dimanche 13 juin 2021
AccueilTests et aperçusTest de Legend of Keepers : des coûts et des boss

Test de Legend of Keepers : des coûts et des boss

Test réalisé à partir d’une version fournie par Cosmocover sur Switch

Développé et édité par Goblinz Studio
Sorti le 29 avril 2021 sur Switch et PC

InterfaceFrançais / Anglais / Allemand / Italien / Espagnol / Chinois / Espagnol / Japonais / Polonais / Turc / Russe / Tchèque / Coréen / Portugais
AudioAnglais
Sous-titresFrançais / Anglais / Allemand / Italien / Espagnol / Chinois / Espagnol / Japonais / Polonais / Turc / Russe / Tchèque / Coréen / Portugais

Après Dungeon Rushers où l’on incarne des aventuriers-explorateurs de donjons, et Robothorium qui prend place dans un univers futuriste, Goblinz Studio dévoile un nouveau jeu de rôle tour par tour en pixel art : Legend of Keepers. Comment le studio se réinvente-t-il avec un projet d’apparence très fidèle à ses autres productions ?

Le nouveau membre de la Goblinz family possède un sous-titre à la fois original, long et évocateur : Career of a Dungeon Manager. En effet, Legend of Keepers propose au joueur de renverser le postulat de nombreux jeux de rôle en incarnant un Maître de Donjon, le fameux boss de fin de niveau, pour empêcher les nombreux aventuriers de piller les trésors de son employeur : la Dungeons Company. Avec un synopsis pareil, Legend of Keepers se dote d’un humour décapant et joue avec les codes du dungeon crawler pour créer une parodie inventive.

Pour atteindre l’apogée de sa carrière, le Maître de Donjon doit remplir cinq missions s’étalant sur plusieurs dizaines de semaines. Chaque semaine, il est confronté à des événements qui rythment la vie de son donjon : recrutement, achat de matériel, formation ou stage visant à remonter le moral des troupes. Le joueur choisit ainsi ses troupes et fait évoluer le donjon à l’aide des trois ressources du jeu : l’argent, le sang et les larmes. Si le ton de cette micro-gestion est totalement décalé, son aspect stratégique est considérable et les décisions prises s’avèrent cruciales, car de nombreux aventuriers s’infiltrent régulièrement dans le donjon pour tenter d’en dérober les richesses.

Lorsque c’est le cas, le joueur entre dans une première phase de préparation : il doit remplir les salles traversées par les aventuriers de pièges et de monstres. Une fois le raid lancé, le gameplay bascule en tour par tour avec le joueur aux commandes de ses employés. Ces derniers possèdent des attaques et des compétences qui leur sont propres, et qui provoquent des dégâts physiques ou moraux. En effet, l’objectif est de se débarrasser des intrus en les tuant ou en les effrayant. Les attaques sont soumises à deux paramètres qui apportent une profondeur stratégique importante.

Tout d’abord, elles peuvent être liées à un élément (feu, nature etc.) et prennent en compte la résistance de la cible à celui-ci. Ensuite, cette cible est contrainte par une position (devant ou derrière), les aventuriers étant placés les uns à la suite des autres. S’ils finissent par avoir raison de leurs adversaires, ces aventuriers passent dans la salle suivante jusqu’à la dernière, où le Maître du Donjon les attend en personne. Ce dernier est seul, mais beaucoup plus puissant que ses sbires et un système d’expérience lui permet de gagner de nouvelles capacités.

Legend of Keepers propose trois Maîtres du Donjon que l’on déverrouille l’un après l’autre, et deux modes supplémentaires qui allongent considérablement la durée de vie : le mode Infini qui propose de jouer sans limite de temps, jusqu’à ce que des aventuriers réussissent et le mode Ascension qui introduit de nouvelles règles au fur et à mesure de la partie.

Avec son pixel art soigné et sa proposition décalée, Legend of Keepers ne se contente pas d’appliquer les recettes des autres jeux de Goblinz Studio et propose une expérience unique, prenante, drôle et astucieuse.

Legend of Keepers

À propos de la version Switch : Legend of Keepers propose de nombreux textes qui détaillent les capacités et les statistiques des différents personnages. Si cela ne pose aucune difficulté quand la console est connectée au dock, la lisibilité en mode portable n’est malheureusement pas au rendez-vous et fatigue rapidement les yeux.

Soutenir Actua

Merci pour votre lecture. Si vous appréciez nos contenus et que vous souhaitez soutenir notre travail, nous serions heureux et extrêmement reconnaissants de vous compter parmi nos tipeurs. Bonne visite et à bientôt sur Actua.

Trobadork
Donnez-moi un dé et je refais le monde !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents