Test de « GrimGrimoire OnceMore » sur Switch. Un jeu de stratégie modernisé mais toujours difficile d’accès

Test de GrimGrimoire OnceMore réalisé sur Switch à partir d’une version fournie par le distributeur.

GrimGrimoire fait son retour avec GrimGrimoire OnceMore. Cette remastérisation du jeu de stratégie de Vanillaware s’appuie pleinement sur la version PlayStation 2 de 2007. La formule est quasiment la même qu’à l’époque, mais quelques nouveautés le rendent plus agréable à pratiquer selon les standards actuels.

Test de GrimGrimoire OnceMore

Dans GrimGrimoire OnceMore, le joueur incarne Lillet Blan, apprentie magicienne qui rejoint l’académie de Silver Star Tower. Cinq jours après son arrivée toutefois, la sorcière en devenir meurt de la main de Calvaros. L’archimage, que l’on croyait scellé, convoite en réalité la pierre philosophale. Lillet se réveille alors au milieu de sa première soirée dans l’école et « revit » ces cinq jours en boucle.

Le premier jeu de Vanillaware

La narration est justement construite autour de ce cycle temporel. Les cinq premiers jours à l’académie se répètent au fil de la progression, dont on estime la durée entre dix à quinze heures en fonction du profil. Mais Lillet conserve ses souvenirs à chaque nouveau départ. Cela permet, petit à petit, de déceler les alliés et les antagonistes parmi des personnages très hauts en couleur, avec quelques surprises parfois. Les coups de théâtre et les trahisons sont monnaie courante dans l’univers de GrimGrimoire OnceMore.

GrimGrimoire OnceMore - Lillet Blan et Gammel Dore
Lillet Blan est accueillie à la Silver Star Tower par Gammel Dore, directeur de l’académie de magie. Il lui enseigne l’art de l’invocation à l’aide de grimoires.

Le récit se déroule au cours des nombreux dialogues qui introduisent et concluent chacun des chapitres. Les joueurs ayant découvert le studio de George Kamitani avec l’excellent 13 Sentinels: Aegis Rim savent qu’il maîtrise les narrations morcelées dans le temps. Mais, en l’absence d’une traduction française, il faut comprendre l’anglais pour en profiter car les textes sont nombreux. De plus, les dialogues se déroulent automatiquement et finalement assez vite. On apprécie quoi qu’il en soit leur mise en scène car les portraits apparaissent en contre-plongée, pour traduire un monde écrasant. La sensation est toujours renforcée par des compositions grandioses et épiques de la maison Hitoshi Sakamoto.

Intra-jeu néanmoins, on ne tombe jamais à la renverse malgré des sprites de toute beauté. Les environnements manquent en fin de compte de variété car rien ne ressemble plus à une cage d’escalier de la Silver Star Tower qu’une autre cage d’escalier de la Silver Star Tower. De toute façon, les décors n’ont ici aucune fonction narrative et ne servent qu’à favoriser la lisibilité. On n’est donc jamais confronté à des panoramas à couper le souffle comme dans Odin Sphere, Muramasa: The Demon Blade ou Dragon’s Crown.

Un jeu de stratégie en temps réel adapté aux contraintes d’une manette

Le level design a également cette tendance à la répétition. Les niveaux sont construits à l’aide d’escaliers, de barrières et de cristaux à conquérir. Ces derniers sont source de mana, permettant à Lillet d’invoquer toutes sortes d’unités, de petits blobs-ouvriers jusqu’à d’immenses chimères. Cette ressource unique permet aussi de positionner des cercles sur la carte grâce auxquels constituer son armée. L’aspect stratégique est essentiel car chaque « élément » possède ses forces et ses faiblesses. Malgré tout, la course aux colosses n’est pas toujours la meilleure solution. Par exemple, une demi-douzaine de dragons peuvent être victimes de quelques petits chats noirs capables de les endormir…

GrimGrimoire OnceMore - Combat
Les licornes, issues de la maison Glamour, ont un avantage élémentaire sur le puissant Charon de la maison « Nécromancie ».

GrimGrimoire OnceMore est globalement pensé pour être joué à la manette, alors que l’on pratique habituellement le genre à la souris et au clavier. Des raccourcis permettent de sélectionner toutes les unités d’un type ou de naviguer parmi chacune, une par une. Mais l’input mapping reste délicat et source de frustration quand on s’emmêle les pinceaux. On aurait aimé que Vanillaware laisse la possibilité de configurer ses commandes ou de programmer des raccourcis. Et pourquoi ne pas avoir profité de la version Switch pour ajouter des commandes tactiles ?

Cette nouvelle version possède tout de même quelques nouveautés très satisfaisantes. L’action est notamment plus lisible grâce à l’affichage en 16:9 contre les 4:3 d’origine, et la possibilité de dézoomer. La marche rapide est également bienvenue, pour ne pas s’ennuyer quand les diablotins cumulent de la mana. Quelques options d’accessibilité font enfin la différence, telle la capacité à remonter le temps une fois par partie (puis d’autres ensuite) ainsi qu’un arbre de compétences. Au fil des victoires, le joueur peut désormais augmenter l’efficacité de chaque unité. Ainsi, certains combats sont moins brutaux qu’à l’origine. Mais GrimGrimoire OnceMore reste de toute façon difficile, y compris au degré le plus facile.

Plus loin | Lire aussi le test de JapanPop

Captures d’écran © NIS America

Notre avis | 7

Note : 7 sur 10.

GrimGrimoire OnceMore est une version améliorée du jeu de stratégie de Vanillaware. Le récit et la mise en scène, dans l’esprit du studio, font toujours forte impression seize ans après la sortie PlayStation 2. On apprécie particulièrement la boucle temporelle dans laquelle est enfermée Lillet Bran, sorcière en devenir. Mais la répétitivité des environnements et du level design peuvent décourager parfois. Il s’agit en plus d’un jeu particulièrement éprouvant, malgré quelques nouvelles fonctionnalités pour simplifier la vie. On peut notamment accélérer la cadence, dézoomer et renforcer ses unités. Mais GrimGrimoire OnceMore reste exigeant, à cause d’un input mapping souvent complexe et de l’absence de traduction en français.

On aime

  • La boucle temporelle
  • La découverte des personnages
  • La mise en scène de la maison Vanillaware
  • Un jeu de stratégie conçu pour la manette
  • Les forces et les faiblesses de chaque maison
  • Les nouveautés de qualité de vie
  • L’arbre de compétences

On n’aime pas

  • Les environnements trop génériques
  • La répétitivité du level design
  • L’absence de traduction française
  • Un input mapping souvent complexe
  • L’absence de commandes tactiles sur Switch

1 commentaire

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

À lire aussi

« RPG Maker With » sortira le 11 octobre 2024 sur Nintendo Switch, puis courant 2025 sur PlayStation 5 et PlayStation 4

NIS America vient de fixer la date de lancement de RPG Maker With sur Nintendo Switch, en Europe. L'outil de création de RPG de Gotcha Gotcha Games sera disponible le 11 octobre 2024 sur eShop ainsi qu'en édition physique, distribuée par PLAION. À ce jour cependant, l'éditeur n'a pas encore détaillé son prix de lancement. Les versions PlayStation 5 et PlayStation 4 sortiront, quant à elles, dans le courant de l'année 2025.

Test de « Farming Simulator Kids » sur Nintendo Switch. Cette adaptation pour les tout-petits considère les parents comme des vaches à lait

Depuis le 26 mars 2024, Farming Simulator Kids est disponible au téléchargement sur Android, au prix de 3,79 €, et iOS, contre 2,99 € (ces versions incluent des microtransactions). Une version Nintendo Switch est également proposée au prix exorbitant de 29,99 €, sur eShop ou par l'intermédiaire de l'un de ces « codes dans une boîte » dont on peine toujours à comprendre l'intérêt. Développé et édité par GIANTS Software, le titre, qui promet une entrée en douceur dans le monde de l'agriculture, est destiné aux très jeunes joueurs. Mais il s'avère d'une pauvreté étourdissante, sans aucune finalité pédagogique et truffé d'une multitude de bugs.

« Shin Megami Tensei V: Vengeance » sortira finalement le 14 juin 2024

Atlus vient d'annoncer que Shin Megami Tensei V: Vengeance sortirait finalement le 14 juin 2024. Son JRPG sera donc disponible une semaine plus tôt que la date, initialement prévue, du 21 juin 2024 sur PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series X, Xbox One, Nintendo Switch et PC. PLAION distribuera les éditions physiques en France.

PLAION annonce « Nobody Wants to Die », jeu d’enquête à venir sur PlayStation 5, Xbox Series X et PC

PLAION vient d'annoncer Nobody Wants to Die, un jeu d'enquête dans le style du roman noir qui se déroulera à New York en 2329. Le titre est actuellement développé sous Unreal Engine 5 par Critical Hit Games, spécialisé dans les expériences narratives. On l'attend sur PlayStation 5, Xbox Series X et PC dans le courant de l'année 2024. Mais l'éditeur n'a, pour l'instant, pas précisé la date de lancement.

Test d’« Unicorn Overlord » sur Xbox Series X. S’inspirant de nombreux JRPG, le dernier Vanillaware en date délivre une expérience unique

Depuis le 8 mars 2024, Unicorn Overlord est disponible sur PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series X et Nintendo Switch, édité par Atlus au prix de 59,99 €. Dernière création de Vanillaware, réalisé par Takafumi Noma pendant près de dix ans, ce tactical-RPG massif se distingue paradoxalement en empruntant les systèmes de nombreux classiques. Attention, chef-d'œuvre.
Test de GrimGrimoire OnceMore réalisé sur Switch à partir d'une version fournie par le distributeur. https://www.youtube.com/watch?v=TrLNsphVTPE GrimGrimoire fait son retour avec GrimGrimoire OnceMore. Cette remastérisation du jeu de stratégie de Vanillaware s'appuie pleinement sur la version PlayStation 2 de 2007. La formule est quasiment la même...Test de « GrimGrimoire OnceMore » sur Switch. Un jeu de stratégie modernisé mais toujours difficile d'accès