samedi 4 février 2023
Tests et aperçusTest de Sword and Fairy: Together Forever. Est-il le titre idéal pour découvrir le wuxia ?

Test de Sword and Fairy: Together Forever. Est-il le titre idéal pour découvrir le wuxia ?

Test de Sword and Fairy: Together Forever réalisé le 16 août 2022 sur PlayStation 5 à partir d’une version fournie par l’éditeur.

  • Également connu sous le titre de Sword and Fairy 7
  • Développé par SOFTSTAR et édité par eastasiasoft
  • Initialement sorti le 22 octobre 2021
  • PlayStation 4, PlayStation 5 et PC
  • Ne comporte pas de sous-titres en français
  • PEGI 12

Septième et dernier épisode en date d’une saga très réputée en Chine, Sword and Fairy: Together Forever est le premier à sortir sur les consoles de nos rivages. Puisqu’il s’agit du nouveau volet d’une longue saga de RPG, comprenant environ vingt jeux en comptant les hors-séries, une question se pose. Sword and Fairy: Together Forever est-il l’épisode idéal pour découvrir la série ?

Test de Sword and Fairy: Together Forever

Sword and Fairy: Together Forever est-il aussi beau qu’il n’en a l’air en bande-annonce ?

N’y allons pas par quatre chemins. Sword and Fairy: Together Forever se distingue par la beauté de ses décors. Ils sont remplis de détails et le jeu s’est toujours montré fluide dans nos conditions de test, sur PlayStation 5. Au cours des combats aussi, le titre s’avère d’une grande richesse graphique : ils sont remplis d’effets sans jamais manquer de lisibilité. Il bénéficie en plus de la technologie ray tracing sur consoles. Le rendu n’est bien sûr pas comparable à la qualité d’un Marvel’s Spider-Man: Miles Morales, mais l’esthétique met nettement en valeur l’univers du jeu.

On regrette toutefois une interface dont la taille des polices d’écriture est trop petite. Il s’agit sans doute d’un vestige de la version PC, mais il est difficile de suivre l’histoire sans coller son nez à l’écran. Mais le principal élément de distanciation n’est autre que la modélisation des visages, toujours impassibles. On a parfois l’impression que les personnages sont des poupées de cire, ce qui tend à minimiser l’impact de l’histoire, qui n’est malheureusement pas excessivement entraînante de toute façon.

Peut-on jouer à Sword and Fairy: Together Forever si on n’a jamais pratiqué les autres épisodes ?

Ainsi, l’histoire de Sword and Fairy: Together Forever suit un dieu tombé sur terre après un échec dans sa mission. Son destin est alors lié à la dernière membre d’un clan d’invocateurs déchus. On découvre les pérégrinations des deux protagonistes, vite rejoints par d’autres compagnons. Leur objectif est de sauver le monde dans une intrigue à la fois classique et mal écrite. La traduction anglaise trop littérale n’aide pas, mais elle a le mérite de rester lisible et compréhensible tout au long du titre, malgré quelques erreurs par-ci, par là.

En tant que septième opus de la saga, le jeu contient forcément du fan service. Mais il reste accessible aux nouveaux joueurs. Un nouvel arrivant n’est pas totalement perdu et peut même profiter d’un lexique qui décrit le monde et les personnages, ainsi que des parties des précédents opus. En plus de la quête principale, le titre est truffé de quêtes annexes. Elles ne sont pas forcément passionnantes et se résument souvent à suivre des indications et à pourfendre des monstres.

S’agit-il d’un action-RPG traditionnel ?

Car des combats, il y en a moult dans Sword and Fairy: Together Forever. Le jeu varie pourtant les situations en ajoutant des passages d’infiltration et autres joyeusetés… mais combattre reste au cœur du gameplay. En temps réel, on incarne l’un des quatre protagonistes avec la possibilité de basculer de l’un à l’autre. Les alliés sont alors contrôlés par une intelligence artificielle qui fait le café. Ils n’hésitent pas à utiliser les coups spéciaux contre des MP. Aidé par les très belles animations mentionnées plus haut, on remet donc régulièrement le nez dans les combats avec plaisir. D’autant que les quatre personnages ont chacun leurs propres attaques et sorts ; on prend plaisir à alterner régulièrement entre chacun malgré une difficulté toute relative.

Sword and Fairy: Together Forever est en fin de compte un jeu étrange. Il n’est pas forcément le meilleur représentant du wuxia, les récits antiques de Chine, mais il est loin d’être le pire. Il bénéficie surtout de son « originalité » étant donné que le genre est sous-représenté chez nous. Pour quiconque souhaite découvrir un peu plus le gaming chinois avec l’une des grandes sagas du pays, il s’agit d’une porte d’entrée idéale… en attendant la localisation chez nous de Gujian 4, on l’espère.

Articles similaires

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici