jeudi 22 octobre 2020
Accueil Tests et aperçus Tests Switch Test de Prinny 1•2: Exploded and Reloaded : du béton dans les...

Test de Prinny 1•2: Exploded and Reloaded : du béton dans les plumes

Test réalisé à partir d’une version fournie par Koch Media sur Switch

Développé par Nippon Ichi Software, édité par NIS America et distribué par Koch Media
Sorti le 16 octobre 2020 et disponible sur Switch

InterfaceFrançais / Anglais
AudioAnglais / Japonais
Sous-titresFrançais / Anglais

Les prinnies sont de retour sur Switch avec une compilation réunissant deux classiques de la PSP : Prinny 1•2: Exploded and Reloaded. Avec leur réputation de jeux extrêmement ardus, ces hors-séries de Disgaea ne permettent que partiellement de se détendre entre deux épisodes canoniques. Les versions Switch les rendent-ils plus accessibles que sur leur console d’origine ?

Dans les jeux Prinny, on incarne l’une de ces créatures-manchots de Disgaea qui se situe au rang le plus bas de l’échelle sociale des démons. Les prinnies sont tout simplement des martyrs : ces anciens pêcheurs humains sont maltraités, ils servent même d’explosif. Deux jeux à leur gloire à de quoi surprendre mais, aussi faibles soient-ils, ils partent en mission sous les ordres d’Etna. Dans Prinny: Can I Really Be the Hero, ils doivent lui trouver l’ultra-dessert. Dans Prinny 2: Dawn of Operation Panties, Dood!, ils partent à la recherche de sa petite culotte volée. Les synopsis à ne pas prendre au sérieux ne servent que de prétexte.

Les deux jeux pourraient être courts pour un expert mais, pour le commun des mortels, on meurt et recommence si souvent qu’il faut environ 10 h pour les terminer. La difficulté monte vite en flèche, d’autant que plus on s’enfonce dans la nuit, plus le défi augmente d’un cran. Heureusement, les niveaux sont jalonnés de points de contrôle qui permettent de ne pas trop y laisser de plumes.

Dans le premier épisode, deux modes de difficulté sont proposés : on peut jouer avec trois points de vie ou un seul ; le moindre contact est alors fatal. Dans le second épisode, une difficulté intermédiaire permet de jouer avec deux points de vie. Dans tous les cas, le joueur possède 1000 prinnies, soit 1000 vies, pour terminer le jeu. Et lorsque l’on coince, le compteur descend par dizaines.

Le gameplay dans Prinny 1•2: Exploded and Reloaded est très rigide car on ne peut pas se diriger pendant un saut, comme dans les premiers Castlevania. Heureusement, le double-saut permet de changer de direction et une attaque rodéo permet de s’écraser net au sol. Les prinnies peuvent aussi attaquer sur terre ou en l’air et mettre K.O. un adversaire d’un grand coup de coccyx. Les boss sont d’ailleurs souvent construits de cette façon : il faut d’abord annuler leur bouclier grâce à plusieurs attaques rodéo pour ouvrir leur garde.

Prinny et sa suite, datant respectivement de 2008 et 2010, n’avaient pas besoin de beaucoup de retouches. Sur Switch, la résolution est supérieure et les sprites sont légèrement lissés. Le jeu tourne à merveille et ne ralentit jamais. On aurait toutefois aimé des options d’accessibilité qui manquaient déjà sur PSP, dont un signet pour faire une pause. Si l’on bloque sur un boss, on peut toujours laisser la console en veille. Mais si un autre membre de la famille a besoin de la Switch, alors il faudra recommencer tout le niveau.

Une option de tir « turbo » aurait également été bienvenue pour soulager les douleurs dans le pouce, à force de marteler le bouton d’attaque. À la longue, Prinny 1•2: Exploded and Reloaded devient très inconfortable, y compris sur Controller Pro. Mais le jeu est si prenant qu’il est difficile de le lâcher, surtout lorsque l’on est à une griffe de battre un ennemi coriace.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Joueur Citoyenhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Star Wars: Tales from the Galaxy’s Edge sortira le 19 novembre 2020 sur Oculus Quest

À l'occasion d'une nouvelle bande-annonce disponible sur la chaîne YouTube de ILMxLAB, on apprend la date de sortie de Star Wars: Tales from the Galaxy's Edge. Le titre sera disponible le 19 novembre 2020 sur les casques Oculus Quest au prix de 24,99 $ (environ 21,05 €).

Test de RIDE 4 : tonnerre mécanique

Spécialiste des jeux de moto, Milestone propose RIDE 4 deux années à peine après le troisième épisode de sa série. Faisant la promesse d’un jeu plus riche et d’une intelligence artificielle retravaillée, le studio italien propose-t-il suffisamment de nouveautés pour que l’on reprenne déjà le guidon ?

Les notes du magazine Famitsu #1664 (octobre 2020)

Quelles sont les notes du magazine Famitsu #1664 d'octobre 2020 ? À chaque nouvelle édition, on vous partage la liste des tests disponibles dans le célèbre magazine japonais.

Test de Age of Empires III: Definitive Edition : la guerre de « trois » / Suivi de : Définitivement multi

Disponible depuis 2005 sur PC, Age of Empires III n’a jamais détrôné The Age of Kings. Age of Empires III: Definitive Edition est une nouvelle chance offerte à cet épisode très singulier de conquérir à nouveau les stratèges. Bénéficiant du même soin que les deux autres Definitive Edition avant lui, peut-il se faire une place aux côtés du légendaire Age of Empires II ?