dimanche 13 juin 2021
AccueilTests et aperçusTest de Pocoyo Party : la bamboche, c'est terminé

Test de Pocoyo Party : la bamboche, c’est terminé

Test réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur sur Switch

Développé et édité par Reco Technology
Sorti le 23 avril 2021 et disponible sur PlayStation 4 et Switch

InterfaceFrançais / Anglais / Allemand / Espagnol / Italien
AudioAnglais
Sous-titresFrançais / Anglais / Allemand / Espagnol / Italien

On ne s’en rend pas compte avant d’être parent : l’accès aux jeux « traditionnels » est loin d’être facile pour les enfants en bas âge. Comprendre la manette, lire les interfaces, relever les défis d’apparence les plus simples peuvent s’avérer pénible, donc peu divertissant, pour les petits qui découvrent le jeu vidéo. Avec Pocoyo Party, Reco Technology promet un jeu conçu pour les trois à cinq ans. Cette compilation de mini-jeux est-elle adaptée aux plus jeunes joueurs ?

Sous licence officielle Pocoyo, Pocoyo Party met en scène une aventure inédite de ce petit garçon tout de bleu vêtu. Pour organiser son anniversaire, Pocoyo rédige des cartes d’invitation à ses amis. Mais au lieu de les transmettre au facteur, il les donne par inadvertance au Martien Grognon. Pour les récupérer toutes, les jeunes joueurs doivent parcourir six mini-jeux variés mais qui se révèlent, sans exception, peu intéressants, y compris pour les enfants.

Le principal problème de Pocoyo Party est la barrière de la langue. Pour qu’un jeu destiné aux enfants soit facilement accessible, on l’a déjà expliqué dans le test de Pat’ Patrouille : La Super Patrouille sauve la Grande Vallée, il y a besoin que chaque élément de texte soit lu à haute voix. Ce n’est pas le cas dans Pocoyo Party et les voix ne sont disponibles qu’en anglais. De ce fait, il est impossible pour un enfant de comprendre les explications du narrateur sans l’aide de ses parents.

Mais au-delà de l’absence de français, il existe un véritable décalage entre ce que l’on peut attendre des mini-jeux et ce qu’ils sont vraiment. Par exemple, le mini-jeu de danse requiert que l’on incline la manette sur un côté au bon moment. Mais un enfant n’aurait-il pas pris plus de plaisir à se dépenser devant l’écran, dans un ersatz de Just Dance ? Autre exemple, le mini-jeu de course n’oblige en réalité le joueur qu’à appuyer sur la touche d’accélération et à la relâcher quand un obstacle apparaît à l’écran. N’aurait-on pas préféré une imitation de Micro Machines ?

Dans leur globalité, les mini-jeux manquent d’imagination, de profondeur et de soin. On ne distingue pas vraiment de courbe de progression et la répétitivité des actions n’est malheureusement pas divertissante. Que l’enfant joue seul ou à plusieurs, l’intérêt n’est que trop limité pour lui donner envie de s’investir et l’occuper plus de quelques minutes. La carotte pour progresser est la possibilité de déverrouiller des bonus liés à Pocoyo. Mais encore une fois, les développeurs ont bâclé cette partie.

On ne peut par exemple pas zoomer sur les vignettes d’illustrations que l’on obtient au fil des parties. Les puzzles n’ont absolument aucun sens. Quant aux épisodes de Pocoyo que l’on finit par débloquer, ils sont encore une fois hélas uniquement disponibles en anglais. De ce fait, Pocoyo n’apparaît pas comme une porte d’entrée idéale pour faire découvrir le plaisir des jeux vidéo à un enfant. Sans volet éducatif, ne stimulant pas la créativité, ne procurant que peu de plaisir de jeu et finalement loin d’être facile d’accès, on ne sait pas vraiment entre quelles mains mettre les mini-jeux de Pocoyo Party.

Pocoyo Party

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Julien Capronhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents