mardi 11 août 2020
Accueil Tests et aperçus Test de Root Letter: Last Answer : le mystère épistolaire

Test de Root Letter: Last Answer : le mystère épistolaire

Test réalisé à partir d’une version fournie par PQube sur une PlayStation 4 de première génération

Développé par Kadokawa Games et édité par PQube
Sorti le 2 septembre 2019 et disponible sur PlayStation 4, Switch et PC

Nouvelle édition de Root Letter (√Letter) sorti en 2016, Last Answer entend améliorer ce classique d’Akari Uchida en proposant quatre courts épilogues. Sa principale nouveauté n’est autre que l’intégration de photos et quelques vidéos en lieu et place des illustrations d’origine, que l’on peut choisir à sa guise.

90 comédiens et de nombreux décors donnent vie à ce nouveau style graphique façon « live action », rappelant l’excellent 428: Shibuya Scramble. Contrairement à ce dernier, les photographies ne sont jamais en mouvement et le rendu est plus statique. Bien qu’il soit possible de choisir entre les photos ou les illustrations, il est impossible de changer de style à la volée, comme dans Monkey Island: Special Edition ou Wonder Boy: The Dragon’s Trap.

On incarne Takayuki, un jeune homme de Tokyo qui retrouve des lettres échangées avec Aya Fumino, une correspondante de Matsue. Une enveloppe jamais ouverte l’interpelle puisqu’Aya lui explique avoir tué quelqu’un et qu’elle ne pourra pas continuer à correspondre. Takayuki se rend alors à Matsue pour tenter de découvrir les tenants et aboutissants de ce mystère.

Un point intéressant de Root Letter est la visite de Matsue et de ses environs. Grâce aux magnifiques photos et au guide touristique qui fournit des anecdotes sur les lieux, on a vraiment le sentiment de faire du tourisme.

L’histoire n’est en revanche pas toujours attrayante, notamment parce que l’écriture peine parfois à transmettre des émotions. Le comportement du protagoniste qui agit souvent comme un véritable mufle peut également être un élément de distanciation. Il est difficile de s’y attacher lorsqu’on aurait systématiquement agi différemment, à sa place.

Pour percer le mystère d’Aya Fumino, Takayuki recherche ses amis du lycée pour les interroger. Afin d’obtenir des informations, il n’hésite pas à les manipuler, à les intimider et même à les faire chanter, ce qui qui ne laisse pas insensible un joueur honnête.

Dans son déroulement, le titre est un visual novel très classique où l’on se déplace d’écran en écran pour interroger différents PNJ et obtenir toutes sortes d’informations et d’objets. Cependant, le jeu est excessivement linéaire puisqu’on ne peut quasiment jamais effectuer une action de son plein gré. Une option qui permet de « réfléchir » dicte précisément la marche à suivre.

Root Letter est découpé en huit chapitres qui sont chacun ponctués par une confrontation avec un ami d’Aya. Il faut alors poser les questions qui dérangent et présenter les bons objets pour faire progresser l’échange.

En introduction des chapitres, Takayuki relit un courrier reçu par Aya et nos réponses déterminent la fin que l’on obtient, parmi cinq différentes. Une seule d’entre elles mérite cependant d’être considérée comme la bonne. À chaque nouveau run, le joueur peut zapper les segments qu’il a déjà lus pour explorer très rapidement les fins manquantes : une première partie dure environ 10 h et il faut ajouter 30 min à peine pour chaque fin supplémentaire.

Les épilogues bonus permettent de légèrement prolonger les différents parcours possibles, en attendant la sortie de Root Film prévu pour cette année.

Joueur Citoyenhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

Les 5 meilleures ventes de jeu vidéo en France (semaine 31)

Comme toutes les semaines, le SELL (syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs) dévoile les cinq meilleures ventes physiques de jeux vidéo en France sans toutefois préciser le volume. Pour cette semaine 31, aucun changement n'est à noter dans le classement. Ghost of Tsushima est toujours la meilleure vente, suivi de best-sellers de la Switch : Animal Crossing: New Horizons, Paper Mario: The Origami King et Mario Kart 8 Deluxe. The Last of Us Part II se situe toujours en cinquième position.

Test de What Happened : je marche seul

« Que vient-il de se passer » est une question que l’on se pose très souvent dans What Happened et particulièrement lors de ses premiers instants. Ce simulateur de marche, présenté comme un thriller psychologique par son éditeur, propose de parcourir l’anxiété et la dépression du malheureux Stiles. Comment s’y prend-on pour dépeindre la maladie mentale en jeu vidéo ? Réponse avec What Happened dont la proposition est aussi sérieuse que convaincante.

Vacances ludiques : Ys VIII: Lacrimosa of Dana

Échouer sur une île déserte et paradisiaque est peut-être la marque des très grands jeux. Cela expliquerait en partie pourquoi Ys VIII: Lacrimosa of Dana est considéré et souvent cité comme l’un des très grands classiques du jeu de rôle japonais et plus particulièrement de cette génération. Son aspect le plus rafraîchissant n’est pourtant pas son cadre îlien mais son exploration d’une fluidité inhabituelle.

Test de Teenage Blob : moitié jeu, moitié album, 100% rock ’n’ roll

Quelle étonnante proposition que celle de Teenage Blob ! Ce projet co-réalisé avec le groupe The Superweaks est, d’après les propres termes de Team Lazerbeam, « 50% jeu, 50% album ». Doit-on y voir un album punk rock ludique ou, inversement, un jeu vidéo avec d’excellentes chansons ? Disponible sur Steam et itch.io, on penche plutôt pour la deuxième proposition, d’autant que son côté psychédélique rappelle la série WarioWare. D’un point de vue purement « jeu vidéo » cependant, l’originalité de Teenage Blob suffit-elle à retenir l’attention des joueurs ?