mardi 4 octobre 2022
Tests et aperçusTests NintendoTest de Pixboy : Super Pixboy Land

Test de Pixboy : Super Pixboy Land

Test réalisé à partir d’une version fournie par Forever Entertainment sur Switch

Développé par Digital Melody et publié par Forever Entertainment
Sorti le 11 juin 2020 et disponible sur Switch

InterfaceAnglais
Audio
Sous-titres

Beaucoup de jeux de plateformes récents s’inspirent des gloires du passé, tout en apportant de nouveaux éléments pour moderniser la formule. Pixboy s’inscrit dans cette tendance, mais possède une source d’inspiration moins commune : les premiers jeux de plateformes sur consoles portables et particulièrement Super Mario Land. Retrouve-t-on dans Pixboy le charme des premiers jeux Game Boy ?

Dans Pixboy, le joueur contrôle un jeune garçon qui cherche à récupérer une potion volée par une bande de chiens. Racontée par de courtes animations qui ponctuent l’aventure, l’histoire n’est ici qu’un simple prétexte, le gameplay étant la partie centrale du jeu.

Les contrôles sont très simples avec un seul type de saut. Le personnage peut cependant planer en pressant une deuxième fois le bouton et utiliser son lance-pierre pour attaquer les ennemis à distance. Les munitions de cette arme sont limitées mais le joueur peut en récupérer dans les niveaux en sautant sur les ennemis. Le personnage principal possède trois cœurs qui lui permettent d’encaisser quelques coups, et on peut en obtenir davantage, ou récupérer ceux que l’on aurait perdus, en trouvant d’autres cœurs dans les niveaux.

Le jeu est découpé en quatre mondes de dix niveaux chacun pour un total de quarante niveaux. Ils apportent chacun leur lot d’éléments nouveaux afin de varier les situations : plateformes qui apparaissent et disparaissent, vases à casser… Ils tendent également à être labyrinthiques, offrant un minimum d’exploration, avec des clés à ramasser pour progresser.

Les ennemis diffèrent aussi pour coller au thème du monde. Par exemple, les niveaux enneigés sont peuplés de pingouins. Le dernier niveau de chaque monde oppose le joueur à un boss qui prend la forme d’une course en avant où le héros est poursuivi par l’un des chiens devenu géant.

Les quarante niveaux ne prennent pas beaucoup de temps pour être bouclés même s’ils gagnent en difficulté au fur et à mesure. Pour compenser cela, chaque niveau possède quatre défis à relever. Le joueur peut ainsi chercher à collecter toutes les pièces du niveau, à trouver des glaces dissimulées à plusieurs endroits (certaines étant mieux indiquées que d’autres), à battre un certain temps ou bien à ne pas tuer le moindre ennemi.

Visuellement, le jeu renvoie à l’époque de la Game Boy, avec des graphismes monochromes. L’ensemble a néanmoins été un peu modernisé avec des détails ajoutés en arrière-plan, ce qui cause parfois quelques soucis de lisibilité : il est ainsi difficile de distinguer ce qui est une plateforme de ce qui ne l’est pas au premier coup d’œil. Différentes palettes de couleurs sont à débloquer (en les ramassant dans les niveaux ou en utilisant les pièces accumulées) afin de varier les tons, chaque palette évoquant d’anciens systèmes de jeu.

La musique colle à l’ambiance rétro du jeu, avec des sonorités chiptune. La bande-son est cependant répétitive, avec une seule musique par monde sans compter le thème des boss. Pixboy respecte ainsi à la lettre le modèle de ses aînés 8-bits. Bien que court, il cherche à varier les défis et les obstacles dans les niveaux, tout en se montrant ressemblant à ses inspirations, tant visuellement que musicalement, de quoi combler les amoureux de la Game Boy.

Articles similaires

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici