jeudi 16 juillet 2020
Accueil Tests et aperçus Tests Switch Test de RUINER : le Rouge et le Noir

Test de RUINER : le Rouge et le Noir

Test réalisé à partir d’une version fournie par Cosmocover sur Switch

Développé par Reikon Games et publié par Devolver Digital
Sorti le 18 juin 2020 et disponible sur Switch (également disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC)

InterfaceFrançais / Anglais / Allemand / Espagnol / Italien / Japonais / Coréen / Portugais / Chinois / Russe
Audio
Sous-titres

D’abord sorti sur PC en 2017, RUINER est un jeu d’action « twin stick » avec un stick pour se déplacer et l’autre pour viser, se déroulant dans un univers cyberpunk particulièrement sombre. Après des portages sur PlayStation 4 et Xbox One, RUINER est de retour sur Switch. L’action nerveuse du titre est-elle bien retranscrite sur l’écran de la console hybride de Nintendo ?

RUINER met le joueur dans la peau d’un mercenaire portant constamment un casque sur la tête et ayant un fort penchant pour la violence. Mais après une mission contre le mystérieux Boss qui dirige la grande entreprise Heaven, le protagoniste est embarqué dans une quête afin de sauver son frère, guidé par une hackeuse énigmatique. Si l’histoire ne s’éloigne pas des classiques du cyberpunk, elle se suit néanmoins sans déplaisir, grâce notamment à sa galerie de personnages marquants.

La narration est servie par une direction artistique très marquée, avec la forte présence de rouge et de noir à travers les niveaux. Cela permet à RUINER de se démarquer, même si les niveaux se révèlent répétitifs malgré les détails présents. De son côté, la bande-son colle parfaitement à l’action et à l’univers. Le tout fonctionne bien sur Switch, bien que les couleurs choisies rendent parfois l’action confuse à l’écran et que certains textes se superposent.

Au cours de son périple, le personnage principal doit se défaire de nombreux ennemis et boss. Pour cela, il est armé d’une arme au corps-à-corps et d’une arme à distance, qu’il peut échanger contre d’autres ramassées au fur et à mesure des niveaux. Il possède également des compétences utiles comme un dashqui permet de se déplacer rapidement et d’esquiver les attaques ennemies.

Ces capacités sont gérées par un arbre de compétences accessible à tout moment, où le joueur peut réattribuer les points accumulés quand il le souhaite. Cela permet de s’adapter à la situation et de changer de stratégie, les compétences ayant différentes philosophies : certaines privilégient le mouvement tandis que d’autres sont là pour poser un peu plus l’action.

Entre plusieurs séries de niveaux, le joueur visite Rengkok Sud qui sert de hub central. Il y est possible de discuter avec d’autres personnages pour en découvrir plus sur l’univers, d’accepter quelques quêtes annexes et de ramasser des récompenses, par exemple auprès d’une nonne qui offre des bonus selon le nombre d’échecs du joueur. Bien que cet endroit soit plaisant à parcourir, il est hélas trop rarement visité au cours de l’aventure.

La durée de vie est au rendez-vous car, si le jeu est accessible en facile, les choses se compliquent dans les difficultés supérieures. Les combats étant notés, le joueur peut passer beaucoup de temps à obtenir le meilleur score possible. Cette version Switch de RUINER propose aussi toutes les mises à jour des autres versions, apportant plus de contenu : un mode New Game +, un mode speedrun qui désactive toutes les scènes cinématiques, un mode arène pour enchaîner les combats…

RUINER est toujours le jeu d’action nerveux que l’on a connu, avec un gameplay soigné. La version Switch rend très bien hommage à la direction artistique et à l’ambiance cyberpunk, tout en ayant assez de contenu pour occuper les joueurs qui aiment l’action et les défis relevés pendant de nombreuses heures.

StaffCoco
J’ai joué à beaucoup trop de JRPG et de visual novels pour être honnête.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

PES 2021 sera une mise à jour de saison en attendant les versions « next-gen » avec PES 2022

Dans un bref communiqué, Konami dévoile ses plans pour les prochains millésimes de Pro Evolution Soccer : PES 2021 sera une mise à jour de PES 2020 tandis que les versions « next-gen » seront réalisées avec l'Unreal Engine.

Microsoft dévoile les jeux qui entrent et qui sortent des catalogues Xbox Game Pass en juillet 2020

Comme tous les mois, Microsoft dévoile les titres ajoutés et supprimés des catalogues Xbox Game Pass en juillet 2020, son service de jeu à la demande pour console Xbox One et PC.

Test de Catherine: Full Body sur Switch : quadrilatère amoureux

Avec son intrigue autour de l’adultère et ses étranges plateformes cubiques, Catherine constituait à sa sortie une bizarrerie dans le catalogue d’Atlus. Catherine: Full Body s’inscrit dans la même lignée que Persona 4 Golden et Persona 5 Royal : il sublime un jeu déjà culte par l’ajout de contenus et une correction de ses principaux défauts. Talonnant la version PlayStation 4, cette édition Switch donne l’opportunité de vérifier si cette nouvelle tournée est toujours enivrante.

Test de The Wonderful 101: Remastered : le plus petit des grands héros

D’abord sorti sur Wii U en 2013, The Wonderful 101, le beat’em all façon Super Sentai, est de retour sur PlayStation 4, Switch et PC. Sobrement intitulée The Wonderful 101: Remastered, cette version a la particularité d’être éditée par PlatinumGames lui-même, sans le concours de Nintendo. Qu’apporte ce portage du (désormais) classique de Hideki Kamiya ? Principalement, et ce n’est pas rien, une visibilité plus importante que sur sa console d’origine.