samedi 28 novembre 2020
Accueil Actualités Actus PC Test de Age of Empires III: Definitive Edition : la guerre de...

Test de Age of Empires III: Definitive Edition : la guerre de « trois » / Suivi de : Définitivement multi

Test réalisé à partir d’une version commerciale sur PC (Ryzen 7 3700X, 32 Go de RAM, GeForce RTX 2070 8 Go)

Codéveloppé par Tantalus Media et Forgotten Empires et édité par Xbox Game Studios
Sorti le 15 octobre 2020 et disponible sur PC

InterfaceFrançais / Anglais / Italien / Allemand / Espagnol / Japonais / Coréen / Portugais / Russe / Chinois / Turc / Vietnam
AudioFrançais / Anglais / Italien / Allemand / Espagnol / Portugais / Chinois
Sous-titresFrançais / Anglais / Italien / Allemand / Espagnol / Japonais / Coréen / Portugais / Russe / Chinois / Turc / Vietnam

Test de Age of Empires III: Definitive Edition

Disponible depuis 2005 sur PC, Age of Empires III n’a jamais détrôné The Age of Kings. Age of Empires III: Definitive Edition est une nouvelle chance offerte à cet épisode très singulier de conquérir à nouveau les stratèges. Bénéficiant du même soin que les deux autres Definitive Edition avant lui, peut-il se faire une place aux côtés du légendaire Age of Empires II ?

Pourquoi Age of Empires III n’a-t-il pas connu le succès retentissant de ses prédécesseurs ? Ses campagnes font sans doute partie des éléments de réponse. AOE et AOE II donnent l’impression d’écrire l’Histoire ; où Age of Empires III ne propose que des campagnes fictives, dans le contexte de la conquête des Amériques.

Dans Age of Empires III: Definitive Edition, on retrouve la campagne du jeu de base et celles des extensions The WarChiefs et The Asian Dynasties. Pour inclure des événements issus de faits réels, six batailles historiques ont aussi été intégrées avec chacune sa situation spécifique et une mécanique originale associée. On aurait aimé davantage de nouveau contenu mais l’effort est déjà louable.

L’art de la Guerre prend la forme d’un tutoriel pour s’aguerrir, avec la possibilité de réaliser les meilleurs temps possibles et obtenir des médailles d’or, à la manière des entraînements de PES. De nouvelles cartes font leur apparition mais aussi deux nouveaux peuples. Les Incas exploitent mieux les comptoirs et les maisons produisent de la nourriture. Les Suédois livrent très vite leurs mercenaires depuis la métropole.

Côté multi, Age of Empires III: Definitive Edition fait table rase d’Ensemble Studios Online et de son portail historique, affinant sa dimension eSport avec des classements en ligne. On peut opter pour une partie classée en duel, deux contre deux, trois contre trois ou quatre contre quatre. Entre amis, on a désormais la possibilité de créer quatre équipes au total pour des batailles d’envergure plus diversifiées.

Age of Empires III: Definitive Edition propose de nombreuses autres modifications, à commencer par une représentation plus respectueuse des Amérindiens. Les danses des peuples natifs autour des feux de camp ont par exemple été remplacées. Son interface est plus discrète mais aussi très pratique, tandis que ses graphismes se sont largement affinés. Les modélisations des unités, des bâtiments et des décors sont convaincantes, mais ce sont surtout les animations qui sont le plus impressionnantes : être témoin de l’éboulement d’un fort laisse toujours bouche bée !

Tout n’est pas encore parfait cependant puisqu’à l’heure du test (21 octobre 2020), des soucis de finition persistent. De nombreuses traductions sont manquantes et de multiples éléments de l’interface sont en anglais. L’intelligence artificielle surtout pêche légèrement. Les ennemis sont beaucoup plus réactifs mais il y a toujours des problèmes de pathfinding, déjà pénibles dans les Definitive Edition de AOE I et II.

Le plus gênant ici reste les unités qui ont tendance à ne pas correctement enchaîner leurs attaques, ou à ne pas répliquer. Rien d’éliminatoire cependant mais cela demande au joueur une attention plus que particulière sur le champ de bataille. Les villageois ayant un comportement très automatisé dans Age of Empires III, on n’est toutefois jamais lié à nos obligations de micro-gestion pour mieux se concentrer sur l’art délicat de la guerre.

Post-scriptum : Définitivement multi

Age of Empires III n’a jamais brillé par sa campagne solo mais on n’hésitera pas à qualifier sa dimension multi de véritable chef-d’œuvre du genre. Pour motiver les joueurs ne s’y étant jamais penché (ou ayant commis le crime de l’ignorer aussi longtemps), on rappelle ses mécaniques et la tension qui existe entre deck-building, stratégie temps réel et exploration.

Dans le contexte de la conquête des Amériques, les peuples de Age of Empires III sont soutenus par leurs métropoles respectives. Cela prend la forme de cartes à jouer lorsque l’on obtient suffisamment d’expérience. Les effets sont très variés : on peut réclamer quelques colons, des soldats, des ressources, des bâtiments ou des buffs permanents. Selon la civilisation que l’on choisit, les options diffèrent.

On crée son jeu de cartes pour chacun des quatre âges en amont des batailles en ligne. Toutes les cartes n’étaient pas immédiatement disponibles dans le jeu d’origine et les plus puissantes ne se déverrouillaient qu’après de nombreuses parties. Dans Age of Empires III: Definitive Edition, la décision a été prise de toutes les rendre immédiatement accessibles. Dans une optique eSport, cela donne les mêmes chances de gagner à chacun.

Sur le champ de bataille, pour accélérer l’obtention d’expérience, le joueur doit revendiquer, grâce à son explorateur, des comptoirs placés sur une route. Chaque comptoir rapporte des points, et même des ressources au choix, lorsque la diligence puis le train, après évolution, le traverse. L’explorateur peut aussi capturer des camps indigènes qui permettent de créer des soldats Amérindiens supplémentaires. Leurs emplacements sont hautement stratégiques, surtout lorsqu’ils se situent à proximité du centre-ville d’un adversaire.

L’obtention de ces « avant-postes » (comptoirs et camps indigènes) donne à Age of Empires III une philosophie stratégique très territoriale, dans la mesure où les combats peuvent faire rage pour un seul de ces lieux-clés. Capturer un comptoir peut faire basculer une bataille, au prix de nombreuses ressources pour le protéger comme il faut. D’autres jeux de stratégie sont construits de la sorte, à commencer par Herzog Zwei en 1989, mais cette vision de la guerre est inédite dans toute la saga Age of.

Une autre particularité de Age of Empires III est d’avoir des environnements jonchés de trésors que l’explorateur peut ramasser, conférant à ce dernier un aspect héroïque dans la veine de Warcraft III. Les trésors sont en général gardés par des unités ennemies (pillards, bêtes sauvages…) et il faut dépêcher quelques soldats pour mettre la main dessus. Le loot n’en vaut toutefois pas toujours la chandelle : on obtient parfois de belles récompenses, comme des ressources abondantes, mais on ne libère quelquefois qu’une simple unité. Tant d’efforts pour une seule âme… L’explorateur peut aussi obtenir un puissant animal, comme un jaguar, qui lui prête main forte au combat.

Avec sa triple dimension jeu de cartes, stratégie en temps réel et chasse aux trésors, Age of Empires III propose une expérience d’une richesse inouïe. Quand on sait que seize civilisations sont disponibles dans cette Definitive Edition, il y a largement de quoi expérimenter. Mais la plus grande force du multi de ce titre, depuis sa sortie en 2005, ne réside pas dans ses mécaniques intelligentes : c’est son level design savamment construit qui permet des escarmouches aussi équilibrées que passionnantes.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Joueur Citoyenhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Is it Wrong to Try to Shoot’em Girls in a Dungeon? disponible gratuitement sur PlayStation 4, Switch et PC

PQube et MAGES annoncent que le DLC Is it Wrong to Try to Shoot'em Girls in a Dungeon? est disponible gratuitement sur PlayStation 4, Switch et PC.

Test de Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau : un prologue à The Legend of Zelda: Breath of the Wild sous forme de musō

En attendant le nouveau Zelda, Omega Force propose Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau, nouvelle adaptation de la sérieen musō. Daté cent ans avant The Legend of Zelda: Breath of the Wild, s’agit-il d’un hors-série subsidiaire ou s’inscrit-il dans la chronologie du célèbre monde ouvert ? Dans tous les cas, Omega Force signe l’un des meilleurs musō jamais réalisés.

Sony dévoile les jeux du PS Plus de décembre 2020

Sony vient de dévoiler les trois jeux offerts sur PlayStation 4 et PlayStation 5 aux abonnés PS Plus du mois de décembre 2020. Les deux titres seront disponibles au téléchargement du 1er décembre 2020 au 4 janvier 2021.

Selon Marvelous!, Sakuna: Of Rice and Ruin comptabilise plus de 500 000 ventes

Marvelous! annonce que Sakuna: Of Rice and Ruin, disponible depuis le 10 novembre sur PlayStation 4, Switch et PC, a trouvé plus de 500 000 acquéreurs. Marvelous! précise qu'il s'agit de l'une des toutes meilleures ventes de l'éditeur.