vendredi 3 décembre 2021
AccueilTests et aperçusAperçu de Silicon City en accès anticipé : quel est le degré...

Aperçu de Silicon City en accès anticipé : quel est le degré d’avancement de ce SimCity-like ?

Silicon City apporte sa pierre à l’édifice qu’est le jeu de construction et de gestion de villes. Depuis la sortie de SimCity en 1989, les city-builders fleurissent avec une approche de plus en plus complexe de l’urbanisation. Le studio français Polycorne Games propose cependant de replonger dans l’ambiance désormais rétro des premiers jeux de gestion de villes. Silicon City n’a pas encore de date de sortie définitive, mais son accès anticipé a débuté le 14 octobre 2021 sur PC.

VersionSortieDéveloppeurÉditeurPrix
PC
Accès anticipé
14/10/2021Polycorne GamesPolycorne Games16,79 €

Sommaire

Qu’est-ce que Silicon City ?

Dans Silicon City, le joueur incarne le maire d’une ville qu’il construit de zéro. Sur un terrain créé de façon procédurale, il peut ériger des résidences, des commerces, des parcs, des postes de police, des cliniques etc. Pour que le bâtiment soit actif, il doit impérativement être relié à une route, ainsi qu’à un réseau électrique. Dans les grandes lignes, Silicon City s’apparente à une alternative à SimCity.

Dans Silicon City, le joueur doit veiller au bonheur de ses Silizens en créant de l’emploi, du divertissement ou en répondant aux demandes particulières. Plusieurs rangs de progression sont possibles, du rang 1 au 5, qui dépendent du nombre de citoyens que l’on a attirés. Les rangs permettent de déverrouiller de nouveaux bâtiments, pour augmenter davantage l’attractivité de la ville.

Mais ce qui fait le charme de Silicon City est sont habillage graphique qui lui donne des airs rétro. En effet, les graphismes en 3D sont simples et épurés avec des modélisations brutes et plusieurs menus sont représentés en pixel art. À l’heure actuelle, le joueur a la possibilité de visualiser les données souhaitées (bonheur, prix du terrain, emplois etc.) selon deux modes : en 3D ou data. D’après le studio, on pourra prochainement choisir des graphismes aux styles des années 80, 90 ou 2000.

Quel est le contenu de cet accès anticipé ?

Le joueur peut choisir entre deux modes : histoire ou partie classique. Le premier s’apparente à un tutoriel où l’on incarne un intérimaire chargé de faire tourner la ville en l’absence du maire. Les missions ne sont pas nombreuses, mais assez pour expliquer progressivement les différentes mécaniques de Silicon City.

En revanche, la partie classique est plus étoffée. On peut personnaliser la partie avec plusieurs options, notamment en choisissant la difficulté, de bac à sable à très difficile. La difficulté impacte le taux d’immigration et bien évidemment le budget de départ. Ce dernier est enfin illimité en mode bac à sable, où l’on a accès à tous les bâtiments. On choisit également le type de terrain (plaine, île ou désert) sa taille en nombre de cases, son érosion, la densité de forêt et la présence d’eau. On peut aussi importer une graine partagée par un autre joueur.

Les bâtiments que l’on peut construire manquent de variété, mais le choix s’avère plus étoffé en ce qui concerne l’aménagement des espaces verts. Dans un genre où on a l’impression de « bétonner » l’environnement, on considère cette approche extrêmement bienvenue. L’excellente idée vient cependant de la création procédurale des bâtiments, de sorte que les constructions ne ressemblent pas à des préfabriqués clonés à l’infini.

Côté gestion, le joueur dispose de nombreuses données pour analyser la santé de sa ville et gérer les impôts. On peut aussi surveiller les humeurs et envies des citoyens dans un onglet spécialement dédié.

Quel est le degré d’avancement de Silicon City ?

En accès anticipé, Silicon City se présente déjà comme un titre visuellement soigné et avec un contenu correct. Des défis hebdomadaires sont proposés, enrichissant déjà l’expérience et mettant à l’honneur différentes mécaniques du gameplay.

Le plus grand souci que l’on a rencontré vient de l’immigration des citoyens. Bien évidemment, celle-ci dépend de l’emploi, de la présence de résidences et de parcs et de divertissements aussi. Mais souvent, même en créant un environnement favorable à l’augmentation de la population, les gens ne viennent simplement pas ou déménagent en masse pour des raisons inconnues, laissant le joueur bloqué à un rang sans pouvoir évoluer.

On remarque aussi une exigence très basse de la population. En effet, les citoyens sont pour la grande majorité heureux, avec un emploi, ce qui rend les parties relativement plates. De façon générale, Silicon City manque de défi parce que nos actions ont peu de conséquences négatives ; on ne peut presque pas perdre. Mais l’équilibrage va certainement évoluer tout au long du développement.

L’interface volontairement rétro n’est-elle pas repoussante ?

L’habillage graphique est un point important dans Silicon City ainsi que dans la communication du studio Polycorne Games. L’aspect visuel est clairement rétro, ce qui ne veut pas forcément dire vieillot. Silicon City est agréable à jouer et à parcourir. Le visuel rétro est surtout nostalgique et il n’empiète aucunement sur le gameplay. La représentation des données manque néanmoins et parfois d’ergonomie. Par exemple, l’humeur des citoyens s’étend de « en colère » à « heureux ». Mais la donnée se trouve schématisée dans un camaïeu de rose aux tons assez rapprochés. Par conséquent, la lisibilité peut se révéler difficile.

La comparaison avec SimCity est-elle bénéfique ou risquée ?

Polycorne Games a pris le parti de s’inspirer ouvertement de SimCity en faisant appel à la nostalgie des joueurs. Les mécaniques de jeu et le déroulement d’une partie de Silicon City se rapprochent énormément de ceux de SimCity. Lorsque l’on pratique Silicon City, on ne peut pas s’empêcher de le comparer au city-builder historique de Maxis pour pointer les différences, qu’elles soient positives ou négatives.

On peut aussi voir le jeu de Polycorne Games comme une réponse logique à l’absence d’un nouvel épisode de SimCity. Electronic Arts n’a pas donné suite à sa série historique depuis 2013. On peut ainsi considérer que Silicon City ne fait qu’occuper une place laissée trop longtemps vacante, à la manière de Stardew Valley vis-à-vis de Story of Seasons.

Que prévoit la feuille de route de Silicon City ?

La feuille de route de Silicon City est ambitieuse. Tout d’abord, le tutoriel va être enrichi et les développeurs travaillent sur des scénarios uniques. Un système d’élections va être mis en place car le but de Silicon City est de développer sa ville tout en restant maire.

L’un des points-clés du développement sera la gestion du trafic routier et la mise en place d’un réseau de transport public. Il s’agit effectivement d’un vrai défi urbaniste et on est curieux de voir son traitement intra-jeu. Parmi les volets en développement, on peut aussi citer l’intégration d’un mode multi et la gestion de catastrophes naturelles. Celles-ci seront aléatoires et aux conséquences imprévisibles.

Le joueur pourra également consulter un réseau social natif pour veiller aux besoins de ses citoyens. De nouvelles musiques, de nouveaux bâtiments et d’autres graphiques pour analyser les données sont enfin prévus. Bien que le titre s’inspire énormément de SimCity, on lui souhaite tout de même de trouver sa voie avec, pourquoi pas, une vision moderne et plus écologique de la ville.

Test réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur sur PC (Ryzen 7 3700X, 32 Go de RAM, GeForce RTX 2070 8 Go)

Silicon City

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture ! Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, on serait heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos donateurs Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Olga
Le jeu vidéo pour toutes et tous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents