuza: Dead Souls sur PlayStation 3

Test réalisé à partir d’une version commerciale sur PlayStation 3

Sorti le 16 mars 2012 en Europe, Yakuza: Dead Souls est l’un des mal-aimés de Yakuza. En raison de ses faibles ventes, ce hors-série aurait définitivement pu sceller le sort de la saga chez nous, puisqu’elle n’était pas aussi populaire qu’aujourd’hui. Bientôt dix années après sa sortie, on se pose la question : Yakuza: Dead Souls mérite-t-il son triste sort ou est-il seulement sorti au mauvais moment ?

Avec Yakuza: Dead Souls, les développeurs ont tenté une approche à la fois différente et proche des autres Yakuza. Sorti en pleine zombie mania, son postulat est on ne peut plus simple : il s’agit de Yakuza mais où Kamurocho est envahie par une armée de morts-vivants. On y incarne à tour de rôle Shun Akiyama, apparu dans Yakuza 4, Goro Majima, jouable pour la première fois, Ryuji Goda, le charismatique antagoniste de Yakuza 2 et l’emblématique Kazuma Kiryu enfin. Le moins que l’on puisse dire est que l’esprit de Yakuza est respecté. L’histoire est aussi sérieuse que prenante, au contraire des intrigues secondaires qui sont généralement très légères.

Le Kamurocho de Yakuza: Dead Souls est fidèle au gameplay d’exploration classique des autres jeux. On déambule dans le quartier à la recherche de quêtes secondaires ou pour faire progresser la narration, on parle à tout un tas de personnages non-jouables, on dîne au restaurant ou l’on drague des hôtesses qui peuvent ensuite nous accompagner en combat. La différence est que la zone envahie par les zombies s’étend au fur et à mesure de l’histoire, on est donc obligé de la traverser si l’on souhaite jouer au golf ou au baseball, par exemple. Car toutes ces activités annexes sont aussi de la partie, et on peut perdre son temps aussi facilement que dans les épisodes canoniques.

Côté action, Yakuza: Dead Souls étonne les habitués. On n’y combat pas à coups de poings bien sentis, mais avec des armes à feu disponibles à foison. Nul besoin de s’arrêter, on passe la plus grande partie du temps à courir et on laisse le verrouillage automatique tirer pour nous, même si certains zombies spéciaux demandent une visée plus précise. On découvre différents types d’armes à munitions limitées, de sorte que l’on doive gérer son inventaire. Chacun des protagonistes se différencie enfin par une arme qui lui est propre. Les compétences, les objets et les niveaux sont cependant partagés entre tous.

On lance Yakuza: Dead Souls par curiosité tout d’abord. Puis on se rend compte que derrière sa couche « zombie » se cache envers et contre tout un véritable Yakuza. Certes, on remarque que son moteur n’est pas prévu pour gérer de nombreuses vagues de zombies, et il y a souvent des ralentissements lorsque tout explose à l’écran. Il reste néanmoins un Yakuza à part entière, bien plus sympathique à jouer que ne le laisse supposer son héritage. Il nous semble que Yakuza: Dead Souls ait été enterré trop tôt par tous ceux qui l’ont pratiqué à l’époque, et il mériterait aussi un remaster ou un remake pour le faire découvrir, étant donné qu’il n’est aujourd’hui disponible que sur PlayStation 3.           

Captures d’écran de Yakuza: Dead Souls

Yakuza: Dead Souls

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture ! Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, on serait heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos donateurs Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Askab
FFXV GOTY 2016

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents