lundi 28 septembre 2020
Accueil Tests et aperçus Tests PlayStation Test de Ghost of Tsushima : le dernier samouraï

Test de Ghost of Tsushima : le dernier samouraï

Test réalisé à partir d’une version fournie par Sony sur PlayStation 4

Développé par Sucker Punch Productions et édité par Sony Interactive Entertainment
Sorti le 17 juillet 2020 et disponible sur PlayStation 4

InterfaceFrançais / Anglais / Allemand / Norvégien / Finnois / Suédois / Russe / Portugais / Italien / Espagnol / Arabe / Japonais / Polonais / Danois / Turc / Néerlandais
AudioFrançais / Anglais / Japonais / Allemand / Russe / Portugais / Italien / Polonais / Espagnol
Sous-titresFrançais / Anglais / Allemand / Norvégien / Finnois / Suédois / Russe / Portugais / Italien / Espagnol / Arabe / Japonais / Polonais / Danois / Turc / Néerlandais

Ghost of Tsushima de Sucker Punch Productions, dernière sortie majeure de Sony avant le lancement de la PlayStation 5, prend la forme d’un monde ouvert massif au Japon féodal, souvent fantasmé et réclamé par les fans d’Assassin’s Creed. S’agit-il d’un simple « monde ouvert » façon nippone ? Ghost of Tsushima possède suffisamment de caractère pour s’affirmer comme une nouvelle référence du genre.

Dans Ghost of Tsushima, le joueur incarne Jin Sakai, un samouraï ayant subi la première invasion mongole de 1274 et qui tente d’organiser la résistance. Pour libérer le seigneur Shimura et reprendre le château de Kaneda, le seigneur Sakai doit recruter de très nombreux guerriers sur toute l’île de Tsushima, qui sont autant de scénarios annexes à découvrir.

L’accent est mis sur l’exploration avec de nombreux points d’intérêt à visiter sur la carte de l’île : ici un camp mongol à décimer, là une quête annexe à réaliser et de nombreux lieux secrets à visiter. Ghost of Tsushima regorge de mille-et-une activités et Jin Sakai a toujours à faire, bien que l’on ressente une certaine redondance dans les objectifs. Les différentes histoires des personnages non-jouables sont toutefois suffisamment prenantes pour que l’on désire progresser.

L’immersion est réussie grâce à une flore locale luxuriante et en mouvement permanent. Celle-ci n’est jamais perturbée par un affichage tête haute qui rendrait les déplacements plus mécaniques qu’ils ne le sont : les objectifs sont indiqués par la direction du vent que l’on invoque à l’aide du pavé tactile ; au joueur de la suivre à pied ou à cheval. La carte est d’ailleurs très plaisante à dévoiler, grâce à l’agilité de Jin Sakai, très capable d’escalader et qui obtient un grappin au cours du jeu.

Les combats, très sanglants, de Ghost of Tsushima sont hélas moins exemplaires. L’impossibilité de verrouiller un ennemi les rend parfois brouillon alors que le système ne manque pas d’intérêt. Le joueur doit adapter son style de combat selon le type d’adversaire. Certains manient une lame, d’autres une lance ou un puissant bouclier : Jin Sakai apprend des postures en conséquence et il convient de briser la garde ou esquiver aux bons moments pour sortir victorieux.

Jin Sakai possède également des armes longue portée (arc, bombes, kunai) et de nombreuses techniques et équipements qui évoluent au gré de l’expérience et des ressources. Le joueur a souvent le choix entre le respect ou non du code du bushido : on peut attaquer frontalement et avec honneur ses ennemis ou, au contraire, les neutraliser dans l’ombre. La voie du shinobi se révèle souvent plus avantageuse et les risques inutiles n’offrent guère plus aux honnêtes combattants que leur conscience comme seule médaille.

Ghost of Tsushima est aussi généreux dans ses mécaniques et contenus qu’il ne l’est visuellement. Mis à part quelques couacs, principalement ses étendues d’eau, le titre coupe très souvent le souffle avec des panoramas superbes. Le mode photo spectaculaire permet d’immortaliser les décors dépaysants et toujours mis en branle par le vent, sans que n’oscille jamais le nombre d’images à la seconde. Tsushima a beau être un champ de bataille, l’île nous invite perpétuellement à la contemplation avec ses changements soudains de météo, son nycthémère et sa formidable bande-son aussi évocatrice d’une période rarement interprétée de l’histoire du Japon.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Joueur Citoyenhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Test de Untitled Goose Game : un cottage bien sauvage

Certains jeux indés connaissent une mise en avant salutaire, grâce aux diffusions en direct ou au bouche-à-oreille. Son esthétique singulière et son humour communicatif ont justement permis à Untitled Goose Game de faire partie de ces chanceux. Un an après sa sortie, le jeu d’énigmes de House House est à nouveau sur le devant de la scène grâce à la sortie d’une édition physique sur PlayStation 4 et Switch. Celle-ci nous donne l’occasion de vérifier les qualités que cache le titre, au-delà de la simplicité de son concept.

Nexomon: Extinction désormais disponible sur Xbox One et compatible Xbox Series X|S grâce au Smart Delivery

VEWO Interactive et son éditeur PQube annoncent la disponibilité dès aujourd'hui de Nexomon: Extinction sur Xbox One en édition numérique, sorti le 28 août sur PlayStation 4, Switch et PC.

Panzer Dragoon: Remake disponible sur PC dès aujourd’hui

Forever Entertainment annonce que Panzer Dragoon: Remake sera disponible sur PC dès aujourd'hui par l'intermédiaire de Steam et GOG au tarif de 24,99 €.

Granzella diffuse une nouvelle bande-annonce pour R-Type Final 2

Dans le cadre du Tokyo Game Show 2020, Ganzella diffuse une nouvelle bande-annonce de R-Type Final 2. Le titre est attendu pour le printemps 2021 sur PlayStation 4, Xbox One, Switch et PC.