mardi 20 octobre 2020
Accueil Tests et aperçus Tests mobiles Test de Guardian Tales : un action-RPG mobile et généreux

Test de Guardian Tales : un action-RPG mobile et généreux

Test réalisé à partir d’une version fournie par Warning Up sur Android (Google Pixel 3)

Développé par Kong Studios et édité par kakaogames
Sorti le 24 juillet 2020 et disponible sur iOS et Android

InterfaceFrançais / Anglais / Japonais / Allemand / Espagnol / Portugais / Thaï / Italien / Russe / Indonésien
AudioAnglais / Japonais
Sous-titresFrançais / Anglais / Japonais / Allemand / Espagnol / Portugais / Thaï / Italien / Russe / Indonésien

Guardian Tales et ses nombreux hommages aux action-RPG de « l’âge d’or » ne manque pas de toucher la corde sensible des joueurs des années 80 et 90. Que l’on ne s’y trompe pourtant pas : il s’agit d’un free-to-play destiné au marché mobile avant tout. Comment Kong Studios parvient-il à concilier les nostalgiques aux modèles économiques d’aujourd’hui ?

Guardian Tales se déroule à Kanterbury, un royaume attaqué par des démons-envahisseurs. Lorsque le château est pris d’assaut, les Gardiens sont éparpillés et il revient au joueur – le Gardien légendaire – de regrouper des alliés (jusqu’à trois peuvent accompagner le héros) et reprendre le trône.

En réalité, il n’y a guère que les sprites en pixel art des personnages qui soient rétro. Dans ses mécaniques et ses activités, Guardian Tales est un jeu très moderne et parfaitement adapté au jeu mobile. Toute la progression est découpée en missions qui ne durent pas plus de 10 min, avec des quêtes annexes à chaque fois et des objets secrets à dénicher pour obtenir les trois étoiles. Le système de notation donne toujours envie de replonger dans un niveau pour le nettoyer entièrement.

La motivation naît aussi du plaisir de jeu quasi-immédiat : les contrôles tactiles répondent parfaitement bien et pour viser, le joueur est aidé lorsqu’il attaque. Le level design est en plus toujours intéressant, avec de nombreux chemins de traverse. De nombreux casse-têtes rendent l’alternance entre énigmes et combats très rythmée pour une progression extrêmement fluide.

L’expérience que l’on obtient au combat et un système d’endurance, classique du free-to-play, brident la progression. Il est toutefois possible d’obtenir des buffs et de l’endurance supplémentaire en échange de la monnaie virtuelle acquise en explorant, ou de monnaie sonnante et trébuchante du monde réel. Dans l’ensemble, Guardian Tales est généreux et on ne ressent pas d’obligation de mettre la main à la poche pour pouvoir jouer.

Après quelques missions, le joueur déverrouille de nombreuses activités. Celles-ci sont variées et se débloquent au fur et à mesure pour que l’on ne se perde pas : arène de joueur contre joueur, guilde avec ses amis, personnalisation de l’île… Couplés aux nombreux personnages à recruter, aux quêtes annexes et aux objets à découvrir, il y a toujours de quoi faire dans Guardian Tales. Les menus sont toutefois un peu complexes et donne l’impression de naviguer dans une usine à gaz.

La structure de Guardian Tales ne permet toutefois pas au récit d’occuper l’espace et, très rapidement, la progression se montre mécanique. On ne joue certainement pas pour l’histoire et les personnages mais pour l’expérience et pour parfaire ses résultats. En cela, Guardian Tales n’est pas comparable aux action-RPG de l’ère 16-bits (Secret of Mana, The Legend of Zelda: A Link to the Past…), même s’il ne cesse d’y faire référence et souvent avec humour.

Reste un jeu visuellement chatoyant, très plaisant à prendre en main et généreux en contenu et en temps de jeu gratuit. Pour peu que l’on progresse suffisamment, Guardian Tales propose des activités différentes pour divertir ses joueurs, y compris les moins assidus qui ne voudraient picorer que quelques minutes ici et là.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Joueur Citoyenhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Les 5 meilleures ventes de jeu vidéo en France (semaine 41)

Comme toutes les semaines, le SELL (syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs) dévoile les cinq meilleures ventes physiques de jeux vidéo en France sans toutefois préciser le volume. FIFA 21, comme tous les ans, rafle les trois premières places avec un podium composé de ses versions PlayStation 4, Xbox One et Switch. Animal Crossing: New Horizons et Crash Bandicoot 4: It's About Time complètement le classement.

Test de Hades : nom de Zeus !

Hades est le dernier-né de Supergiant Games (Bastion, Transistor et Pyre), un studio principalement attendu pour son écriture et pour la réalisation superbe de ses titres. On connaît désormais son savoir-faire en matière de plaisir de jeu. Hades est particulièrement excitant à pratiquer et l’envie d’enchaîner les parties, comme on enchaîne les défaites, est irrésistible. Oui, on parle bien d’un rogue-like, un genre pourtant classique aujourd’hui et dans lequel tout, ou presque, a été vu. Quels délices des dieux ont été intégrés à la recette de ce nectar pour que l’on y prenne tant goût, que diable ?

Test de Let’s Sing Queen : la reine de la soirée

Let’s Sing s’enrichit d’un nouvel opus qui, une fois n’est pas coutume, ne regroupe pas de titres en vogue mais un contenu issu d’un seul groupe : Queen. Que ce soit pour surfer sur le succès du film Bohemian Rhapsody, ou parce que Queen est un groupe britannique dont tout le monde connaît les morceaux les plus célèbres, Let’s Sing Queen met à l’honneur Freddie Mercury, Brian May, John Deacon et Roger Taylor. Une playlist issue d’un seul et même groupe fédère-t-elle autant derrière le micro qu’une compilation plus hétérogène ?

Aperçu de Baldur’s Gate 3 en accès anticipé : « C’est bon de vous revoir »

Vingt ans séparent les joueurs de leur dernière aventure aux Royaumes Oubliés. Des hors-séries de Baldur’s Gate sont sortis depuis tandis que la recherche d’un successeur au tandem Bioware/Black Isles Studios perdurait. Les récents Divinity: Original Sin ont cependant placé Larian comme l’héritier spirituel évident. Disponible en accès anticipé un an après son annonce, Baldur’s Gate 3 fait de formidables promesses, mais un long chemin reste à parcourir.