samedi 4 février 2023
Tests et aperçusTests PCTest d'Essays on Empathy : dans les chaussures du créateur

Test d’Essays on Empathy : dans les chaussures du créateur

Détails d’Essays on Empathy

VersionSortieDéveloppeurÉditeur
PC🌐 18/05/2021DeconstructeamDevolver Digital

Toutes nos actualités sur Essays on Empathy

Test d’Essays on Empathy sur PC

Test réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur sur PC (Ryzen 7 3700X, 32 Go de RAM, GeForce RTX 2070 8 Go)

InterfaceAnglais
AudioAnglais
Sous-titresAnglais

En pleine reconstruction après une vague d’épuisement professionnel qui a succédé aux confinements, l’équipe de Deconstructeam (Gods Will Be Watching, The Red Strings Club) propose la compilation Essays on Empathy sur PC. La rétrospective regroupe dix créations jalonnant l’évolution du studio et permet de mieux comprendre son parcours et sa philosophie.

Les dix projets, dont neuf sont par ailleurs disponibles au téléchargement sur Itch.io, sont souvent issus de Ludum Dare ou d’événements spéciaux (The Bookshelf Limbo a par exemple été créé pour l’anniversaire d’un ami). Ce sont majoritairement des expériences narratives, Deconstructeam oblige, à l’exception d’Undeground Hangovers qui prend la forme d’un Metroidvania. Le degré de finition de certains est époustouflant pour des jeux conçus en moins de soixante-douze heures (Supercontinent Ltd, Behind Every Great One), d’autres sont toutefois sujets à softlock et ne bénéficient pas du même vernissage.

Les différents jeux permettent, quoi qu’il en soit, de suivre la progression de Deconstructeam, notamment en ce qui concerne son discours. Le dernier jeu d’Essays on Empathy est néanmoins une exclusivité spécialement conçue pour l’occasion : De Tres al Cuarto raconte l’histoire d’un duo comique qui tente de percer. L’aventure dure quatre-vingt-dix minutes environ et permet de découvrir une nouvelle facette du studio : la comédie.

Le véritable intérêt de la compilation réside en réalité dans les vidéos qui accompagnent chaque titre. Jordi, Marina et Paula détaillent l’état d’esprit qui était le leur aux cours des différents développements, et notamment comment le studio a appris de ses échecs et de ses erreurs. On regrette que ces documentaires ne soient pas de véritables making of pour mieux comprendre le processus de création, d’autant plus que des croquis préparatoires, non-commentés, offrent un aperçu des coulisses des différents jeux.

Cependant, ces reportages, davantage des témoignages d’ailleurs, offrent de nombreuses anecdotes sur Deconstructeam et permettent de mettre en perspective les créations avec leurs créateurs. De nombreux thèmes sont abordés : difficulté, représentativité, barrière de la langue (le studio étant espagnol), stéréotypes, pression au travail… La série de vidéos ouvre également une nouvelle fenêtre sur la scène indé et sur les motivations des développeurs, loin d’être partagées par les plus grands éditeurs du marché.

On se pose toutefois la question : malgré ses plus de trente jeux non-commerciaux développés, et ses deux immenses succès bien sûr, Deconstructeam est-il un studio « légitime » pour lui dédier une rétrospective ? De telles compilations sont habituellement réservées à des légendes du jeu vidéo. On pense par exemple à Yu Suzuki Game Works Vol. 1 sorti sur Dreamcast en 2001 ou Rare Replay sur Xbox One en 2015.

Peut-être qu’Essays on Empathy arrive un peu tôt dans la vie du studio de Valence, on leur souhaite tout du moins. Mais au-delà des jeux ici présentés, l’important est surtout de mieux comprendre les créateurs indépendants et pas uniquement ces trois-là, ainsi que leurs angoisses et leurs motivations. Essays on Empathy tient parfaitement sa promesse puisqu’il nous plonge dans le monde de la création et nous place dans les chaussures et dans la peau de ceux qui dédient leurs vies à ceux qui jouent.

Captures d’écran d’Essays on Empathy

Essays on Empathy

Articles similaires

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici