jeudi 16 juillet 2020
Accueil Tests et aperçus Test de Resident Evil 3 : nous sommes en guerre / Suivi...

Test de Resident Evil 3 : nous sommes en guerre / Suivi du test de Resident Evil Resistance

Test réalisé à partir d’une version fournie par Capcom sur une PlayStation 4 de première génération

Développé et édité par Capcom
Sorti le 4 avril 2020 et disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC

Test de Resident Evil 3

Comme Resident Evil 2, Resident Evil 3 a droit à son remake. Capcom avait prévenu : cette nouvelle interprétation prendrait plus de liberté. Et on peine à reconnaître l’épisode de 1999. Malgré quelques sacrifices et notre amour de la trilogie d’origine, on doit bien admettre que Resident Evil 3: Nemesis avait grand besoin de cette brillante réécriture.

Resident Evil 3 se déroule 24 heures avant le deuxième opus. On incarne Jill Valentine qui tente de s’échapper de Raccoon City à cause du virus T qui zombifie ses habitants. Témoin des événements du manoir Spencer, Jill est pourchassée par le puissant Nemesis, bien décidé à la traquer jusqu’à son dernier souffle.

L’histoire n’a pas changé, le reste a été modifié en profondeur dès l’introduction en prise de vues réelles. Les personnages sont moins caricaturaux et Carlos Oliveira, que l’on contrôle en alternance avec Jill au cours du jeu, a été développé. Le design est moins kitsch qu’auparavant, Jill n’arborant plus la tenue de bimbo qui était la sienne.

Des passages entiers ont disparu, d’autres ont été remaniés et de nouvelles scènes sont apparues. Certes, on perd plusieurs séquences mais Capcom a dans l’ensemble affiné son troisième épisode qui n’a jamais été aussi cohérent. Des éléments de gameplay ont aussi été supprimés, comme les choix, favorisant l’action.

Le level design a subi la plus profonde mutation. On ne retrouve pas exactement les mêmes lieux et la première partie propose plusieurs zones ouvertes, donnant davantage l’impression d’être en extérieur que dans un couloir. Les énigmes ne bloquent jamais longtemps et on explore avec le même plaisir que dans Resident Evil 2.

La carte précise si on a terminé de fouiller une salle et les énigmes et objets qu’on laisserait derrière s’y trouvent notifiés. On regrette que le centre-ville soit si petit, mais les traversées à ciel ouvert sont très stressantes, surtout quand le Nemesis est à nos trousses.

Bien que le titre ne comporte pas son nom, il est toujours la star de Resident Evil 3. La tension tourne autour de lui de la première à la dernière seconde. Ses apparitions sont scriptées, contrairement à Mr. X dans Resident Evil 2, mais impressionnantes : le voilà qui traverse un mur ou jaillissant des flammes. L’attaquer permet toujours d’obtenir des bonus d’équipement.

Comme la version d’origine, cet épisode est orienté vers l’action. On peut esquiver l’enlacement des zombies ou, pour Carlos, les bousculer. Exécutée avec le bon minutage, l’esquive permet à Jill d’obtenir un Witch Time, eh oui. On aurait néanmoins aimé pouvoir achever certaines créatures au pied. On manque rarement de munitions, d’autant qu’il est possible de les fabriquer. La difficulté est plutôt faible : on meurt parfois mais l’emplacement des points de sauvegarde et de contrôle évitent toute frustration.

Il arrive que l’on confronte une dizaine de zombies, il faut alors viser un baril explosif ou un disjoncteur pour maîtriser la masse. Voilà pourquoi les animations de dégâts sont moins détaillées : les aires de jeu sont très chargées sans que ça ne ralentisse jamais. Le RE Engine est toujours impressionnant dans son optimisation et dans les visuels affichés.

Le spectacle n’est hélas que de courte durée puisqu’il ne dure qu’entre 5 et 7 h. La campagne est cependant intense et peu d’épisodes de Resident Evil peuvent se targuer d’être aussi haletants. Pour ceux qui désirent prolonger l’aventure, ils peuvent y rejouer avec des objectifs de temps, essayer de débusquer toutes les figurines de Mr. Charlie… Ou tenter l’expérience Resident Evil Resistance.

Test de Resident Evil Resistance

En mage de Resident Evil 3 et pour remplacer le mini-jeu d’origine The Mercenaries: Operation Mad Jackal, Capcom a intégré le mode multijoueur Resident Evil Resistance, également réalisé sous le RE Engine. Ce titre compétitif et asymétrique, à l’origine prévu comme un épisode à part entière, fait se confronter un groupe de quatre survivants à un Mastermind qui fait tout pour les éliminer.

Le Mastermind, que l’on choisit parmi quelques grandes figures antipathiques de la saga, prend le contrôle des caméras à l’aide de la carte des lieux. Une fois son point de vue sélectionné, on peut poser des cartes de zombies, de pièges, transformer la caméra en fusil, fermer des portes, éteindre les lumières… Tout pour empêcher les survivants de progresser vers la sortie dans les cinq minutes imparties. Quand un survivant est blessé ou qu’il meurt, l’équipe reçoit une pénalité en secondes. Quand ils parviennent à se défaire d’une créature du Mastermind, en revanche, ils gagent du temps.

Il est également possible de prendre physiquement le contrôle de certaines créatures. Le plus intéressant reste néanmoins la possibilité de jouer un tyran qui dépend du Mastermind (G-Birkin, Mr. X…) pour assaillir les survivants. Le côté tower defense est très intéressant et il permet d’appréhender Resident Evil sous un angle tout à fait inédit.

Côté survivants, on choisit son personnage parmi six qui ont des caractéristiques différentes, à la manière de Resident Evil: Operation Raccoon City : l’une est spécialiste des armes à feu, l’autre du corps-à-corps, tandis qu’une autre excelle dans la découverte d’objets… Le groupe de quatre doit traverser trois zones séparées les unes après les autres. Il ne s’agit pas de couloirs mais de zones semi-ouvertes dans lesquelles il faut ouvrir trois mécanismes pour progresser, et détruire des bio-cœurs pour la dernière.

Quand on incarne un survivant, le plus difficile est de s’organiser avec les autres joueurs au cours des parties rapides et dont les équipes sont aléatoires. Comme dans Splatoon par exemple, il y a toujours un trublion qui se comporte comme un poulet sans tête et qui empêche le bon déroulement de l’opération. Évidemment, c’est moins vrai à mesure que l’on progresse car les équipes dépendent du rang du joueur. Entre amis et avec des partenaires de confiance, il est évidemment plus simple de coopérer.

Que l’on perde ou que l’on gagne, on accumule entre chaque partie de l’expérience ainsi que des crédits à dépenser à la boutique. Celle-ci permet d’obtenir de nouvelles cartes ou de nouvelles capacités, actives ou passes, qui facilitent les parties. Il en existe pour les survivants mais également pour le Mastermind. Pour l’instant, Resident Evil Resistance ne comporte que quatre cartes dont on fait finalement vite le tour. On aurait aimé plus de variété, même si le concept du jeu est finalement quasi-infini. Le titre est trop récent pour trouver quatre amis possédant le jeu et volontaires pour jouer, mais on doit reconnaître le potentiel de fun qui est le sien avec quatre partenaires motivés.

Joueur Citoyenhttps://actua.blog/
On n'a pas la même manette mais on a la même passion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

PES 2021 sera une mise à jour de saison en attendant les versions « next-gen » avec PES 2022

Dans un bref communiqué, Konami dévoile ses plans pour les prochains millésimes de Pro Evolution Soccer : PES 2021 sera une mise à jour de PES 2020 tandis que les versions « next-gen » seront réalisées avec l'Unreal Engine.

Microsoft dévoile les jeux qui entrent et qui sortent des catalogues Xbox Game Pass en juillet 2020

Comme tous les mois, Microsoft dévoile les titres ajoutés et supprimés des catalogues Xbox Game Pass en juillet 2020, son service de jeu à la demande pour console Xbox One et PC.

Test de Catherine: Full Body sur Switch : quadrilatère amoureux

Avec son intrigue autour de l’adultère et ses étranges plateformes cubiques, Catherine constituait à sa sortie une bizarrerie dans le catalogue d’Atlus. Catherine: Full Body s’inscrit dans la même lignée que Persona 4 Golden et Persona 5 Royal : il sublime un jeu déjà culte par l’ajout de contenus et une correction de ses principaux défauts. Talonnant la version PlayStation 4, cette édition Switch donne l’opportunité de vérifier si cette nouvelle tournée est toujours enivrante.

Test de The Wonderful 101: Remastered : le plus petit des grands héros

D’abord sorti sur Wii U en 2013, The Wonderful 101, le beat’em all façon Super Sentai, est de retour sur PlayStation 4, Switch et PC. Sobrement intitulée The Wonderful 101: Remastered, cette version a la particularité d’être éditée par PlatinumGames lui-même, sans le concours de Nintendo. Qu’apporte ce portage du (désormais) classique de Hideki Kamiya ? Principalement, et ce n’est pas rien, une visibilité plus importante que sur sa console d’origine.