mardi 11 août 2020
Accueil Tests et aperçus Test de Our World Is Ended. : le monde virtuel ne fait...

Test de Our World Is Ended. : le monde virtuel ne fait que commencer

Test réalisé à partir d’une version fournie par PQube sur une Switch de première génération

Développé par Red Entertainment et édité par PQube
Sorti le 18 avril 2019 et disponible sur PS Vita (au Japon uniquement), PlayStation 4, Switch et PC

Les grands thèmes de la science-fiction sont souvent abordés en visual novel, de Snatcher et son univers proche de Blade Runner à Steins;Gate et le voyage dans le temps… Our World Is Ended. est le nouveau jeu issu de ce croisement, et il s’attaque à un autre sujet : la réalité virtuelle.

L’histoire tourne autour de Judgement 7, un petit groupe de développeurs de jeux vidéo. Malgré le mauvais accueil réservé à leurs précédents jeux, cette bande d’amis se lance dans la création d’un ambitieux programme de réalité virtuelle intitulé W.O.R.L.D. Les choses ne vont cependant pas se passer comme prévu puisque le groupe se retrouve coincé dans une réplique virtuelle de son quartier et doit faire face à des éléments tirés de leurs anciens jeux.

Le récit se met rapidement en place et alterne entre les péripéties du monde virtuel et les tranches de vie du monde réel, pendant la quinzaine de chapitres du jeu. L’ensemble est ainsi très rythmé, même si certaines scènes ont tendance à traîner en longueur et les derniers chapitres donnent l’impression de ne pas savoir quand terminer l’histoire.

Cependant, le véritable cœur du scénario n’est pas l’aspect science-fiction mais les personnages. Bien qu’ils reprennent des archétypes traditionnels, les personnages principaux sont attachants. Leurs histoires personnelles offrent de vrais moments touchants, et l’aspect « bande d’amis » du groupe ressort bien. L’humour n’est cependant pas toujours très subtil, avec beaucoup de blagues sur les seins.

Le tableau est également entaché par d’autres points : quelques ralentissements apparaissent parfois au moment d’afficher le texte suivant et des coquilles sont présentes à plusieurs reprises dans le script.

L’histoire est cependant bien servie par sa présentation. La direction artistique est colorée, très pop, donnant à l’ensemble une vraie personnalité. L’aventure se déroulant dans le quartier d’Asakusa de Tokyo, les décors reproduisent les lieux phares de cet endroit. La partie sonore remplit son rôle et accompagne bien l’action.

Le système de choix d’Our World Is Ended. se démarque des standards du genre. S’il y a bien des choix classiques, le joueur rencontre également un autre type de décisions nommées Selection Of Soul (SOS). Les choix possibles défilent alors à l’écran une seule fois et le joueur doit sélectionner sa réponse le plus rapidement possible, sachant que le jeu prend également en compte le fait de ne pas répondre.

Toutefois, les décisions n’ont aucun impact sur le déroulé général de l’histoire puisque le joueur est obligé d’obtenir la fin normale lors de sa première partie. Elles vont uniquement influencer les relations avec les autres personnages, ce qui permet d’obtenir des lignes de dialogues différentes, des événements spécifiques et un épilogue dédié à chaque personnage principal pour les parties suivantes. Le jeu affiche en permanence dans le menu les personnages avec qui le joueur a les meilleures relations, ce qui permet de ne pas être perdu dans sa progression.

Our World Is Ended. offre ainsi une histoire plaisante à suivre reposant sur sa galerie de personnages hauts en couleur. C’est une porte d’entrée parfaite pour ceux s’intéressant à la rencontre entre la science-fiction et le visual novel.

StaffCoco
J’ai joué à beaucoup trop de JRPG et de visual novels pour être honnête.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles

Les 5 meilleures ventes de jeu vidéo en France (semaine 31)

Comme toutes les semaines, le SELL (syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs) dévoile les cinq meilleures ventes physiques de jeux vidéo en France sans toutefois préciser le volume. Pour cette semaine 31, aucun changement n'est à noter dans le classement. Ghost of Tsushima est toujours la meilleure vente, suivi de best-sellers de la Switch : Animal Crossing: New Horizons, Paper Mario: The Origami King et Mario Kart 8 Deluxe. The Last of Us Part II se situe toujours en cinquième position.

Test de What Happened : je marche seul

« Que vient-il de se passer » est une question que l’on se pose très souvent dans What Happened et particulièrement lors de ses premiers instants. Ce simulateur de marche, présenté comme un thriller psychologique par son éditeur, propose de parcourir l’anxiété et la dépression du malheureux Stiles. Comment s’y prend-on pour dépeindre la maladie mentale en jeu vidéo ? Réponse avec What Happened dont la proposition est aussi sérieuse que convaincante.

Vacances ludiques : Ys VIII: Lacrimosa of Dana

Échouer sur une île déserte et paradisiaque est peut-être la marque des très grands jeux. Cela expliquerait en partie pourquoi Ys VIII: Lacrimosa of Dana est considéré et souvent cité comme l’un des très grands classiques du jeu de rôle japonais et plus particulièrement de cette génération. Son aspect le plus rafraîchissant n’est pourtant pas son cadre îlien mais son exploration d’une fluidité inhabituelle.

Test de Teenage Blob : moitié jeu, moitié album, 100% rock ’n’ roll

Quelle étonnante proposition que celle de Teenage Blob ! Ce projet co-réalisé avec le groupe The Superweaks est, d’après les propres termes de Team Lazerbeam, « 50% jeu, 50% album ». Doit-on y voir un album punk rock ludique ou, inversement, un jeu vidéo avec d’excellentes chansons ? Disponible sur Steam et itch.io, on penche plutôt pour la deuxième proposition, d’autant que son côté psychédélique rappelle la série WarioWare. D’un point de vue purement « jeu vidéo » cependant, l’originalité de Teenage Blob suffit-elle à retenir l’attention des joueurs ?