samedi 28 novembre 2020
Accueil Tests et aperçus Test de Undead Darlings: No Cure for Love

Test de Undead Darlings: No Cure for Love

Test réalisé d’après une version fournie par PR Hound sur Switch

Développé par Mr. Tired Media et édité par Sekai Project
Sorti le 28 septembre 2020 et disponible sur PlayStation 4, Switch et PC

InterfaceAnglais
AudioAnglais
Sous-titresAnglais

Le JRPG mâtiné de roman visuel n’est certainement pas le genre le plus original, mais il n’est jamais inintéressant de voir des « gaijin » s’essayer à cet exercice très codifié. Mr. Tired Media, avec Undead Darlings: No Cure for Love, propose une expérience presque typiquement nippone, dont certains choix de conception occidentaux lui permettent de se distinguer.

À la bonne heure ! Un JRPG américain ne mettant pas en scène des lycéens japonais existe vraiment ! Undead Darlings: No Cure for Love se déroule dans un monde postapocalyptique qui suit une épidémie de zombies. Quelques victimes gardent toutefois leur conscience humaine, dont l’amie d’enfance du protagoniste Reggie et cinq autres jeunes femmes zombifiées. Ensemble, ils tentent de découvrir un remède : Reggie fait office d’écuyer pendant que les six mortes-vivantes combattent.

La partie RPG d’Undead Darlings: No Cure for Love s’inspire fortement de Megami Tensei avec son exploration à la première personne. On visite de longs et sombres donjons qui sont de véritables labyrinthes. Il est si difficile de s’y repérer qu’il est plus confortable de laisser la mini-carte affichée en filigrane à l’écran.

Les combats, aléatoires pour la plupart, sont aussi très classiques si ce n’est le design des monstres hors-du-commun. À chaque fois que le joueur touche la faiblesse d’un ennemi, un multiplicateur de dégâts augmente : il est possible de l’enclencher à tout moment pour une super-attaque. Il retombe à zéro lorsqu’un coup n’est pas « efficace ». L’aspect stratégique vient de la possibilité d’utiliser des macros, permettant d’attaquer avec toute l’équipe d’un seul coup.

Le système est plutôt bien pensé mais, pour que celui-ci ait un sens, les combats ont besoin de durer suffisamment longtemps. De ce fait, même les ennemis les plus faibles sont de véritables sacs à points de vie. Ceux-ci n’ont en plus pas d’intelligence artificielle, rendant les combats peu passionnants : il n’est pas rare qu’un adversaire se soigne dès le premier tour.

Une particularité d’Undead Darlings: No Cure for Love est sa gestion de l’inventaire. Ce dernier est limité et les armes se cassent après un certain nombre d’utilisations. Il n’est cependant pas possible de stocker beaucoup d’objets et l’absence totale de magasins oblige à rechercher des butins dans les donjons.

Entre les séquences d’exploration, Undead Darlings: No Cure for Love est entrecoupé de très longs tunnels de dialogues. Mr. Tired Media parle de 300 000 mots au total. Néanmoins, ceux-ci ne se concentrent pas réellement sur l’intrigue mais davantage sur les personnages. Bien que l’histoire ne soit pas passionnante, les échanges ne manquent pas d’humour. Le joueur doit régulièrement effectuer des choix qui permettent de dévoiler des arcs scénaristiques entiers, pour en apprendre plus sur les différentes zombies.

Neuf fins sont disponibles en fonction de ses réponses mais rien ne permet de connaître son niveau de proximité dans la relation avec chacune des filles. En plus des pans de dialogues, on déverrouille des illustrations des héroïnes : pour découvrir tous les aspects d’Undead Darlings: No Cure for Love, le joueur devra obligatoirement terminer l’aventure plusieurs fois et s’essayer, pourquoi pas, aux différents niveaux de difficulté.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Joueur Citoyenhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Is it Wrong to Try to Shoot’em Girls in a Dungeon? disponible gratuitement sur PlayStation 4, Switch et PC

PQube et MAGES annoncent que le DLC Is it Wrong to Try to Shoot'em Girls in a Dungeon? est disponible gratuitement sur PlayStation 4, Switch et PC.

Test de Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau : un prologue à The Legend of Zelda: Breath of the Wild sous forme de musō

En attendant le nouveau Zelda, Omega Force propose Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau, nouvelle adaptation de la sérieen musō. Daté cent ans avant The Legend of Zelda: Breath of the Wild, s’agit-il d’un hors-série subsidiaire ou s’inscrit-il dans la chronologie du célèbre monde ouvert ? Dans tous les cas, Omega Force signe l’un des meilleurs musō jamais réalisés.

Sony dévoile les jeux du PS Plus de décembre 2020

Sony vient de dévoiler les trois jeux offerts sur PlayStation 4 et PlayStation 5 aux abonnés PS Plus du mois de décembre 2020. Les deux titres seront disponibles au téléchargement du 1er décembre 2020 au 4 janvier 2021.

Selon Marvelous!, Sakuna: Of Rice and Ruin comptabilise plus de 500 000 ventes

Marvelous! annonce que Sakuna: Of Rice and Ruin, disponible depuis le 10 novembre sur PlayStation 4, Switch et PC, a trouvé plus de 500 000 acquéreurs. Marvelous! précise qu'il s'agit de l'une des toutes meilleures ventes de l'éditeur.